Partagez
 

 [Terminé] Twilight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyLun 23 Sep - 18:42

TwilightIndia "Jodie" Phillmore et Sergeï VasilievÇa faisait une petite semaine que Jodie avait fait ses travaux de couture sur son voisin du dessous, à une heure pas possible de la nuit. Les liens de bon voisinage qu’ils avaient jusqu’alors avaient pu s’approfondir un peu, ils avaient pu apprendre à se connaître davantage autour d’une discussion animée, et une soirée cinéma avait été planifiée. Il fallait bien élargir un peu la culture cinématographique de la native de Downfall. Ouais bon, la série Twilight n’était pas vraiment de la culture au sens propre… une horreur plutôt, mais il y avait tellement de blagues à faire et de références à deux balles que ça serait très drôle. Pendant la semaine où la jumelle de Sergeï avait obligé ce dernier à rester à la maison le plus souvent possible afin que ses blessures cicatrisent, ce dernier en avait au moins profité pour faire un brin de ménage et de cuisine, de bonnes odeurs de nourriture s’étaient faufilées dans l’immeuble à n’importe quelle heure du jour. Ah et il avait mit la main sur la fameuse série également. En fait il n’avait pu voir que les deux premiers films avant de quitter la Russie, mais ça avait suffit pour cerner le genre, et que leurs amis de l’époque le charrient à cause de sa ressemblance avec l’un des vampires du second film.

Le soir prévu, une soirée où Jodie ne travaillait pas, Sergeï alla ouvrir la porte de son appartement, un peu étonné que Jodie n’ose pas entrer direct. Il n’y avait pas de gêne pourtant? Ou c’était culturel. Ou c’était juste lui qui ne comprenait pas qu’on ne rentrait pas chez les autres comme dans un moulin, soirée planifiée ou pas. Tel que promis en blague à la jeune femme, il s’était déguisé en vampire, lentilles de contact d’un rouge foncé, ses cheveux blonds séparés dans le milieu et aplatis, et le plus important, se blanchir la peau en piochant dans le maquillage de sa sœur, notamment celui qui faisait cet effet neige scintillante. Sofia l’avait aidé, les deux s’étaient marrés comme des gamins, et elle avait suggéré de préparer un truc à Jodie, question de bien la mettre dans l’ambiance également. C’est un voisin vêtu de noir qui répondit à la porte, un sourire malicieux aux lèvres, et il fit un geste théâtral pour inviter Jodie à entrer.

- Prête à voir les vampires les plus pathétiques de l’histoire?

Le ménage de l’appartement n’avait pas fait de tort, les dessous de Sofia ne traînaient pas un peu partout déjà. Le coin salon avait été aménagé avec oreillers, coussins et même Madame Licorne que Sergeï prévoyait asseoir entre lui et Jodie sur le canapé, vu qu’elle n’aimait pas son contact. Il n’allait pas faire exprès pour la rendre mal à l’aise, et la peluche géante créerait sûrement une distance rassurante pour la jeune femme.

- Sofia te prête ça pour ambiance et confort. C’est propre t’en fais pas.

Le russe tendit à son invitée une longue cape en laine noire décorée de motifs d’un rouge très sombre, avec une bordure de fausse fourrure grise. Oui, ça faisait parfois partie des numéros de la Blackened Beauty quand elle y allait pour le thème gothique. Au-delà de ça, c’était chaud et doux, parfait pour s’y enrouler comme dans une doudou. Que Jodie accepte ou non le vêtement, son hôte se dirigea côté salon où la table a café était remplie de trucs à grignoter. Popcorn, smarties, oursons en jujubes, chips, et les pierojkis évoqués : des petites bouchées frites en forme de demi cercles, remplies d’une garniture à la viande légèrement sucrée, d’autres de différents fromages et les derniers d’une pâte de légumes un peu épicée, avec deux choix de sauces pour les y tremper, une à la tomate et l’autre de la crème sûre. Un seau à glace en métal contenait quelques bouteilles de bière bien froide et à portée de main les étagères jouxtant le téléviseur contenaient suffisamment de bouteilles d’alcool pour épancher la soif de n’importe qui… sauf peut-être Lily. Sergeï regardait la table en balançant les bras et cognant ses mains ensemble en avant, comme s’il avait l’impression qu’il manquait quelque chose mais qu’il ignorait quoi. Il arrêta ses gestes au tiraillement de sa blessure en bonne voie de cicatrisation, avec ce réflexe nouvellement développé de poser sa main dessus, puis laissa retomber sa main en même temps qu’il regardait si Jodie osait s’approcher.

- Il manque quelque chose à ton bonheur?
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A


Dernière édition par Sergeï Vasiliev le Mer 23 Oct - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMar 24 Sep - 12:40




Twilight





Je n’arrive pas à croire que tu me lâches pour une soirée avec ton voisin. Le Lady’s n’attend pas !

Attend El’, j’ai jamais dit que je venais, c’est toi qui t’évertue à essayer de m’amener dans ce trou à rat. Tu n’as qu’à y aller sans moi.

Trou à … ?! Tu es de mauvaise foi. Je ne peux pas y aller toute seule, j’ai plus un rond mais comme j’aimerai. Son proprio est tellement ca-non, mon dieu, je suis en transe rien que d’y penser. J’aimerai tellement …

Et elle commença à lui énumérer les mille et une façon qu’elle voulait qu’elle soit prise par le propriétaire de Lady’s Night, insistant sur l’importance de ses muscles cachés derrière son haut. Ce n’était qu’une armoire à glace, rien de fou non plus. India éloigna son téléphone, en le posant sur son lit, hésitante quant à sa tenue qu’elle porterait ce soir. Elle fit plusieurs essais avant de reprendre la ligne.

Eléonore, je vais raccrocher si tu continues. Je te propose de mêler l’utile à l’agréable, est-ce que tu veux bien m’aider ?

