-43%
Le deal à ne pas rater :
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – Blanc
19.99 € 34.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Timothy C. Flowers-Quinn
Timothy C. Flowers-Quinn
◭ CREDITS : Avatar - inaheartbeatfaith (Tumblr) ♪ Signature - 2981 12289 0 (Crimson Day)
◭ COMPTES : Symea ♪ Rachel ♫ Satine
◭ MESSAGES : 198

MessageSujet: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyJeu 10 Juin - 15:01

Le goûter, c’est sacré !Timmy s’était installé sur un banc, à la bordure du White Point Park. Dans une heure, il devrait visiter un chantier, à la bordure entre le Civic Center et Fallenwalk (un des quartiers sous la tutelle des gangsters qu’il évitait autant que possible). Pour l’occasion, l’unique urbaniste de Downfall, dépêché tout droit de Los Angeles, s’était mis en tenue. Il avait même un casque, posé à côté de lui, sur le banc. Il espérait que les ouvriers porteraient bien les leurs !

Le temps était magnifique, les oiseaux chantaient, pour un peu, Timothy se serait cru loin de cette ville un peu difficile. Il comptait bien mettre sa pause à profit ! Sur ses genoux, dénotant complètement avec sa tenue, reposait une petite boite métallique. Dans la boite métallique, on pouvait trouver quelques trésors… dont un petit pain fourré avec du chocolat. Un goûter enfantin, qui lui rappelait ceux que lui faisaient la maman Flowers, pour l’école : simples, mais délicieusement bons. L’habitude ne l’avait jamais quitté, même dans ses familles d’accueil. Tant pis si personne n’avait voulu les préparer pour lui, il s’était débrouillé tout seul ! Une fois adopté chez les Quinn, maman Choyo avait pris le relais. En plus de sa lunchbox, elle avait veillé à ce qu’il ait toujours quelque chose à manger pour son petit creux de l’après-midi. Il avait adoré se faire dorloter ! (En échange, il avait eu un comportement exemplaire et n’avait cessé de lui ramener des bonnes notes.) Le goûter, c’était son rituel. Il n’était pas rare, au lycée, de le voir déguster quelques doyaki traditionnels ou revisités à l’américaine… du moins, quand il ne se les faisait pas chiper !

Alors qu’il avait cette pensée, juste avant qu’il n’ait le temps de refermer la bouche sur sa sublime collation, le destin, joueur, décida qu’il avait consommé ses goûters en paix trop longtemps. Mais ! La coupable de cet odieux vol ? Une femme de son âge, rousse, un air goguenard sur le visage et, sa caractéristique la plus importante : en train de mâchonner son précieux. (On ne parle pas d’un anneau mais bien d’un goûter, on précise pour que vous suiviez bien.) Vous auriez juste pu demander, j’aurais partagé ! s’exclama-t-il, à la fois serviable et indigné. Ça n’avait pas été très poli ; en plus, il aurait peut-être pu lui proposer quelque chose qui lui aurait mieux convenu que du chocolat. En représailles, il referma la boite sur ses genoux.

Le visage face au sien lui disait quelque chose. Une vague impression de familiarité, mais impossible de mettre un nom dessus. Mince, peut-être que c’était lui, en fait, l’impoli ! Euh… Vous êtes ? se risqua-t-il prudemment, en espérant ne pas vexer son interlocutrice.
(c) 2981 12289 0

___________

♪♫♪

KoalaVolant


Dernière édition par Timothy C. Flowers-Quinn le Lun 27 Déc - 0:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Olivia Hetfield
Olivia Hetfield
◭ CREDITS : Rebels
◭ COMPTES : India Phillmore - Samaael A. Montgomery
◭ MESSAGES : 708

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyLun 21 Juin - 19:23

LE GOÛTER, C’EST SACRÉ ! Timmy & OllieJe bosse pour Phillmore avant tout. Les boulots, les surveillances, les éliminations. Tout pour lui. Je suis celle qui a l'oeil sur tout. Des détails, des réactions et autres. Aujourd'hui, j'ai un oeil sur des nouveaux qui doivent vendre des stup dans le parc du centre-ville. J'aurais pas choisi cet endroit mais c'est l'occasion de tester. Le beau temps arrive, les gens sortent. C'est en plein milieu d'après-midi que je pose un pied dans ce parc. Ça fait des mois, peut être des années que j'ai pas posé mon cul ici. Lunette de soleil sur le nez, mes cheveux brillent de rousseur après ma coloration. Autant changer de couleur après ce qu'il s'est passé. J'ai laissé mes cheveux pousser, bien que je sois tenté de les couper court. J'ai autre chose à foutre que de me brosser la tignasse.

Je fais un tour dans le parc, vois les familles profiter du soleil, les enfants jouant avec cette innocence dont je ne me rappelle plus l'empreinte sur ma psyché. Innocence, ils comprendront bien vite. Je m'adosse à un arbre et tire sur la cigarette électronique, une neuve. Je ne les vois pas encore. Peut-être pas le bon angle. Scrutant les lieux, mes yeux s'arrêtent sur un banc où s'assoit quelqu'un. Son visage me parle. Sa tronche de débile me dit quelque chose. Où ? ... Je mets quelques instants avant de retrouver la mémoire. Putain dix ans se sont passé. Boucle d'Or! Ce gamin que j'ai emmerdé dès mon plus jeune âge. Il a toujours eu une tête à claque. Trop gentil. Un vrai Jésus du 21 ème siècle. Dès les premiers jours je lui volais sa bouffe, ses goûters, je l'emmerdais de longue dès que je l'avais dans le collimateur. Il pleurait tellement facilement. J'étais con à l'époque. Et allez pas me dire que je le suis toujours où je vous fais un deuxième trou.

D'un pas décidé, n'ayant pas en vue les nouveaux dealers, je m'approche de celui que j'appelle Boucle d'Or, m'installe décontractée à côté de lui alors qu'il allait croquer dans un morceau de pain. Je lui arrache de la main sans une once de douceur et croque dedans à pleine dent. Il est outré, me regarde alors que je mâchonne avec un air goguenard.

Partager ? J'ai jamais aimé partager. C'est tout ou rien. Et y'a rien de mieux qu'un repas voler à la bouche d'un neuneu qui s'y attend pas.

Peut-être a-t-il autre chose dans sa boîte car il la referme avec une certaine vivacité dans le mouvement. Je rigole alors que je prends place, jambe croisée, mon regard se posant sur le parc en face de nous.

Ça manque d'un jus de fruit tout ça, glisse je en reprenant un morceau.

Parce qu'il y avait des jus de fruits, de souvenir. En tout cas, il me remet pas. Il me demande qui je suis et je le regarde avec un sourcil relevé. Je baisse mes lunettes pour le regarder dans les yeux. Bitch, please.

Allons, Boucle d'Or, tu me reconnais pas ? ... Je t'ai pourri des années d'école, ce truc c'est pas le premier que je te prends et ça sera pas le dernier. À croire que j'ai pas été assez loin à l'époque pour te marquer à vie.

Oui, connasse de voleur de pain au chocolat.

Qu’est-ce que tu fous là ! A Downfall ! Tu vas tellement pas survivre ici !

