Partagez | 
 

 Downfall Chronicles #3 - Le mur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
ϟ CREDITS : avatar_(c)syndrome . gif_(c)tumblr
ϟ AUTRES PERSONNALITES : PNJ / MJ
ϟ MESSAGES : 568

MessageSujet: Downfall Chronicles #3 - Le mur   Mar 24 Fév - 13:04


     


     
LE MUR

     
CONSTRUCTION DU MUR

Au printemps 1993, poussa au milieu des fleurs bourgeonnantes un immense mur de 27 kilomètres de long, séparant Downfall de Los Angeles. Sa construction ne prit pas plus d'une semaine, les autorités étant pressées de colmater l'hémorragie.

Le 13 décembre 1968, Downfall nait sous les revendications des participants. Elle devient alors une identité à défendre. Cinq ans après, l'agitation peine à être totalement contenue et conduit Los Angeles à armer les frontières du quartier expérimental afin de limiter les débordements. Ce qui n'empêche pas la ville de grandir, de gagner des quartiers au gré des années, d'autant qu'en 1980, elle échappe aux mains des scientifiques. Après une période de guerre ouverte entre les habitants de Downfall et les forces militaires de Los Anegeles, un mur est construit.
Depuis, le mur connait de nombreuses fractures, et porte encore aujourd'hui les nombreuses cicatrices des affrontements sanglants ayant touché Downfall. Cependant, il tient, et continue à boucher l'horizon, séparant pudiquement les bonnes gens de Los Angeles des fous dégénérés du Projet 1959. Ecrasée contre le front de mer, la ville continue de voir sa population augmenter, et l'espace vient à manquer.
Les quartiers d'Inglewood et de Skid Row sont attenants au mur et sont réputés dangereux. Le premier car il accueille une caserne militaire chargée de protéger le passage entre Downfall et Los Angeles. Ce dernier pied mis dans le quartier expérimental est, par ailleurs, régulièrement piétiné. Skid Row s'apparente plus à un immense no man's land, malgré quelques constructions à la frontière des autres quartiers.


SURVEILLANCE MILITAIRE

Ainsi, le mur se présente comme un bloc de ciment de six mètres de haut, parfaitement hermétique et impénétrable. Il est minutieusement gardé par l'armée américaine depuis sa création. Un climat tout particulier règne dans les zones d'Inglewood et de Skid Row : la mort semble toujours y rôder, alimentant une violence sourde chez quiconque regardera cette immense suture. Les habitants de Downfall détestent le mur et s'en sentent prisonniers.
Depuis sa construction, tout passage entre la ville et Los Angeles, de quelque nature qu'il soit, fait l'objet d'une importante fouille et d'une vérification de l'identité des personnes et de la nature des marchandises transportées. Seuls les militaires et autres forces fédérales et judiciaires étant autorisés à traverser le Mur, Downfall a du développer des voies clandestines pour se relier à Los Angeles. Ce sont principalement des souterrains courant sous le Mur.

Le quartier d'Inglewood est le dernier bastion de Los Angeles dans son expérience ratée. Les militaires présents sont des hommes formés au combat et sans pitié. La position écrasée de la caserne contre le mur renforce le sentiment de paranoïa des militaires qui se sentent eux-aussi emprisonnés chez l'ennemi.
Le passage entre Downfall et Los Angeles fait donc rêver plus d'une personne, que ce soit chez les habitants du quartier expérimental ou les militaires chargés de le défendre, et apparait comme un point stratégique terriblement vulnérable.


IMMIGRATION CLANDESTINE ET EXIL

Il y a beau y avoir une seule porte d'entrée et de sortie, cela n'est qu'officiel ! En effet, depuis des années, des souterrains ont été creusés et entretenus pour permettre un passage entre Los Angeles et Downfall. Mais si vous désirez les emprunter, cela vous coutera très cher ; mais quel est le prix de la liberté ? Tout un réseau s'est organisé autour de ces passages clandestins, finement organisé et sans pitié. Généralement, les immigrés viennent du monde entier échapper à des démons qui leur sont propres en intégrant Downfall. Rares sont les habitants de la ville à emprunter le chemin dans l'autre sens. Un certain patriotisme est né de la souffrance du quartier expérimental, et la fuite n'est pas une alternative envisagée.

Un trafic humain important s'est donc développé sous terre. Néanmoins, les passages servent aussi à l'entrée et sortie de marchandises. Les principales exportations concernent la drogue qui est alors vendue à Los Angeles et partout dans le monde.
Cependant, l'essentiel des échanges "commerciaux" se font par les voies maritimes, les tunnels étant plutôt dédiés à l'immigration clandestine.

Peu importe les raisons qui vous conduisent à Downfall, sachez que les passeurs ne sont pas très regardant tant que vous alignez le montant convenu.


L'OUVERTURE DU MUR ET L'ANNEXION D'INGLEWOOD

Au printemps 2016, une puissante offensive a permis à l'armée américaine de (re)prendre le contrôle d'Inglewood et partiellement de Skid Row, les deux plus grands quartiers bordant le Mur. Compton et El Segundo ont été massivement détruit, et composent à présent un no man's land surnommé le "Big Nowhere" : cet immense champ de ruines (du aux bombardements de mai 2016) borde à présent la nouvelle Downfall, libérée et indépendante. Cependant, l'état de désolation de ce nouveau quartier sert d'avertissement implicite et de frontière symbolique : entre l'ex-quartier expérimental et le monde, il y aura toujours un vent de destruction. Quelques rares habitations et pavillons ont survécu, mais la zone n'est pas pour autant véritablement habitable. Les quelques âmes survivantes ont voué leur vie à se venger de l'armée.
Avec un tel contrôle de la zone bordant le Mur, l'armée a pu asseoir son autorité au sein de Downfall.

Inglewood est devenu le quartier général de l'armée, de la police et des agences fédérales et gouvernementales (caserne militaire - bureaux administratifs du F.B.I., de la D.E.A. et de l'A.T.F. - tribunal et prison militaires). Il est le cœur de la sécurité à Downfall. Cependant, le calme peine à régner et la force est souvent nécessaire, même si abusive, pour maintenir un semblant de paix. Les casernes assurent également le contrôle du mur et l'imperméabilité de la frontière entre L.A. et Downfall. Car si on parle de liberté, sachez que ne traverse pas le Mur qui veut. Un contrôle important, durant lequel les antécédents des civils désireux de passer la frontière sont vérifiés avec minutie et méfiance, assure l'imperméabilité du Mur.

Cependant, cette ouverture partielle du Mur permet l'entrée de marchandises, concurrençant alors les réseaux souterrains et maritimes illégaux. Un pouvoir dont l'armée n'hésitera pas à jouer en cas de rébellion. Downfall est encore un cheval sauvage qu'il faut dompter et dresser afin qu'elle finisse par marcher au pas.

(c) syndrome


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Downfall Chronicles #3 - Le mur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mutant Chronicles Jeu de figurines
» demande de partenariat Chronicles
» Resident Evil Chronicles HD Collection
» Mobius Chronicles
» Saison 2 - Images

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 【 Welcome to the Jungle, it gets worse here everyday 】 :: Banned From Heaven :: Downfall Chronicles-