La jeune femme fut tout ouïe et l’Unbroken commença à lui expliquer ce qu’elle allait devoir faire. Des informations qu’elle avait pu récolter, elle avait des soupçons sur un lien possible entre les Prayers et ce club. Une plaque tournante ? Elle n’avait rien pour le prouver. La brune avait seulement besoin des visages qui transitaient, des visages réguliers ou même un nom. Elle avait besoin d’une oreille attentive et qui de mieux que la jolie et discrète Eléonore qui apprécierait d’autant plus les spectacles tout en surveillant avec une passion sans équivoque Jonah Echolls. Et vu la passion sincère pour cet homme, elle ne serait pas vue comme un danger. Elles se connaissaient depuis le dispensaire et étaient devenues proches. Sans surprise, elle avait fini par rejoindre la cause des Unbrokens. Ce n’était qu’une phase de recueil pour l’instant mais India cherchait à savoir. Elle l’invita à passer rapidement pour récupérer quelques billets pour pouvoir s’assurer que la jeune femme puisse y rester le plus longtemps possible. Eléonore habitait à une vingtaine de minutes de son appartement et tandis qu’elle prenait le chemin de l’immeuble où résidait la jeune Phillmore, elles continuèrent à parler.

Pourquoi hésitait-elle entre une robe et un pantalon alors qu’elle ne doutait jamais quand il était question de s’habiller. Plusieurs tentatives plus tard, elle se regardait dans le miroir, tournant sur elle-même pour se voir sous toutes les formes. Se rendant compte de l’état dans lequel elle était, l’Unbroken s’arrêta quelques secondes avant de prendre une profonde inspiration et de décider d’enfiler une robe courte évasée cache cœur bleu marine, avec quelques morceaux de dentelles dans le dos et au bas de la tenue. Un vêtement commun pour la jeune femme qui faisait toujours attention à ce qu’elle portait. C’était aussi un moyen pour cacher une certaine maigreur, ayant eu du mal à reprendre le poids perdu depuis l’année dernière. Un rapide passage dans la salle de bain pour une touche de maquillage et elle descendait donner quelques billets à son ami, enfilant des chaussures plates pour ne pas faire trop de bruit. Ses cheveux détachés, atteignant ses épaules, ondulant naturellement.

Vas-y ma fille, glissa-t-elle avec un sourire en regardant l’Unbroken de haut en bas.

Les odeurs qui émanaient de l’appartement des Vasiliev l’arrêtèrent quelques secondes à ce niveau, sentant son appétit s’éveiller. Cela faisait plusieurs jours que les fourneaux tournaient. Repassant rapidement par chez elle, elle nourrit son animal de compagnie après quelques caresses et récupéra ce qu’elle avait décidé de ramener pour ne pas venir les mains vides. Un paquet de pop-corn au caramel à faire chauffer, une tablette de chocolat et un bouteille grand format récupéré à la brasserie du Purgatory, nommée Lust. Une fois prête, elle attrapa le tout ainsi que son téléphone et ses clés pour descendre d’un étage. La brune frappa à la porte, attendant qu’il lui ouvre, remettant avec quelques difficultés une mèche derrière une oreille. Lorsque la porte fut ouverte, sa surprise fut-elle qu’elle eut un rire nerveux en voyant Sergeï apparaître. L’accoutrement qu’il portait était à la fois impressionnant, flippant et déroutant. Le teint pâle mais à la fois brillant annonçait la couleur de cette soirée. Ses yeux avaient changé de couleur, passant d’un bleu clair à un marron tournant au rouge.

Okaaay, je … je crois que je me suis trompée d’appartement, dit-elle en reculant d’un pas, son rire nerveux laissant place à l’amusement. Je crois que l’on n’est jamais prêt à affronter ce genre de situation. Jamais.

India ne s’attendait pas à le voir ainsi, comme elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui propose à nouveau cette soirée. Elle avait pensé que ce n’était que les paroles d’un homme ivre pour oublier la douleur.

Tu es flippant, glissa-t-elle en passant à côté de lui pour entrer dans l’appartement, s’attendant à voir Sofia débarquer à son tour déguisée en vampire.

En avançant dans l’appartement qui n’avait qu’une seule et grand pièce, elle ne vit la Blackened, comprenant qu’ils allaient passer la soirée tous les deux. Une simple soirée entre voisins comme Lily avait déjà eu l’occasion de faire. Elle ne sut pourquoi elle sentit une vague de stress l’envahir. Ses yeux s’arrêtèrent sur la table qui débordait de nourriture, mélangeant du sucré et du salé, notamment ce que le russe avait dû cuisiner. Elle n’eut le temps de lui montrer sa surprise que Sergeï lui tendit une cape pour l’accompagner dans son délire. Elle posa ce qu’elle avait ramené sur le canapé puis attrapa le vêtement, l’admirant quelques instants, poussant un soupir quelque peu exagéré avant de la poser sur ses épaules.

Ok, c’est agréable, fut-elle obligée d’avouer en l’ajustant.

Elle pourra s’enrouler dedans comme un nem si l’envie lui prenait.

T’as fait à manger pour un régiment ! Constata-t-elle. Ça fait plusieurs jours que je sens les odeurs de ce que tu prépares, ça sent trop bon. J’ai failli débarquer en pleine nuit pour cambrioler votre frigo. Mais dis-moi, qu'est-ce que tu ne sais pas faire ?

Mr Bricolage était aussi un homme à tout faire, il cuisinait, bricolait, réparait, trouvait des solutions à ses problèmes. Elle était impressionnée par toutes les tâches qu’il savait accomplir là où elle se limitait aux connaissances acquises dans les livres. À côté, elle était douée comme personne pour passer une commande afin de se faire livrer son repas. Droite comme un i, elle n’osait pas faire de mouvement. Elle observait les bouteilles d’alcool entreposé à côté de la télévision et il y avait de quoi étancher la soif de plusieurs soiffards mais il y en avait pour tous les goûts. Il lui demanda s’il manquait quelque chose, ce qui était loin d’être le cas.