:copyright: Crimson Day

___________
« Come get some »

So many assholes... so few bullets. I'm not gonna fight you - I'm gonna kick ya'r ass.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas

Timothy C. Flowers-Quinn
Timothy C. Flowers-Quinn
◭ CREDITS : Avatar - inaheartbeatfaith (Tumblr) ♪ Signature - 2981 12289 0 (Crimson Day)
◭ COMPTES : Symea ♪ Rachel ♫ Satine
◭ MESSAGES : 198

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyDim 27 Juin - 20:21

Le goûter, c’est sacré !
Je ne suis pas un neuneu ! Se défendit Timothy avec beaucoup de conviction, et très peu de répartie. La jeune femme s’installa confortablement, décidant de conquérir le banc après son goûter. Il s’éloigna d’une fesse, la laissant s’étaler si elle le voulait, mettant par la même occasion son sac et sa boîte hors de sa portée. L’urbaniste se renfrogna quand elle évoqua les jus de fruit. Comment savait-elle pour ses briquettes ? Bien évidemment qu’il en avait avec lui, mais il n’allait certainement pas lui en donner une si elle-même n’aimait pas le partage. Elle n’était vraiment pas très gentille !

Son visage lui laissait une impression familière, alors Timmy se risqua à une question. Soufflée par tant d’audace, la rousse baissa ses lunettes de soleil et se présenta ni plus ni moins comme son bourreau de la cour de récré. Il resta quelques instants silencieux, parce que ça n’avait rien d’original. Toute une floppée d’enfant avait profité de son caractère excessivement doux pour l’embêter et le raquetter, tout au long de sa scolarité. Il la reconnu aux yeux bleus qu’il avait toujours trouvé très sévères pour son âge – surtout à l’adolescence, lorsqu’ils avaient fréquenté le même lycée. Instantanément, son visage s’illumina. Oh !

Oh, Olivia ! Je ne t’avais pas reconnu ! Tu as teint tes cheveux ? Ça te va bien ! S’exclama-t-il comme l’imbécile bienheureux qu’il était, avant de la gronder, un peu grimaçant : Tu ne devrais pas en être fière. Si, il se souvenait très bien de ses mauvais traitements. Ça n’avait pas été facile de se faire embêter et de ses faire piquer ses goûters, surtout après la mort de Papa Flowers. Sur la fin, les petits pains chocolatées, c’étaient la seule attention qu’était capable de lui accorder sa maman, entre deux prises de médicaments. Il se souvenait avoir pleuré très fort à cause d’Olivia, quelques jours avant que Maman n’oublie de venir les chercher à l’école, lui et Sam. Mais Timmy nourrissait difficilement de la rancune, et il n’avait pas davantage détesté Olivia au lycée qu’il ne l’avait fait à l’école. Il s’était souvent demandé si elle n’était pas malheureuse chez elle, et si elle ne l’expiait pas en embêtant ses petits camarades. Les enfants ne sont jamais méchants sans raison.

Hé ! Ça fait six mois que je suis ici, et je me débrouille ! … Même si c’est vrai que cette ville fait… Euh... Un peu peur. (Euphémisme. Il avait failli être réduit en bouilli, un soir, et Sam avait été brûlé au troisième degré.) Je voulais rejoindre mon frère et ma sœur, qui se trouvaient ici. J’ai obtenu un détachement et maintenant, je travaille pour la mairie. (Il lui lança un coup d’œil enthousiaste.) Et toi alors ? Comment tu t’es retrouvée ici ? Tu es partie du jour au lendemain, au lycée. On s’était un peu inquiétés, avec le reste de la classe.

Un peu, parce qu’ils n’avaient pas été proches, et qu’il avait déjà eu beaucoup de choses à gérer dans sa vie à ce moment-là – son adoption chez les Quinn, les retrouvailles avec son frère, sa jalousie envers Ofelia, ses résultats scolaires. Il était content d’avoir de ses nouvelles.

Je veux bien te donner du jus d’orange, mais seulement si tu promets de ne pas piquer mon autre petit pain. Proposa-t-il avec une certaine méfiance. Gentil et serviable, le Timmy, mais tout de même un peu réaliste.
(c) 2981 12289 0

___________

♪♫♪

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Olivia Hetfield
Olivia Hetfield
◭ CREDITS : Rebels
◭ COMPTES : India Phillmore - Samaael A. Montgomery
◭ MESSAGES : 708

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyDim 11 Juil - 17:38

LE GOÛTER, C’EST SACRÉ ! Timmy & OllieC'est pas un neuneu ? Lui ? J'ai un rire ironique à son égard. Il s'éloigne de moi, comme si je puais le fauve. Il ne semble pas me reconnaître mais en même temps avec mes cheveux passant du blond au roux, les laissant pousser pour changer de gueule, surtout après Fallenwalk. Se faire discrète. Vu qu'il se souvient pas de moi, je lui rappelle la connasse que j'étais quand on était môme. ça n'a pas vraiment changé avec le temps mais il semble pas vraiment se souvenir et il mit un temps avant de me reconnaître. Ma déception semble effacée et je laisse un bras, félicitant sa mémoire par ce geste. Mais il me désoriente par sa question et je reste bouche bée alors qu'il me dit que je devrais pas être fière. Je préfère ne pas m'attarder dessus, car y'a rien de fière dans la persécution d'un autre môme. J'étais violente pour tout et pour rien, j'étais pas vraiment heureuse à cette époque et ça c'est pas vraiment arrangé avec le temps.

Ouais, c'est pas venu tout seule, comme ça du jour ou lendemain. Je me suis pas réveillée rousse par le saint esprit. Ou alors il aurait fallu que je me mette une mine d'enfer pour pas me souvenir m'être teint les cheveux, gogole.

Je mords dans le pain aux chocolats et je mugis tout en mâchonnant, pour finir par lui demander ce qu'il fout ici. Parce qu'on dirait surtout un oisillon tombé du nid et Downfall est une zone sauvage et dangereuse où on ne fera qu'une bouchée de lui. Il m'apprend qu'il est là depuis six mois et qu'il flippe, ce qui me fait sourire, me moquant de lui. Gentiment, mais ça, crevez pour que je le dise. Apparemment son frère est là. Il avait une sœur ? Je m'en souviens pas, mais je me souviens de l'autre minus qui se mettait en travers de mon chemin quand j'emmerdais Timmy. Il est là pour la mairie. La mairie ? Merde alors ! C'est un vendu ? Je dois lui faire une tête au carré ? Je le regarde et ramène mon regard où je vois enfin les gars venus dealer, de l'autre côté du parc. Bonne place. Il me demande en retour ce que je fais dans la vie. Je hausse des épaules, restant con quand il me dit que la classe qu'on avait en commun s'était inquiété.

Vous vous êtes inquiétés ? Sérieusement ? Que c'est charmant... Mon connard de beau-père a joué au con, a pris des risques avec des magouilles financières et il a préféré venir se cacher ici plutôt qu'assumer ces conneries et nous foutre la paix. Dommage pour lui, il a quand même fini en taule. Voilà pourquoi je suis venue ici. J'ai pas vraiment eu le choix. J'ai fait mon trou, j'bosse à gauche à droite. C'est plutôt cool en vrai. Mais c'est pas vraiment le genre de ville où t'as ta place, Timmy, y'a pas de place pour les Bisounours ou les conneries que tu rabâchais sans arrêt. Ah oui, les trucs de filles, les Disney.