Retrouver ma dignité ? Le taquina-t-elle avec un regard en biais, comment ça va ?

Elle fit un signe pour lui montrer ses cicatrices. Son geste n’était pas passé inaperçue.



(c)syndrome

___________
They'll know my name


Dernière édition par India Phillmore le Mar 24 Sep - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMar 24 Sep - 17:54

TwilightIndia "Jodie" Phillmore et Sergeï VasilievJodie était vraiment jolie. Elle était toujours jolie en fait, mais le russe était un peu surpris qu’elle ait pris la peine de se pomponner pour une simple soirée cinéma. Elle aurait tout aussi bien pu débarquer en pyjama et pantoufles que ça ne l’aurait pas dérangé. Son regard passa sur elle bien entendu, appréciatif comme toujours mais il retint le compliment qui n’avait qu’envie de s’exprimer. Il ne voulait pas la rendre mal à l’aise ou qu’elle pense qu’il avait d’autres intentions qu’une soirée films : elle n’était pas à l’aise avec lui, il n’irait pas en rajouter une couche. Il la laissa entrer bien entendu, et eut un petit rire des commentaires de Jodie, inclinant la tête en guise de remerciement à l’entendre dire qu’il était flippant.

- On est jamais prêts pour des vampires qui brillent, c’est toute l’horreur de la série.

Horrible tellement c’était pathétique. On était loin de la superbe performance de Max Schreck dans Nosferatu avec son Conte Orlok, de Bela Lugosi ou même de Gary Oldman. Leurs vampires : allergiques au soleil. Tout badass avait besoin d’une faiblesse pour être crédible, c’était un des points qui causaient le flop de la série. Enfin bon, c’était un film pour adolescentes en mal d’amour, ça réussissait bien dans son genre.

Sergeï allait se pencher pour sortir la peluche de licorne obèse calée sur le côté du canapé mais se redressa pour écouter ce que disait Jodie, et constater que la cape de sa sœur lui allait à ravir. Il ne dirait pas non à se faire croquer le cou par une aussi mignonne vampirette. Mais le simili compliment de sa voisine sur sa versatilité de compétences fut chassé d’un haussement d’épaules.

- Strip-tease je sais pas faire. Il lui fit un clin d’œil taquin avant de poursuivre. Sofia voulait pas que je sorte alors j’ai fait ménage et cuisine. C’est facile, juste à suivre la recette et parfois je fais petits boulots en cuisine, rien de sorcier. Si tu veux repartir avec des réserves après la soirée tu n’auras qu’à ouvrir le congélateur. J’ai fait du borscht aussi si tu aimes.

Il fit un geste vers le mini congélateur calé entre le frigo et le mur du coin cuisine qui avait en effet été remplit pendant la semaine de désœuvrement de Sergeï. Sofia avait montré une farouche opposition à ce qu’il sorte, ne le laissant filer que pour les choses vraiment importantes, et l’avait mit aux travaux forcés dans la cuisine, là où il pourrait au moins être assis et ne pas vraiment forcer, lui permettant de cicatriser. Cette fois le russe se pencha, pour se relever un instant après avec la peluche entre les mains, et regarder Jodie en inclinant la tête sur le côté, l’air un peu confus tout d’abord.

- C’est quoi ça dignité? Un sourire vint chasser la pseudo confusion. Ça va, j’ai eu bon docteur. Juste faire attention un peu. Madame Licorne va regarder films avec nous.

Sans rajouter l’intention derrière la présence de la grosse peluche, Sergeï la déposa au milieu du canapé, manière explicite de signifier qu’elle serait la barrière duveteuse entre le dégoût de Jodie et lui. C’est à ce moment-là que Sofia décida de sortir de la salle de bains, exhibant ses légers sous-vêtements de dentelle noire sans aucune gêne, et se diriger vers la penderie avec tout le naturel du monde.

- Hey salut Jodie!

Un soupir à fendre l’âme retentit du côté de Sergeï qui croisa les bras et roula des yeux alors que sa sœur se tortillait pour enfiler une petite robe noire élastique qui moulait parfaitement ses formes et qu’elle réajustait le décolleté plongeant.

- Cache ton gros cul avant d’effrayer Jodie. Je vais finir par être dégoûté des femmes à cause de toi.

La russe ne répondit que par un sourire rayonnant, quasi triomphal, et elle s’approcha de son jumeau pour l’embrasser, passant un doigt sur les lèvres de son frère pour en chasser le rouge à lèvre qu’elle y avait laissé. Elle lui dit quelques mots en russe, auxquels Sergeï répliqua un « Niet » qui sonnait très découragé. Sofia aborda ensuite Jodie de la même manière que son frère, un baiser directement sur la bouche, et elle s’éloigna pour aller enfiler une paire de talons aiguille près de la porte et attraper un manteau.

- Je te le confie Jodie! Ne le casse pas en deux!

Et la porte claqua derrière elle. On pouvait entendre ses talons résonner dans la cage d’escaliers, jusqu’en bas. La tempête passée, Sergeï secoua la tête et s’installa sans plus de cérémonie sur le canapé, attrapa la manette de la console de jeu qui servirait de lecteur pour le premier dvd de la série, puis inclina la tête vers l’arrière pour voir ce que trafiquait Jodie.

- Tu viens? Éteins les lumières. Il étira le bras pour lui montrer l’interrupteur. Tu as amené des trucs?
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMar 24 Sep - 19:45




Twilight





Le russe fit un signe de tête pour répondre à sa remarque, complimentant le côté flippant de son déguisement, appuyant sa réponse que personne n'était prêt pour des vampires brillants. Elle fit seulement quelques pas en entrant dans l'appartement qui n'était qu'une seule et grande pièce, réunissant le salon, la cuisine et la chambre.

Je ne te pensais pas masochiste, dit-elle en penchant sa tête vers lui.