Je mords à nouveau dans le pain et je reprends.

Tu fous quoi à la Mairie ? T'es avec Cleveland ?

Parce qu'il est bon de savoir ce qu'il branle là-bas. Je le vois pas dans les têtes dirigeantes de cette merde qui est censée représenter la ville. Une tête pensante ? Un gars de l'ombre ? Non. Il finit par me faire une proposition et je pose mon regard, baisse mes lunettes à nouveau pour croiser son regard.

T'as un autre ... Pfff ahahha ! On dirait que t'as cinq ans Boucle d'or, avec ton goûter et tes briquettes de jus. Sérieux. Vas-y balance le jus, je te promets de pas te le voler. Pour cette fois.

Et je tends la main pour qu'il me donne son jus. Comme au bon vieux temps où je n'ai pas besoin de le menacer pour avoir à manger. Parce qu'en vrai, j'avalais rien de chez moi, je ramenais rien même si ma mère cuisinait à l'époque, j'avais en horreur tout ce qui était en lien avec cette baraque.

Et ton frère, il fout quoi là ? Et je me souviens pas que t'avais une sœur ? Qu'est-ce qu'ils foutent là ? Parce qu'il faut avoir une raison glauque pour venir ici. Ils ont tué des gens ? Ils ont des emmerdes à l'extérieur ?


:copyright: Crimson Day

___________
« Come get some »

So many assholes... so few bullets. I'm not gonna fight you - I'm gonna kick ya'r ass.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas

Timothy C. Flowers-Quinn
Timothy C. Flowers-Quinn
◭ CREDITS : Avatar - inaheartbeatfaith (Tumblr) ♪ Signature - 2981 12289 0 (Crimson Day)
◭ COMPTES : Symea ♪ Rachel ♫ Satine
◭ MESSAGES : 198

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptySam 31 Juil - 21:44

Le goûter, c’est sacré !C’était complètement dingue de retrouver une vieille connaissance, comme ça, par hasard, si loin de chez lui ! Enfin… À vol d’oiseau, il y a peu de distance ; mais avec l’interdiction de passer librement le mur, son foyer à Los Angeles lui manquait beaucoup. Timmy regrettait ses collègues, ses amis, ses petites habitudes, et surtout, ses parents. (Seul son amour pour sa fratrie avait pu le convaincre de s’expatrier ainsi.)

La piqueuse de goûter mâchonnait crapuleusement le petit pain dérobé, et entre deux mastications, elle le traita de noms de d’oiseaux. Timmy pencha la tête. Je n’ai pas sous-entendu que tu oublierais d’avoir teint tes cheveux. Je ne me permettrais pas. Il esquissa un sourire malin qui voulait dire tout le contraire. …C’est toi qui l’a dit, pas moi !

L’urbaniste houspilla (gentiment) Olivia sur ses mauvais traitements passés, mais l’effet recherché fut certainement annulé lorsqu’il lui confia que lui et le reste de la classe s’étaient inquiétés de son départ. Etonnamment, elle lui répondit. Timothy tira à une grimace à l’évocation du beau-père et lui lança un regard empathique. Olivia avait subi la bêtise d’adultes ; Timothy ne supportait pas les hommes qui entraînaient les leurs dans des histoires sombres. Ça le mettait tellement… Tellement… Comment disait-on, déjà ? Ah oui : en colère ! Encore un pseudo père qui n’avait pas regardé assez de films de Noël sur les valeurs de la famille.

En tous cas, sa présence ici semblait vraiment dérouter Olivia. Timothy ne pouvait pas vraiment lui en vouloir. Il se sentait un peu comme un petit poisson hors de l’eau. C’était trop bien, les Bisounours. Marmonna-t-il dans sa barbe. Et les Disney, ce n’est pas que pour les filles. Je sais que tu n’aimes pas partager, mais les dessins animés, ce n’est pas comme les goûters. Ils ne vont pas disparaitre si d’autres que toi les consomment. Non, mais !

Olivia l’avait regardé de travers,  derrière ses lunettes, quand il lui avait dit travailler pour la mairie. Elle le questionna à ce sujet, avec l’air d’un professeur qui n’attendait aucune bonne réponse de la part de son élève. Ne comprenant pas pourquoi elle se montrait soudainement plus ronchon qu’un poussin à l’évocation de son travail, il répondit avec un sourcil haussé. Je suis urbaniste. J’ai fait beaucoup de réunions avec madame Cleveland, au début. Mais, maintenant, je ne la vois plus que dix ou vingt minutes par semaine, pour la tenir au courant de l’avancée de projets. Pourquoi ? Et toi, tu fais quoi ? C’est quoi ton « j’bosse à droite, à gauche ? » Si tu travailles dans la restauration, tu croiseras peut-être mon frère.

Timmy était persuadé, avec très peu d’objectivité, que Sam était l’un des meilleurs dans son domaine. Et Ofelia aussi, du côté des gâteaux. Personne ne surpasserait ses frères et sœurs à ses yeux. Ce qu’ils préparaient avaient un goût spécial. Penser à tout ça, et voir Olivia mâchonner son petit pain, ça lui donnait envie d’en manger un autre. Un qu’il voudrait terminer, cette fois. Il lui proposa donc un petit jus de fruit en échange de la promesse de garder ses mains loin de son goûter… ce qui la fit bien marrer. Tsssss ! Elle parlait d’un ton moqueur, mais ça ne l’empêchait de grignoter. Il lui fit part de son observation avec un sourire malicieux. Pour quelqu’un qui se la joue tellement adulte, t’as l’air de vaaaaachement aimer mes goûters d’enfant de cinq ans. Donc, j’en déduis que tu n’es pas aussi grande que tu veux bien le dire. Il fouilla dans son sac, super fier de sa réplique, et fronça les sourcils en déposant doucement la briquette de jus dans la main tendue. Ce serait quand même mieux de dire « s’il te plait ».

Timothy en prit également une pour lui, déploya méticuleusement les ailettes en carton, et fut tellement surpris par Olivia qu’il loupa l’opercule et planta sa paille dans le vide. Quoi ? « Tuer des gens » ? Bien sûr que non ! On ne ferait de mal à personne ! S’indigna-t-il. Tout le monde ne venait pas à Downfall pour un motif glauque, Timmy en était la preuve vivante. Mon frère est venu chercher notre sœur. Elle avait disparu, et il avait des raisons de penser qu’elle était ici. Il… a eu une bonne intuition. Ofelia ne s’était jamais trouvée à Downfall, mais inutile de rentrer dans les détails. Cet épisode douloureux ne concernait que sa famille. C’est la plus jeune d’entre nous, elle était au collège quand mon frère et moi étions au lycée, c’est peut-être pour ça que tu ne te souviens pas d’elle. Outre le fait qu’ils n’avaient pas grandis ensemble, mais ce serait long à expliquer. Silencieusement, Timothy sortit son deuxième petit pain.
(c) 2981 12289 0

___________

♪♫♪

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Olivia Hetfield
Olivia Hetfield
◭ CREDITS : Rebels
◭ COMPTES : India Phillmore - Samaael A. Montgomery
◭ MESSAGES : 708

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyJeu 12 Aoû - 12:22

LE GOÛTER, C’EST SACRÉ ! Timmy & OllieEn dehors du fait qu’il ne m’a pas reconnu de par ma couleur et surtout dix ans dans la gueule, il me complimente. Je passe à l’as cette information parce que je sais que je suis bonne. Je me le dis tous les jours. Mais à la différence des autres, de par sa personnalité de simple d’esprit, je sais que c’est sincère. Alors j’embraye sur cette fameuse couleur et Boucle d’Or se défend comme il peut.

Gogole, que je la lâche en levant les yeux au ciel, sourire aux lèvres, moqueuse.

Je pourrai être carrément ivre et me teindre les cheveux en rose, comme à fait Trompette, va savoir pourquoi. Son pain fait du bien par où ça passe. J’ai faim en vrai. Je lui résume mon histoire, omettant le fait que je suis une Prayer, surtout par les temps qui court, même si je suis fière de ce que je suis, finir en taule n’est pas dans mes priorités. Son regard empathique m’emmerde, j’ai pas besoin de pitié et je claque un coup de langue agacé. C’est pour ça que je raconte pas mon histoire, bien qu’ici les gens en auraient rien à foutre en vrai. Je passe les détails sur ma mère Alzheimer, les sucettes de mon beau-père et les bites que j’ai dû me farcir jusqu’à trouver ma place au sein des Prayers. Il ne s’en remettrait pas et faudrait que je le cajole pour qu’il arrête de chialer. Putain, rien que d’y penser ça me gave. Tant de niaiserie. Et je l’entends marmonner dans sa barbe, défendre ces dessins animés d’un autre temps. Quoi … Ils continuent d’en faire ? Oh merde.

Si tu fais péter les locaux où ils bossent, ça sera pas demain la veille qu’ils en referont.

Un regard vers lui, un sourire goguenard et je me mets à rire en posant mon dos sur le dossier, glissant mes bras sur celui-ci, une main passant derrière Timmy, l’autre tenant toujours le pain. J’attends son regard choqué par mes paroles et je pose mon regard sur les dealers qui se fument une clope de l’autre côté. Des jeunes passent devant eux et ils les accostent. Je fronce les sourcils tandis que la conversation continue, je m’intéresse à ce qu’il fait. Putain ça fait longtemps et c’est comme si c’était hier. Je sais pas grand-chose de lui en vrai, mais retrouver une tête pareille… Ça me fait quelque chose. Va savoir quoi par contre. Boucle d’Or m’explique qu’il est urbaniste, même si j’ai foutrement aucune idée de ce que ça veut dire. Il a croisé Cleveland à maintes reprises apparemment. Il est pas vraiment important. Heureusement. Ça m’aurait fait chier le cas contraire.

Parce que lécher le cul de Cleveland est un sport national par ici, tous l’on en adoration alors que bon … ils ont la mémoire courte, les gugusses. Mais tu veux pas savoir, c’est mieux pour toi.

Les Baneshadows qu’elle gérait avec son mari étaient loin d’être des saints et avaient réussi par des moyens obscurs pour aller en politique. De ce que j’avais compris. Je me suis fais une joie d’exterminer ses extrémistes radicaux. Médiatique, politique mais surtout pourris jusqu’à la moelle et derrière leur grand sourire, ils nous enculaient chaque jour. Et parce que je reste flou sur mon métier, il s’enfonce dedans parce que je ne m’étalerai pas sur l’autre connasse de Cleveland.

Ça veut dire ce que ça veut dire, j’bosse à droite à gauche, je fais un peu de nettoyage, de dératisation, du commerce par-ci par-là et même un peu de sécurité, là où y’a du boulot, je prends. Ton frère est dans la restauration ? J’ai pas vu cette tête de con par ici. En tout cas y’a pas de risque que je le croise au fourneau, je sais allumer un feu mais je suis plus douée pour manger que pour cuisiner.

Je cuisine quand je suis chez moi, quand je suis chez ma mère aussi, c’est pas de la grande bouffe mais ça se laisse manger. Ma mère mange quand je suis là, et au fond ça me rassure parce qu’elle a perdu l’appétit même si j’ai appris y’a pas longtemps qu’elle bouffait du sucre à longueur de journée, obligeant sa voisine à lui enlever tout. Timmy sort un autre pain que je regarde avec convoitise mais je n’en fais rien. C’est plus une plaisanterie. Gamine, je l’aurai tapé jusqu’à récupérer sa mallette et partir avec. Au moins, c’était préparé avec amour. Un sourire malicieux apparaît sur le visage du blondinet alors que j’enfourne le pain qui me reste dans la bouche. Je le gobe même. Je mâchonne, lui laissant le temps de terminer sa phrase, concluant par la même occasion que j’étais qu’une gosse. Mais… ?!

C’est pas moi qui me ramène avec ma petite mallette, mes petits pains et mes briquettes de fruits sur un banc. On dirait que t’es Forrest Gump avec sa boite de chocolat. Là-bas, à l’entrée du parc, y’a un stand de hot-dog, si t’avais pas été là, j’aurai fini par m’en prendre un. A la différence de toi, Boucle d’Or, j’ai pas de rythme de vie, je mange quand j’ai faim et pas parce que c’est l’heure du goûter.

Non mais ! Je suis pas une gosse. Je peux l’être mais pas là. Est-ce que je suis en train de grommeler dans ma tête ? Ouais. Mais chut. Cet abruti me renvoie à certains souvenirs. D’ailleurs, ce dernier me rajoute de la politesse dans mes demandes. Je penche la tête sur le côté et lui dis :

Non.

Aussi simple que ça. Et je veux savoir ce que fout sa fratrie à Downfall. Parce que c’est pas pour de l’humanitaire qu’on vient volontairement. Faut être con quand même. Choqué comme un lapin devant les phares d’une voiture en pleine nuit, il défend qu’ils sont des non-violents. Ben tiens, son frère m’avait poussé gamine pour le protéger. C’est un violent. Timmy m’explique les raisons et je hausse d’un sourcil. Disparition, recherche et intuition. Pourquoi sa sœur est venue se cacher dans un endroit pareil. Pas net tout ça. Et il me rappelle qu’elle était au collège quand lui était au lycée, que j’ai retrouvé sa tronche de con après des années de disparition. Je bois à la paille de la briquette. Manque de la vodka.

Je me souviens surtout que t’as disparu du jour au lendemain alors qu’on était môme, on nous avait dit que tu changeais d’école puis t’es revenu quand on était au lycée et c’est moi qui me suis barrée après. J’t’avouerai que tes histoires de fratrie, ça me dépasse un peu. Ta mère s’est remariée pour pondre votre sœur ? Ton père est pas mort je-sais-pas-où ?