Elle trouvait définitivement étrange de vouloir perdre du temps à voir une série de films qui ne semblait pas être apprécié. Le côté marrant du ridicule devrait rendre les choses intéressantes mais la jeune femme n'en était pas sûre. Au moins, elle aura de quoi se couvrir lorsqu'elle s'endormira dessus. Complimentant ses compétences de cuisinier, elle lui demanda s'il y avait quelque chose qu'il ne savait pas faire. Leur regard se croisèrent lorsqu'il confirma ne pas savoir faire un strip-tease. Elle fit un signe de tête, se retenant de lui dire "je ne te crois pas" pour le voir dans la minute nu, avec son accent à couper au couteau qui lui répondait "tu vois?". Sergeï lui expliqua que Sofia l'avait bloquée comme convenue dans l'appartement et il en profita pour ranger et faire le ménage. Quant à la cuisine, cela semblait être facile pour lui.

Rien de sorcier ? Une cuisine prendrait feu avec moi, ce n'est pas pas sorcier.

Et le regard qu'elle avait lancé lorsqu'il avait du borscht pourra lui faire comprendre qu'il venait de lui parler d'un plat que l'Unbroken ne connaissait pas. Il lui montra la cuisine où reposait un petit congélateur qui devait, effectivement, être plein à craquer de plats préparés pendant la semaine. Le Russe sortit une peluche immense à tête de licorne, la tenant entre ses mains. Il plaisanta en lui demandant ce que c'était que la dignité, ce à quoi elle répondit d'un haussement de sourcil narquois. Mr Bricolage semblait s'être remis de ses blessures et bien que la curiosité l'aurait poussé à lui demander de jeter un coup d'oeil, India enferma à double tour sa phrase, hochant simplement de la tête. Voyant la peluche installée en plein milieu du canapé, elle esquissa un sourire à l'idée qu'un homme prêt à tabasser d'autres personnes pouvaient avoir ce genre de lubie, tout comme ce genre de délire de se déguiser en vampire lumineux. Les deux ne semblaient pas aller ensemble mais pourtant, Sergeï existait, preuve que cela était possible.

C'est donc la fameuse Madame Licorne. Je ne suis pas certaine que l'avoir près de moi me rassure, je ne sais pas ce que tu fais avec la nuit.

Satisfaite de sa boutade, le russe ne put répondre car la porte de la salle de bain s'ouvrit sur une jeune femme, mince et élancée, ne portant que de la lingerie fine, se dirigeant d'un pas léger vers la penderie dans la pièce principale.

Sofia, répondit-elle en lui faisant un simple signe de la main à ses salutations.

Elle préféra tourner le regard de l'autre côté, par respect de la pudeur, absente dans cette famille. Le soupir du russe amusa la jeune femme, l'entendant la traquer, soulignant qu'il ne finira par ne plus apprécier les femmes à cause d'elle. India lui jeta un coup d'oeil d'incompréhension, secouant la tête pour désapprouver ses paroles. Ses formes étaient bien mieux que les siennes, presque trop plate à côté de la Blackened Beauty. Aveugle. Définitivement aveugle. Sofia semblait avoir l'habitude et devait s'amuser de ses provocations quotidiennes. Elle embrassa son frère alors que l'Unbroken cherchait sa place dans cette situation embarrassante. Les deux profitèrent pour échanger quelques paroles dans leur langue d'origine, ne comprenant seulement que le non lâché par Sergeï. À peine eut-elle le temps de digérer l'information, qu'elle sentit plaquer sur sa bouche, les lèvres de Sofia qui lui claqua un baiser avant de prendre la sortie. Prise par surprise, la brune resta pantoise, son corps ne s'était pas crispé à ce contact, même si elle avait eu un léger sursaut.

Hum ... Je ... Je ne te promets rien, répondit-elle avec un peu de temps alors que la porte se fermait.

Sa main passa à l'arrière de son crâne, alors que les talons résonnaient dans la cage d'escalier. Le russe partit s'asseoir sur le canapé d'un côté de madame Licorne, préparant le début de soirée en allumant console et écran pour lancer le film. Confuse par ce qui venait de se passer, elle resta plantée sur place jusqu'à ce que Sergeï l'interpelle pour l'inviter à s'asseoir, lui demandant par la même occasion d'éteindre les lumières, lui montrant l'emplacement de l'interrupteur. Elle s'activa et s'assit de l'autre côté de la peluche, une fois la lumière éteinte, déplaçant ce qu'elle avait laissé du canapé à la table.

Des pop-corn caramel, du chocolat et une bouteille de bière de là où je bosse.

Elle en profita pour mettre la bouteille déjà fraîche dans le seau prévu à cet effet. Trouvant la jaquette du film, elle la regarda pour y voir les quelques images pour savoir à quoi s'attendre avant de poser ses yeux bleus dans ceux du russe dont la nouvelle couleur perturbait la jeune Phillmore, finissant par rire silencieusement.

Rappelle moi pourquoi j'ai accepté cette soirée ? commença-t-elle n'attendant pas de réponse. Il faut que tu m'expliques ce qu'il faut faire quand on sait qu'on va voir un mauvais film. On doit boire à chaque fois qu'ils disent quelque chose ou juste on profite de la qualité des dialogues ?


(c)syndrome

___________
They'll know my name
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMar 24 Sep - 20:37

TwilightIndia "Jodie" Phillmore et Sergeï VasilievSergeï de son côté ne semblait pas comprendre comment la préparation de plats plutôt simples pouvait sembler sorcier. Surtout quand on parlait de plats de son enfance, que la grand-mère horrible leur servait après les avoir mis de corvée pour peler les légumes. Si cette vieille folle qui avait trouvé une fin à sa mesure pouvait cuisiner, tout le monde le pouvait! Jodie ne manquait qu’un peu de confiance en elle sûrement.

- C’est pour ça que tu as maigri autant? Cuisine qui prend feu? Viens te servir ici quand ça va pas. Tu as la clé. Rappelle-moi de te donner un plat de borscht aussi, c’est une soupe.

Ils étaient comme ça. Si un voisin avait besoin de quelque chose, il n’avait qu’à entrer et se servir, comme Lily le faisait. Sergeï n’était pas très possessif de ses affaires en général, il était surtout très habitué à partager vu qu’il avait fait ça toute sa vie avec sa sœur. Étendre ce principe aux autres n’était pas bien difficile, ça faisait partie des choses un peu déficientes chez lui, la notion de propriété. Il haussa un sourcil à la boutade de Jodie au sujet de la licorne. Cette fois par contre le russe avait l’air de ne réellement pas comprendre ce que la jeune femme insinuait. Il baissa le regard vers la peluche, l’air dubitatif. Il dormait? La peluche ou Sofia, c’était pareil : on l’attrape entre nos bras, on la garde contre soi, et on dort. Qu’est-ce que Jodie s’imaginait là? Il finit par secouer la tête. Il n’était pas certain qu’il voulait vraiment savoir.

Sofia partie déchaîner les passions à Van Nyus, la soirée cinéma pouvait enfin commencer. Pressant quelques boutons sur la manette pour configurer le visionnement, il se fendit d’un sourire et lança un coup d’œil aux petits trésors apportés par Jodie.

- Honte sur moi, je n’ai jamais goûté les bières où tu travailles. On va faire découvertes ce soir. Je mets sous-titres ok? Parfois j’ai un peu de mal à suivre les films en anglais.

Sergeï déposa la mannette sur un coin de la table devant eux pendant que le générique d’ouverture et les crédits des maisons de production défilaient avec leur lenteur habituelle. Un sourire aux lèvres, il posa un coude sur la tête de la licorne coincée entre eux pour regarder sa voisine.

- Pour t’amuser. Tu sais, ce truc où on ne se prend pas la tête et on rigole? Il faut pas juste travailler dans la vie, il faut se détendre. Je vais pas te mordre, promis. Je vais pas te toucher non plus. Il tapota la tête de la peluche à cette mention, pour signifier qu’elle veillerait à éviter tout contact. Puis il se pencha pour piocher un pierojki dans l’assiette, le trempa dans la sauce tomatée et l’approcha de la bouche de Jodie. Allez, meurs empoisonnée maintenant. J’ai tout ce qu’il faut pour démembrer ton cadavre et le cacher.

La bouchée à la viande sucrée laissée entre les dents de Jodie, Sergeï s’en prit une à son tour et posa son regard sur l’écran où quelques sous-titres en russe apparaissaient.

- Si on boit à chaque fois qu’ils disent des conneries, on va être saouls avant la moitié du film. Les effets spéciaux sont bien au moins… tu les verras surtout dans le second film en vrai mais bon… Profites, c’est tout.
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMer 25 Sep - 11:02




Twilight





La remarque du Russe déstabilisa l’Unbroken. Cela se remarquait tant que ça ? Pourtant, India avait cherché à faire des efforts pour cacher cette perte de poids. L’appétit avait disparu, remplacé par l’alcool que Lily avait toujours sous la main, et sans surprise, lorsqu’elle partait à la supérette, c’était certainement chez les Vasiliev qu’elle piochait vu qu’elle possédait la clé de leur appartement. Par réflexe, elle lissa sa robe, un petit rire léger alors qu’il l’invitait à se servir chez lui quand elle voulait, lui demandant par la même occasion de lui rappeler de lui donner ce fameux plat.

En quelques sortes, répondit-elle en cherchant à savoir comment mettre ses mains, mal à l’aise de se retrouver ainsi, n’ayant pas l’habitude, voisin ou non. Et non, je ne vais pas venir te prendre ta bouffe alors que c'est toi qui l'a préparé et payé. T’en fais déjà suffisamment.

Pour elle. Et pour tout l’immeuble. Il ne refusait jamais de donner un coup de main. C’était un comportement étrange mais c’était son mode de vie et le blond, sans cela, n’était qu’un voisin de plus avec qui on échangeait simplement un hochement de tête en guise de salutation. La plaisanterie sur son lien avec la peluche tomba à l’eau vu le regard qu’il porta sur elle. Oups ?

India s'installa dans le canapé, droite, les jambes collées l’un à l’autre, sans toucher le dossier du canapé. Le russe avait cherché à rendre l’espace confortable, la jeune femme le constatait mais n’était pas encore prête à s’y installer entièrement. Sergeï lui apprit n’avoir jamais goûté aux bières brassées à Downfall. Ce soir serait, effectivement, une soirée pleine de découverte. Elle esquissa un sourire, ne l’empêchant pas de mettre les sous-titres pour qu’il puisse suivre, ayant encore parfois du mal à comprendre l’anglais.

C'est pas grave. Si elle te plaît, je te ramènerai d'autres l'occas'. Il faudra que tu passes un jour, il y a parfois des artistes qui viennent et qui font de la bonne musique.

India n’était pas du genre à faire des cadeaux sans intérêt. Les sacs offerts aux pimbêches du lycée à l’école étaient pour asseoir sa notoriété, les sous données ce soir à son amie était pour surveiller. Il y avait toujours quelque chose derrière. Mais peut-être pourrait-elle faire un effort en ce qui concerne son voisin. Lui ramener quelques bières de temps en temps pour augmenter sa collection de bouteilles ne lui coûterait pas grand-chose au final, sans attendre en retour quelque chose de sa part. Étrange mais à tenter.