Bonjour le tact. J’avais plus personne à martyriser, j’ai fini par trouver quelqu’un d’autres mais c’était pas pareil. Y’avait des bruits de couloir, des trucs pas drôles et même si je suis une ordure, j’irai pas lui raconter ce qui c’était dit. Qu’il avait balancé sa mère au service sociaux et qu’il avait été séparé de sa famille, que sa mère était un déchet de la société, incapable de travailler et nourrir sa famille, qu’elle aurait dû se remarier. Des choses pas cools et j'avais collé un poing à un gosse qui s'amusait à répandre ce genre d'ineptie.

:copyright: Crimson Day

___________
« Come get some »

So many assholes... so few bullets. I'm not gonna fight you - I'm gonna kick ya'r ass.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas

Timothy C. Flowers-Quinn
Timothy C. Flowers-Quinn
◭ CREDITS : Avatar - inaheartbeatfaith (Tumblr) ♪ Signature - 2981 12289 0 (Crimson Day)
◭ COMPTES : Symea ♪ Rachel ♫ Satine
◭ MESSAGES : 198

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyDim 19 Sep - 20:49

Le goûter, c’est sacré !Pourquoi Olivia parlait de faire exploser des bâtiments, d’un coup ? Timmy la fixa avec l’air de quelqu’un dont la sensibilité venait d’être heurtée. Il préféra abandonner ce segment de leur conversation pour ne pas causer de désaccord entre eux. (Il ne trouvait pas ça rigolo de plaisanter sur ce genre de sujet. Traumatisme familiale.)

Il lui confia qu’il travaillait comme urbaniste pour la Mairie, ne remarquant ni les dealers devant lui, ni la main d’Olivia, dans son dos. Sans se douter que son métier ne lui parlait pas du tout, il répondit, un peu perplexe, sur la fréquence de ses réunions avec madame Cleveland. J’en déduis que tu ne l’aimes pas beaucoup. Moi, je la trouve gentille. Tenta-t-il, un peu à mal à l’aise. Pour le peu qu’il avait travaillé avec elle, il n’avait pas eu à s’en plaindre. Elle était aimable et ne passait pas ses humeurs sur lui, si jamais un projet n’allait pas dans son sens. On ne pouvait pas dire la même chose de tous les élus avec qui il avait travaillé. C’était une catégorie de personnes compliquées, prêtes à faire pression sur leurs équipes pour que des aménagements urbains (souvent irréalistes) soient réalisés durant leurs mandats. Timmy serait triste de s’être trompé sur Mme Cleveland ; Olivia s’arrêta d’ailleurs d’elle-même, préférant le laisser dans une ignorance heureuse. Mais elle en avait trop dit, ou pas assez. Inconsciemment, dès le lendemain, il prêterait l’oreille aux rumeurs circulant dans les bureaux.  

Olivia resta vague sur ses occupations, et les précisions qu’elle lui apporta l’éclairèrent à peine. Elle vivait apparemment de jobs mis bouts-à-bouts et en parlait avec le détachement de ceux qui n’aimaient pas particulièrement leur emploi. Ça lui faisait presque froid dans le dos. Pour lui, impossible de se lever tous les jours pour travailler dans un endroit qui ne le faisait pas vibrer. Il avait besoin d’aimer, tout le temps, y compris ce qu’il faisait. Il croqua dans son petit pain et fronça les sourcils en défendant son frère : Il n’a pas une tête de con ! Toutes les filles qui voulaient passer du temps avec lui pourraient le confirmer ! Mais le bienheureux retrouva vite son sourire quand elle lui confia qu’elle ne savait pas cuisiner. « Allumer un feu ? » Comme dans les Croods ? Moi, je suis pas aussi doué que mon frère, mais je sais faire de bons cookies.

Et comme on ne pouvait pas vieillir aux côtés de Samael et Ofelia sans devenir soi-même un peu taquin, il remarqua avec une grande justesse que pour une femme se targuant de maturité, elle se jetait sur ses goûters avec une diligente voracité. Elle l’attaqua sur ses habitudes enfantines, mais il se contenta de sourire, n’ayant absolument pas honte de ce qu’il était, et rétorqua avec un malice serein : Oh, manger des hot-dogs en dehors des heures du goûter. T’es trop une rebeeeelle.  Il lui fit même l’affront de lâcher un bref rire enfantin (et moqueur !), mais elle remit vite les pendules à l’heure avec un simple « Non », lui refusant la plus basique des politesses contre une briquette de jus de fruit. Trop méchant ! Mais comme la bonne poire qu’il était, il lui offrit quand même. (Non pas qu’il aurait été capable de lui arracher des mains, de toute façon.)

La suite de la conversation fut moins plaisante. Il se tendit, le bébou. Son pied tapa un rythme nerveux remontant le long de sa jambe, jusqu’à sa cuisse. Non, maman est morte. Ofelia, c’est notre sœur adoptive. Son ton sortit plus sec qu’il ne l’aurait voulu. Un sujet toujours sensible, malgré les années qui tardaient à agir comme un pansement. Il ne s’étala ni sur le manque de tact d’Olivia, ni sur son père, décédé lors des attentats des Tours Khobar, en Arabie Saoudite. 25 juin 1996, immeuble n°131, le début de la fin. On ne lui donnait jamais son âge, même au travail ; il n’y avait que lorsqu’il évoquait son histoire familiale qu’il s’écroulait sur lui-même… et paraissait soudain bien plus vieux qu’il ne l’était.
(c) 2981 12289 0

___________

♪♫♪

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Olivia Hetfield
Olivia Hetfield
◭ CREDITS : Rebels
◭ COMPTES : India Phillmore - Samaael A. Montgomery
◭ MESSAGES : 708

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyDim 3 Oct - 11:08

LE GOÛTER, C’EST SACRÉ ! Timmy & OllieOkaay, on va éviter de parler de bâtiment à exploser des entreprises qui produisent des dessins animés, j’ai en face de moi un homme trop sensible. Ou un gosse trop sensible. Il a le même âge que moi, pourquoi il est aussi mauviette ? Le sujet de son métier arrive vite et je pite rien à ce qu’il me dit. Urbaniste ? Il fait la décoration de la ville ? En vrai, je m’en fous, tant qu’il n’est pas flic, militaire ou un autre métier du genre qui m’obligerait à le flinguer, on est tranquille. Ça m’emmerde juste qu’il ait une vision aussi positive de Cleveland. C’est tout sauf une sainte, quand bien même elle en donne l’impression. Et Boucle d’Or me le fait savoir, il la trouve gentille. A sa déduction, je lui fais un signe de tête pour lui affirmer ce qu’il me dit. Non, je peux pas la blairer elle et ses sourires hypocrites. Tous les moyens sont bons pour se faire aimer mais je suis contente que Sheldon ait buté son mari, ce connard n’avait aucune race. J’en dis pas plus, préférant ne pas trop m’étaler sur ce qu’il finira par découvrir, entendre au coin d’un ballon d’eau ou d’une machine à café, si ces abrutis de la Mairie se souvenaient qu’elle était une Shadow, qu’elle avait les mains sales. Après, bon … Qui n’a pas les mains salies par le crime ici ? En dehors d’un gogole dans son genre, vierge de tout méfait, sauf avoir eu les cheveux longs à une période de sa vie qu’il vaudrait mieux que jamais je ne vois sans quoi je me moquerai de lui. A vie.