Installés tous les deux de chaque côté du canapé, elle cherchait à comprendre ce qu’il fallait faire pour que cette soirée se passe au mieux. Boire à chaque fois que le vampire disait quelque chose de déprimant ou d’idiot ? La réponse de Sergeï lui fit hausser un sourcil, se retenant de rire alors qu’il s’appuyait sur la licorne pour lui faire face. Il n’y avait pas que le travail dans la vie mais il fallait bien payer les factures. Ses semaines étaient assez chargées, elle travaillait le plus souvent possible au Purgatory, ayant perdu à plusieurs reprises des emplois. Que cela soit en tant que serveuses ou baby-sitter, elle subissait les aléas d’une ville comme Downfall. Le dispensaire étant détruit, elle se retrouvait avec du temps libre qu’elle donnait aux Unbrokens. Et à côté, elle continuait d’aller à l’Oasis, malgré que sa mission de surveillance de l’ancienne Première Dame ne soit plus d’actualité. Elle s’était attachée à ses gosses et parce que c’était dans le plus jeune âge que les préceptes revendiqués par les Unbrokens étaient les mieux intégrés. Discrètement, sans imposer ses convictions, elle laissait une marque à ses enfants pour en faire des combattants de demain, des combattant de la liberté. L’éveil des esprits. Et c’était un moyen de s’assurer que Rachel Cleveland ne devienne pas un danger.

M'aquoi? Je ne gagne pas un salaire mirobolant pour me permettre de m’amuser. Si je savais convenablement me battre, j’aurais moi aussi des soirées de détentes. J’avoue (elle pousse un soupir) que ça fait longtemps que je n’ai pas fait ça. Et essaie de me mordre, tu vas perdre des paillettes.

Bien que son contact inhiberait tout, une pensée lui traversa l'esprit : se faire mordre ne semblait plus si désagréable tout d'un coup. Sans diplôme, elle ne pouvait pas faire grand-chose, elle n’avait pas fini ses études et avait pensé pouvoir devenir médecin tant que la ville était fermée. Aujourd’hui, elle n’avait plus rien alors elle servait des verres aux habitants de Downfall, pensant passer son diplôme pour se donner plus de chance mais elle gardait l’espoir qu’avec les actions des Unbrokens, les choses pouvaient redevenir normales, comme avant. India avait entendu qu’il ne la toucherait pas. Il avait donc remarqué ses réactions et faisait tout pour garder ses distances avec elle, par respect. Elle cherchait à ne rien montrer mais c’était parfois incontrôlable. Elle jeta un coup d’œil aux premières images du film tandis qu’il se servait sur la table pour prendre un des pierojki et lui tendre. Une main sous la sienne pour que la sauce ne coule pas, elle l’attrapa du bout des doigts pour le récupérer et croquer dedans. Sa réaction fut sans égale.

Hmm, j'adore le sucré salé! Encore une corde à ton arc, Sergeï, tu m’impressionnes. Si les Américains avaient goûté à ses pierotruc, la Guerre Froide se serait terminée depuis belle lurette.

Quant à ses paroles concernant l’empoisonnement, elle ne pouvait que croire.

Et pourquoi je te crois quand tu dis ça ? Dit-elle amusée, finissant sa bouchée.

Elle reprit volontiers un second découvrant cette fois-ci ceux aux légumes. India sentait qu’elle allait s’empiffrer ce soir au lieu de picorer. L’appétit était là, les soucis étaient laissés devant la porte de l’appartement même si elle attendait à ce que son amie lui envoie des photos, en espérant qu’elle ne lui envoie pas seulement que des photos du proprio du Lady’s. Se léchant discrètement les doigts, elle écouta les paroles du russe qui mettaient en avant les effets spéciaux qui apparaîtraient surtout à partir du second film. Hochant de la tête, elle se concentra sur le film pendant quelques minutes puis sortit la bouteille de Lust d’un litre cinq. Une fois décapsulée, elle la tendit vers le russe pour lui faire goûter. Il n’y avait pas de verre mais ils s’en passeraient.

Ça te gêne que j'ai du mal avec le contact ? Demanda-t-elle en se tournant légèrement vers lui de sorte que la peluche ne la gêne pas, repensant à ce qu’il avait dit un peu plus tôt.


(c)syndrome

___________
They'll know my name
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMer 25 Sep - 13:19

Twilight@India Phillmore et Sergeï VasilievOh non non non. Il n’allait pas encore une fois se confronter à Jodie pour une question d’argent? La dernière fois, il avait dû insister pour qu’elle prenne au moins le montant nécessaire à acheter d’autres fournitures de soins pour remplacer celles utilisées sur son triste cas. Il y avait des choses qu’il n’avait juste pas envie de demander une contrepartie en retour, comme de la nourriture si Jodie en avait besoin. Peut-être parce qu’il savait c’était quoi crever de faim, ou manquer des choses les plus élémentaires. Ça ne lui enlevait rien de partager ce dont il avait en surplus. Le russe eut un petit soupir ennuyé et il répondit sur un ton qui sonnait sans appel.

- On compte pas ces choses-là Sofia et moi. On gagne assez pour vivre bien, pas besoin de plus. Vois ça comme un cadeau. On refuse pas un cadeau?

Elle trouverait sûrement le moyen de refuser. Il donnerait la bouffe à Lily dans le pire des cas, qui en ferait sûrement profiter Jodie. Voilà. Sergeï n’avait pas envie de se prendre la tête sur le sujet et préféra tourner son attention du côté du film et du butin amené par sa voisine. Il plissa un peu des yeux pour tenter de lire le nom stylisé sur l’étiquette de la bière, cru y lire lust. Par chance qu’il ne s’était pas fait de plans sur la comète au sujet de cette soirée avec Jodie, comme d’autres gars auraient fait, parce que le nom de la bière aurait pu sonner comme une grosse invitation à saisir. Mais non, c’était qu’un nom, sans plus.

- C’est gentil. Je vais devoir aller jeter un œil oui. Et rencontrer ton patron s’il a besoin de gens pour les soirées achalandées ou remplacer un employé malade.

Le russe fit un clin d’œil. Toujours à la recherche de petits boulots oui. Ça lui convenait, ça convenait à Sofia, alors tout était bien comme ça. Avoir un patron fixe, un horaire fixe, des responsabilités… Il sentait qu’il étoufferait là-dedans. Il n’avait jamais réellement essayé c’était bien vrai, mais… La réplique de Jodie sur le terme de s’amuser le fit rire, grondouiller légèrement ensuite à la mention d’essayer de la mordre. Pas qu’il n’aurait pas eu envie, mais voilà, il resterait sagement de son côté de Madame Licorne pour ne pas embêter sa voisine et la faire se sentir mal. Elle acceptait sa familiarité en acceptant la bouchée offerte, même si leurs doigts ne s’effleurèrent même pas, c’était un petit début pour construire la confiance inexistante de Jodie envers lui. Il eut un sourire et un simple signe de tête aux compliments exagérés au sujet de la nourriture préparée plus tôt cette semaine, ne pouvant rien répliquer parce qu’il avait la bouche pleine de son côté. Il ne pouvait pas laisser passer la dernière par contre, au sujet de l’empoisonnement et de cacher un cadavre, et il mit une main devant sa bouche pas encore tout à fait vide pour répondre.

- Parce que je l’ai déjà fait?

Empoisonner? Non. Il aurait bien quelques idées sûrement plus souffrantes qu’efficaces mais le poison était une arme coûteuse, salissante et plutôt traître. Pour le reste… Ce n’était pas nécessaire de répondre. Ne pas briser le moment, toussa…

Il piocha également un autre pierojki, c’était meilleur chaud de toute manière, poussant innocemment l’assiette pour qu’elle soit un peu plus du côté de Jodie pour qu’elle se serve plus facilement. Il allait devoir limiter les ravitaillements vers la table, ça l’obligeait à se pencher et ce n’était pas spécialement agréable du côté de sa blessure en pleine cicatrisation. Sergeï se cala donc dans le canapé pour regarder le film, jusqu’à ce que la question de Jodie lui fasse hausser un sourcil, tendre la main vers la bouteille de bière tendue.

Je crois… Il esquissa une petite grimace avant de tourner la tête vers Jodie pour la regarder. Je crois pas important ce que je pense. C’est toi que ça gêne, pas moi. Moi je dois faire avec comment tu es. Si je suis triste? Oui. Parce que le mal c’est à toi qu’il est fait et à personne d’autre. C’est comme… Il se redressa et déposa la bouteille sur la table, regarda cette dernière un instant, et tendit la main pour prendre une croustille, et la montra à Jodie, la tenant entre deux doigts. Voici Jodie. Petite, légère, mais toute raide, toute tendue. Si on la touche trop… Il posa les doigts de son autre main de l’autre côté de la croustille et en un geste la brisa en deux, adressant un sourire en coin à son invitée. Puis il remplaça la chip par un ourson en gelée, le tenant à nouveau à deux doigts. Voici comment on nous apprend à faire face à un ennemi dans les arts martiaux. Il prit l’autre côté de l’ourson de ses autres doigts, et le tordit, tira dessus, l’écrasa, et l’ourson reprit sa forme sitôt qu’il le lâcha. Souple. L’autre peut faire du mal, on a tous mal un jour, mais il casse pas, il reste lui.

Bon… Ce n’était pas son genre de donner ce genre d’explications détaillées, mais Jodie… Il ne lui voulait pas de mal, il aimerait bien qu’elle le comprenne, mais ça devait venir d’elle. À se tendre tout le temps, elle ne devait pas se sentir bien, elle ne pouvait pas profiter d’un moment de détente anodin, comme en ce moment alors qu’elle restait assise bien droite sur le canapé alors qu’il n’y avait pas de raison. Le russe lui adressa un petit sourire… avant d’avaler le pauvre ourson de gélatine avec un regard malicieux.
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A


Dernière édition par Sergeï Vasiliev le Ven 18 Oct - 5:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyJeu 26 Sep - 11:51




Twilight




Tu apprendras à me connaître, répondit-elle en joignant ses mains sur ses cuisses, un sourire mêlant entre provocation et malice.

L’Unbroken était restée vague sur sa réponse. Pourquoi refuserait-elle un cadeau ? Parce qu’elle ne méritait pas cette attention. Les Vasiliev semblaient se satisfaire de peu et partagaient le reste avec d’autres là où d’autres chercheraient à s’enrichir. Têtue, fière, elle n’accepterait pas de cadeau comme un bon repas, ou des objets de premières nécessités. Elle avait dormi dans sa voiture pendant plusieurs semaines alors qu’un logement l’attendait à Palos Verdes après le tremblement. C'est pour dire qu'elle en était capable. Malgré le fait que cela faisait une bonne année que les deux colocataires du dernier étage avaient emménagés, Sergeï avait tout à apprendre de la plus jeune des deux et inversement.

Lui montrant ce qu’elle avait ramené, le russe regarda le nom de la bouteille alors qu’elle lui expliquait que c’était une des bières du bar où elle travaillait. Il comptait aller jeter un coup d’œil au Purgatory, dans l’espoir de pouvoir se trouver quelques heures de travail en plus lorsque le bar aurait besoin. Être dispo comme il était, avait des avantages même si sa vie semblait manquer de stabilité. Là où India avait besoin d’une certaine stabilité, Sergeï semblait avoir besoin de liberté. C’était un choix de vie intéressant même si elle ne voyait pas le confort de cette dernière. Elle lui fit un signe de tête à son clin d’œil, imaginant pouvoir travailler un soir avec lui. Ce serait étrange mais certainement marrant.

Je pense qu’il ne refusera pas un coups de main ponctuel, je pourrai lui dire que je te connais, si ça peut te simplifier les choses.

Après avoir goûté à sa cuisine, découvrant une recette de son pays d’origine, il plaisanta sur le poison qu’il avait mis dedans et le matériel qu’il avait pour cacher un cadavre. A sa question, il répondit par une autre. Ils se lancèrent un regard entendu, n’ayant pas besoin de paroles pour comprendre qu’il avait certainement plus d’un cadavre dans son placard. Mais elle aussi. India était consciente d’être responsable de la mort d’un homme, celui-là même qui avait brisé sa psyché. Alors même si elle n’avait pressé la détente ou jeté au fond de l’océan avec les deux pieds dans le béton, elle était celle qui avait donné son nom sous la menace de son père qui aurait été capable de retourner ciel et terre pour trouver l’homme qui avait brisé sa fille. La culpabilité grondait en elle à chaque fois qu’elle y repensait.