Il chercha à en savoir plus sur mes métiers, mais je reste vague, ramenant le sujet à son frère qui est dans la cuisine. Le genre de tête de con qui se croit beau. En vrai, je me souviens pas de sa tête mais je vais pas lui dire. Je lui fais savoir que mes talents culinaires sont pas très développés même si je suis capable de faire à manger. En vrai, je préfère manger chez les autres, par facilité. Timmy défendit son frère et ça me fait sourire, alors que je gobe le pain et le termine. Je m’en prendrai bien un autre en vrai. Je finira peut-être par me prendre un hot-dog avec tout ça. Il en vient avec une référence qui me fait hausser un sourcil, ne comprenant pas ce qu’il voulait dire. Les croods, c’est un nom de gang ? En plus de défendre son frère, il vante ses mérites. À croire que c’est une invitation à aller manger chez son petit frère.

Des cookies, rien que ça. Et pourtant, tu n’en as pas ramené pour ton « goûter ». Et à force de me dire que ton frère est un bon cuisinier, je fais finir par croire que tu m’invites à manger là où il bosse. Allez vendu, j’accepte ! J'te dirai quand je serai libre !

Et je m’attends à ce qu’il fasse sa donzelle effarouchée qui ne comprend pas ce qu’il lui arrive. Est-ce que je viens de lui imposer un repas en sa compagnie pour manger l’un des mets de son frère ? Ouais. Pourquoi ? J’en sais foutre rien. Je réfléchis pas à vrai dire. Fallenwalk a dû me faire perdre quelques neurones dans l’histoire. Il cherche en tout cas à m’attaquer. D’où lui vient cette confiance pour oser m’emmerder sur mon appétit ? Je suis une rebelle ? Hein ?

T’es con ou quoi ? Que je lâche, le regardant sans réaction, peut-être même pour le mettre mal à l’aise.

Je lui prends sa barquette de fruit, lui refusant toute forme de politesse. Et la conversation finit par dériver sur son histoire de famille. Je capte pas de suite qu’il se tend à mes questions. Que c’est un sujet qui le touche plus que de raison. J’ignore ce qu’il a vécu et je commence même à me demander si certaines rumeurs n’étaient pas vrais. Et il se montre avare de mots. Sa mère est morte et cette Ofelia est sa demi-sœur. Comment ? Son père était pas mort je-sais-pas-où ? Je le regarde quelques instants, remarque son pied qui tape un rythme absolument pas bon, je vois ses traits se durcirent pour contenir cette souffrance qu’il ne veut pas me montrer. Lui qui n’est que candeur. Et ça me fout en rogne ça. En première réaction, je lui aurai dit « bouhou, t’es pas le seul à avoir une vie de merde » mais il devait être un des rares à difficilement gérer tout ça. Quoique, il s’en sort plutôt bien. Il est toujours en vie.

Désolée, Timmy, que je lâche dans un souffle presque inaudible avant de reprendre une gorgée de la briquette, bruyamment, laissant quelques instants de silence avant de dire. Quelques années après qu’on soit arrivé ici, ma mère a commencé à perdre la boule, Alzheimer, précoce. Dans le genre, quotidien pas fun, je te bats à plate couture maiiis j’arrive à oublier que c’est une situation de merde. Je fais de la boxe, comme quand j’étais gosse mais beaucoup mieux maintenant, j’suis capable de dérouiller des mastodontes sans cervelle, et je continue la batterie, j’ai même un groupe, les Blackcat. Y’a pas meilleure batteuse que moi ici !

Est-ce que j’essaie de lui faire penser à autre chose ? Pour retrouver cette candeur débile qui fait briller son regard ? Ouais. Est-ce que je viens de lui balancer un secret pourtant bien gardé concernant ma famille ? Encore un ouais. Bordel que je me déteste à cet instant.

:copyright: Crimson Day

___________
« Come get some »

So many assholes... so few bullets. I'm not gonna fight you - I'm gonna kick ya'r ass.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas

Timothy C. Flowers-Quinn
Timothy C. Flowers-Quinn
◭ CREDITS : Avatar - inaheartbeatfaith (Tumblr) ♪ Signature - 2981 12289 0 (Crimson Day)
◭ COMPTES : Symea ♪ Rachel ♫ Satine
◭ MESSAGES : 198

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyJeu 18 Nov - 1:57

Le goûter, c’est sacré !Olivia semblait décidé à détruire toute son innocence au marteau. À commencer par trouver Madame Cleveland gentille. Il avait pensé écouter les rumeurs de la machine à café, mais en fait, il préférerait ne pas savoir. Comment réussirait-il à la regarder dans les yeux aux prochaines réunions, sinon ? Travailler avec quelqu’un à l’origine de méfaits le rendrait malade... Non, vraiment, ce n’était pas une hyperbole. L’impact sur sa santé s’en ressentirait. On ne pouvait pas travailler quand on était trop occupé à déprimer au fond de son lit avec une bouillote en forme de dinosaure bleu et un pull de Noël difforme (même en plein été).

La conversation passa par la supposée tête de con de son frère (ce que Timmy nia fermement !), le manque de talents culinaires d’Olivia, une référence aux Croods qui fit plisser les yeux de son interlocutrice, et… Il rêve, ou elle remet en question sa capacité à faire de bons cookies ? C’est suuuper vexant. Certes, il n’en a pas dans sa boîte à goûter aujourd’hui, mais il n’en fait pas tous les matins non plus. Il sait se montrer raisonnable et alterner avec d’autres types de gâteaux. Il a trente ans… pas dix !

Olivia enchaîna et, sans que Timmy ne comprit comment ils en étaient arrivés là, elle accepta de dîner avec lui au restaurant de Samael. La confusion rida son front de benêt sensible. Hein ? Il écarquilla les yeux comme un chiot pris en faute. Oh. Son frère lui recommande toujours de faire attention à ce qu’il dit, parce qu’il lui arrive de faire ce genre d’invitation sans s’en rendre compte (ce qui est ironique, puisque lui ne les saisit jamais lorsqu’il en reçoit). Désolé, je ne voulais pas… Il s’interrompit. Dans son regard passa une lueur de panique, celle d’un homme ayant peur de manquer de prévenance. Ce n’est pas poli de se rétracter après avoir accidentellement invité une dame à dîner ; heureusement, ses mamans l’ont bien élevé. D’accord. Tiens-moi au courant ! (Un miracle qu’il ne soit pas ruiné, vu la facilité à se faire inviter à ses frais.) Tu verras, c’est super bon ! J’espère que tu aimes les tapas ! Ajouta-t-il avec son enthousiasme habituel. Quitte à faire des bourdes, autant vanter les talents de son frère au passage. La famille d’abord.

Un repas était fixé, mais la conversation ne décollait pas de la nourriture. Olivia l’attaqua sur sa mallette à goûter, avançant qu’elle n’avait pas besoin de l’autorisation du cadran pour s’offrir un hot-dog. Timmy, amusé, la taquina sur ce point (parce que même lui ne trouvait pas ça super badass, de grignoter des hotdogs en dehors des heures de repas), mais la blonde ne réagit pas positivement à la plaisanterie. Si elle voulait le mettre mal à l’aise, ce fut réussi. Rien de tel qu’un regard blanc et froid. Timmy détourna sagement le sien vers sa boîte à goûter. Cool, cool, cool, cool.

Quand Timothy affirme que la suite fut encore moins plaisante, ce n’est pas un euphémisme. La conversation glissa, avec encore davantage de virtuosité que lui, la fois où Lana l’avait emmené faire du ski dans les environs de Chicago et qu’il avait fini en hors-piste (puis en boule dans un tas de neige). Olivia toucha à The Sujet Sensible (peut-être le seul chez Timmy), insistant dans cette voie risquée malgré ses signes d’inconfort. Une réponse sèche sortit de sa bouche, d’une voix qu’il ne reconnut presque pas. Sa jambe marquait le rythme de sa nervosité sans qu’il ne s’en rende compte, soudainement trop absorbé par les pigeons dégustant les miettes de nourriture tombées d’une poubelle, en face d’eux.

Contre toute attente, Olivia bruissa des excuses discrètes, mais sincères. Pour la première fois depuis que son pied avait commencé à battre sa mesure stressante, il releva les yeux et croisa son regard clair. Timothy resta silencieux devant sa confidence, l’empathie gonflant déjà ses poumons et le reste de son torse. Olivia était en train de perdre sa mère. Le temps dont elle disposait pourrait l’aider à se préparer, mais ne changerait pas l’issue de la maladie. Il se mordit la lèvre supérieur, ne relevant même la pseudo compétition de douleur dans laquelle elle les avait engagés. Il n’était pas le plus clairvoyant mais savait reconnaître un mécanisme de défense lorsqu’on l’y confrontait. À ce stade, l’identifier ne constituait même pas une preuve de bon sens.

Je suis sûre que tu joues très bien. S’avança-t-il doucement. De mémoire, tu as toujours aimé taper en rythme. Tes crayons sur ton bureau, sur les poteaux métalliques avec des bâtons… Ses mains sur sa tête, mais ça, Timothy préférait ne pas s’en souvenir. Il ne revint ni sur ses excuse, ni sur sa confidence, la gratifiant plutôt d’un sourire léger indiquant que tout était déjà oublié. Le trentenaire se balança un instant de gauche à droite, puis lâcha sur un ton conspirationniste, comme s’il avait peur qu’un des rares passants du parc lui en pique : Si tu veux, j’ai des brochettes de guimauve.
(c) 2981 12289 0

___________

♪♫♪

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Olivia Hetfield
Olivia Hetfield
◭ CREDITS : Rebels
◭ COMPTES : India Phillmore - Samaael A. Montgomery
◭ MESSAGES : 708

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyVen 3 Déc - 14:08

LE GOÛTER, C’EST SACRÉ ! Timmy & OllieJ’en arrive à accepter une invitation qu’il ne m’avait pas faite pour aller manger dans le restaurant où son frère travaillait. Sans lui laisser vraiment le choix. Mais comme Boucle d’Or est du genre poli, il n’ira pas me dire l’inverse. Je souris en voyant comme il est facile de le berner. J’ai bien cru qu’à un moment il allait me dire non mais je pose mon regard sur lui interrogateur et il accepte, vantant les mérites des délicieux tapas qu’il a déjà eu l’occasion de goûter. Je regarde dans la direction des caïds qui cherchent à refiler de la drogue et lui dis amusée :

J’aime beaucoup les tapas, je te préviens de quand je suis libre !

Autant dire que je vais récupérer son téléphone prochainement pour lui enregistrer mon numéro de téléphone. Il tente une plaisanterie qui ne décolle pas du sol, alors que lui est en mode aérien, je le ramène rapidement sur terre et je sens bien que j’ai foutu un malaise. Bordel de tête à cul qu’il est sensible. Ses yeux se rivent sur sa boite. Et je crois que j’ai enfoncé le clou en amenant le sujet de la famille sur le tapis. Dans le genre, j’ai fait une bourde, je l’ai compris que trop tard. J’hésite entre le secouer ou me montrer plus douce. À mon niveau. Alors, je m’excuse et lui parle de ma mère, chose que je n’ai fait à personne ici, en dehors du Rebouteux qui n’a pas eu d’autres choix que de voir ma mère, Vega qui la connaît et lui. Personne ne sait pour elle, pour son lien avec moi, la difficulté que j’ai au quotidien, me noyant dans de grandes frasques pour oublier que la vie, c’est de la merde en boite. Aussi détestable qu’elle a pu être par le passé, elle reste ma mère et je dois rester près d’elle. Et cette confidence me permet de lui faire oublier la peine que je lui ai causée quelques instants plus tôt. Une affirmation, un souvenir lui revient. Un souvenir que j’ai moi-même pas pointé du doigt car c’est bien vrai que j’avais toujours ses habitudes. Je souris à cette mémoire qu’il a de cette période-là.

T’as une bonne mémoire… T’avais une bonne tête aussi pour battre le rythme.

Et je mets à rire, terminant la briquette de fruit, la posant sur le banc entre lui et moi. Jambes croisées, détendues, j’étends à nouveau mes bras le long du dossier, regardant le parc un temps après avoir croisé du coin de l’œil le sourire léger qu’il me donne. Et la suite me ramène à lui, son ton de gosse qui a un trésor me fait hausser un sourcil.

T’es Mary Poppins en fait.

La seule référence que je pourrai lui donner parce que ma mère aimait bien ce film et on se le regarde un peu trop souvent. Quoi, c'est un Disney ? Et comme je pressens qu’il allait me regarder avec des yeux ronds, je me lève et lui demande :

J’t’en prends une mais je vais me prendre un hot-dog, ça te dit ?

J’attends sa commande et me dirige vers le stand de hot-dog où je nous prends deux hot-dogs avec les sauces demandés, oignons frits par-dessus pour saupoudrer le tout. J’en profite pour passer devant les deux glandus qui ont du faire une vente ou deux sous mes yeux et je leur rappelle qu’ils sont deux boulets, leur indiquant, dos tournée à Boucle d’Or, ce qu’ils doivent faire pour toucher plus de monde. C’est pas en après-midi, dans un lieu où il y a des enfants qui vont jouer, des familles qui s’y promènent et des sportifs qui font le tour qu’ils auront les meilleures ventes. Trop de risque. Ça ne dure que quelques minutes, les deux gars s’en vont et je passe un coup de fil à leur supérieur pour faire le point alors que je retourne vers Timmy.

Tiens pour toi, je lui dis en lui tendant le hot-dog, file-moi ton téléphone, Boucle d’Or … pour que je t’enregistre mon numéro, pas pour te le prendre, t’inquiète, je ne vole que tes goûters … Tu sais combien de temps tu comptes rester, enfin si on te laissera partir, tout du moins ?

J’ai posé mon « sandwich » sur le banc, dans son papier de protection, attend qu’il me file son téléphone avant de lui poser la question sur le temps qu’il restera en ville. Est-ce qu’il pourra partir après ça ? Est-ce qu’il ne sera pas coincé comme nous tous ? Je ne connais pas ce téléphone malgré les importations qu’on a, je me rends compte que nos téléphones ne sont pas aussi récents que ceux hors de la ville. Je ne bataille pourtant pas longtemps pour me faire sonner, une simple vibration dans ma poche et je lui rends son téléphone, hésitant un instant à mordre mon hot-dog. J'hésite encore plus à lui voler le sien pour la blague mais j’aurai eu le droit à un regard effarouché de biche. J’ai grandi moi aussi, j’ai trente ans … pas dix. Eeeh, avant même qu’il ait le temps de le goûter, je choppe le sien et croque dedans :

C’est la taxe ! Dis-je la bouche pleine.

:copyright: Crimson Day

___________
« Come get some »

So many assholes... so few bullets. I'm not gonna fight you - I'm gonna kick ya'r ass.
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas

Timothy C. Flowers-Quinn
Timothy C. Flowers-Quinn
◭ CREDITS : Avatar - inaheartbeatfaith (Tumblr) ♪ Signature - 2981 12289 0 (Crimson Day)
◭ COMPTES : Symea ♪ Rachel ♫ Satine
◭ MESSAGES : 198

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy EmptyLun 27 Déc - 0:54

Le goûter, c’est sacré !Olivia appréciait le menu du restaurant où travaillait Samael ! Ouf, voilà qui rattrapait son invitation maladroite. Son frère lui disait toujours de faire attention à ce qu’il disait, sous peine de se placer dans l’embarras. Olivia n’était pas du genre à se formaliser de ce genre de maladresse (s’en moquer, oui, s’en vexer, non). Une risette fendit les joues de Timothy lorsqu’elle lui confirma son amour pour les tapas avec un enthousiasme carnassier. Il se crispa légèrement en songeant à son pauvre portefeuille. À la façon dont elle avait toujours dévoré ses goûters, sur l’échelle de l’appétit, Olivia rivalisait davantage avec la princesse Fiona que Blanche-Neige.

La discussion se poursuivit, devenant moins plaisante ; son sourire flétrit plus vite que la mère Gothel une fois privée de la fleur aux pétales d’or. Ses pieds marquèrent un rythme nerveux, son regard s’ancra dans les arbres, droit devant lui, mais Olivia s’excusa, et tout mauvais sentiment disparut de son être comme un nuage de fumée. Il sourit doucement aux confidences de la batteuse, ajoutant quelques souvenirs de leur enfance, de la petite fille tapant en rythme sur tout ce qui lui passait sous la main. (Y compris son petit crâne, ce qu’elle ne manqua pas de rappeler.)

J’avais fait exprès de ne pas en parler. Grommela-t-il, ressemblant plus à un enfant boudeur qu’à un adulte contrarié. Je note que t’adore mettre les pieds dans le plat. Jamais de mauvais poil trop longtemps, il lui proposa une brochette de guimauve, sur le ton d’un pirate confiant à un membre de son équipage l’emplacement de son trésor enfoui. (Mais pour Timmy, nul or, que des sucreries.) La blonde établit, le nez froncé, la ressemblance frappante entre lui, équipé de sa boîte à goûter, et Mary Poppins, parée de son sac magique. Quelle référence supercalifragilisticexpidélilicieuse ! Il sentit son torse se gonfler, et avant qu’il n’ait le temps de se lancer dans un flot adorateur sur ce film, Olivia lui proposa un hot-dog.

Évidemment, Timmy interpréta ce geste comme une façon de rembourser la longue dette d’encas qu’il ne lui avait jamais demandé de rembourser. Trop gentille ! Il avait toujours sût que c’était une chouette personne ! Comme si c’était le meilleur moment de sa journée (et comme lui aussi était trop un rebelle prêt à manger du salé en dehors des heures de repas), il passa commande. Oh oui, s’il te plait ! La recette traditionnelle new-yorkaise pour moi. Moutarde américaine et oignons frits. Ça ne vaudrait pas les hot-dog qu’il avait dégusté lors d’un voyage dans la Grosse Pomme (même ceux de Sam manquaient de saveur à côté !), mais il avait terriblement envie d’en retrouver le goût.

Olivia s’éloigna vers le stand. Timmy profita de cet instant de calme retrouvé pour croquer tranquillement dans ses brochettes, sans blonde pilleuse et affamée. Les joues remplies de guimauve et gonflées comme celles d’Hamtaro, il observa les passants, renvoya du pied un ballon qui avait atterrit près du banc, sourit devant le signe reconnaissant des enfants. Distraitement, il nota deux gars droit devant lui. Sûrement deux copains qui profitaient du beau temps.

Tiens, Olivia venait de les rejoindre. Des potes à elle ? Après une courte conversation, les deux compères s’en allèrent. Merci ! S’exclama-t-il une fois qu’Olivia l’eut rejoint et donné le hot-dog. Des amis à toi ? Je leur aurai bien proposé de nous rejoindre, mais ils sont partis. Tiens ! Il gigota quelques instants pour attraper son téléphone et lui tendit. Le fin fumet s’échappant de son hot-dog lui donnait l’eau à la bouche. Il amorça une bouchée, mais s’interrompit en haussant un sourcil.

Si on me laissera partir ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Je suis sous contrat, Olivia, pas en prison ! Il rit bien naïvement en secouant la tête. Pourquoi s’évertuerait-on à la retenir ici ? Dans quel intérêt ? Il n’est personne pour cette ville, juste un urbaniste dépêché sous contrat dont la véritable vie est à Los Angeles. Bardé de confiance dans les institutions et la justice américaine, il trouva l’idée bien farfelue. Mon contrat dure jusqu’à la fin de l’année. Je vais sûrement proposer de rester un an de plus. Je n’ai pas fait le quart du tiers du centième de ce que je dois faire pour remettre ce quartier sur pied… Bon, en vrai, un an de plus ne suffirait pas non plus. Mais avec ça, je pourrai laisser des bases saines à celui ou celle qui me succédera à ce poste. Il récupéra distraitement son smartphone. Mon départ dépendra surtout des mes frères et sœurs. Sam ne repartira pas sans Ofelia, et Ofelia ne veut pas quitter Downfall pour l’instant. Une histoire d’amoureux. Timmy ne l’avait pas rencontré mais Sam répétait sans cesse que c’était un con.

Subitement, son sous nez de neuneu, une partie de son hot-dog disparut directement dans la bouche d’Olivia. Timothy fixa bouche bée le sandwich, puis la blonde vorace, et éloigna le précieux de sa portée. Trahison, disgrâce ! S’indigna-t-il dramatiquement. T’es pire que les impôts. Tant d’espoirs brisés en une bouchée. Pour la forme, il croqua une part encore plus grosse, qu’il eut du mal à mâcher. Les jeunes gens grignotèrent dans un silence confortable, parfois interrompu par une pique d’Olivia ou une geignerie de Timmy, jusqu’à ce que le trentenaire se lève d’un bond en réalisant que sa pause de (supposément) dix minutes dépassait la demi-heure. Oh, oh. Il engloutit le reste de son hot-dog, babilla ses explications, puis détala comme le lapin blanc d’Alice. Non s’en s’être brièvement retourné pour faire signe à Olivia de l’appeler.
(c) 2981 12289 0

___________

♪♫♪

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy   [TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINÉ] Le goûter, c’est sacré ! ♪ Olivia & Timmy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 【 We're livin' in a Dirty World 】 :: Civic Center :: White Point Park-