C’est peu surprenant, glissa-t-elle tout de même en posant son regard sur l’écran pour ne pas laisser entrevoir le trouble de ses pensées.

Le film commença, présentant le personnage principal et son arrivée dans une nouvelle ville. Les bases commençaient à se poser alors que l’esprit de la jeune femme continuait à vagabonder, picorant les mets sur la table goûtant un autre pierojki. Il les avait d’ailleurs rapprochée pour que les mouvements soient plus simples pour elle, ce qui demandait au Russe plus d’effort, tirant sur sa cicatrice. Elle sentait la licorne près d’elle, même si elle cherchait à ne pas y faire attention. Il faisait tout pour mettre de la distance parce qu’il avait vu que son comportement n’était pas normal. Elle cherchait pourtant à faire comme si de rien n’était, gardant ses distances mais c’était peut-être devenu trop évidant pour lui. Elle avait un problème. Alors après avoir décapsulée la bière du Purgatory, tendu vers son hôte, India lui demanda si cela le dérangeait.

Sa réponse la laissa pantoise, baissant le regard vers la bière qu’il posa sur la table après y avoir goûté. Il lui expliqua que ce n’était pas important ce que lui pensait alors qu’elle était la seule impactée dans l’histoire. Sa réflexion autour d’une croustille et d’un ourson en gélatine la fit sourire, voyant la chips s’effriter sous ses doigts alors que l’ourson ne changeait pas malgré qu’il l’ait trituré dans tous les sens pour finir par être gobé. Elle croisa son regard malicieux et elle laissa voir un peu de douceur sur son visage qu’elle referma rapidement en baissant son regard.

Je ne me serai pas comparée à une chips mais plutôt une anguille, dit-elle en faisant un geste pour montrer qu’elle évitait le contact.

Elle attrapa la bouteille pour prendre une gorgée, la remettant à sa place après. La jeune femme avait été brisée après son agression, elle en était arrivée à penser qu’elle ne se relèverait pas mais après quelques semaines, elle s’était relevée, subissant les conséquences de ce contact violent qui avait eu des répercussions sur son quotidien. Elle cherchait à se retrouver parmi cela mais c’était compliqué. Dans les bras de son père, alors qu’elle semblait avoir mis deux doigts dans une prise électrique, elle avait fini par trouver un peu de confort parce qu’ils étaient restés longtemps l’un contre l’autre. India avait conscience qu’un contact prolongé permettrait d’apaiser les tensions qui naissaient en elle, mais cela voudrait dire, enlever son masque de fierté, pour se mettre à nu face à quelqu’un. Faudrait-il encore la bonne personne. Faudrait-il encore que cela en vaille la peine.

Ne te sens pas obligée de m’épargner parce que … parce que j’ai des difficultés à … (elle fit des gestes de la main n’arrivant pas à l’exprimer), c’est déjà assez compliqué comme ça. Je ne suis pas si fragile que ça, même si tu le penses. J’essaie de travailler sur ça d’ailleurs, tu sais, même si ce n'est pas tous les jours évidant. J’apprécie … j’apprécie vraiment ce que tu fais pour moi.

Elle lui fit un signe de tête, un sourire vague, attrapa une bouteille plus petite qu’elle ouvrit pour finir par s’enfoncer dans le canapé, non pas parce qu’elle était détendue mais pour se cacher grâce à la peluche. Elle était finalement utile cette peluche.


(c)syndrome

___________
They'll know my name
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyJeu 26 Sep - 14:10

Twilight@India Phillmore et Sergeï VasilievL’affirmation de Jodie sonnait comme une mise en garde, comme si elle lui prédisait qu’un jour il apprendrait des choses horribles sur elle. Sergeï se questionna un court instant à savoir ce qui pourrait réellement le choquer… et franchement sur le coup il ne trouvait pas. Ah si : si elle se révélait être une autre sœur, séparée à leur naissance, ce qui aurait fait d’eux des triplés, mais vu les cheveux naturellement bruns de Jodie, il y avait peu de chances.

Le russe ne s’attendait pas à ce que sa voisine aille jusqu’à offrir de placer un bon mot à son patron en sa faveur, mais il oscilla la tête d’un côté et de l’autre, incertain.

- Je voudrais pas te mettre dans l’embarras auprès de ton boss si je fais mal le job. C’est gentil mais ne dit rien. Je préfère qu’on m’engage parce que je suis compétent plutôt que par faveur. Je ne manque pas de références de d’autres bars s’il en veut. Mets pas ton job en en péril pour moi.

En Russie, il détestait ces fils à papa qui avaient tout sans faire le moindre effort, et qui trouvaient le moyen de se plaindre par derrière. Les gens perdaient l’appréciation des choses si facilement quand ils n’y avait pas de mérite à les obtenir. C’était le même principe que plus haut, au sujet de donner les surplus à ceux qui en avaient besoin et partager. Quand on avait manqué de quelque chose, on en appréciait que davantage la valeur lorsqu’on en nous faisait don. Si Jodie avait été une pimbêche qui roulait sur l’or et qui regardait tout le monde de haut… ben déjà il ne lui parlerait même pas.

Il n’y eu qu’un petit ricanement à la réponse du peu surprenant de la part de Jodie. Ça ne valait pas la peine de rajouter quoi que ce soit. La voir se régaler avec autant d’enthousiasme était suffisant, inutile de rajouter des plaisanteries à l’histoire. Il n’avait pas remarqué le trouble qui habitait son invitée, son regard davantage rivé sur l’écran que sur elle. Et la grande question vint, avec son explication à base de chips et d’ourson en gelée. C’était des exemples étranges ça il l’avouait, mais ils démontraient bien ce qu’il voulait dire? Sergeï inclina la tête sur le côté quand Jodie préféra être comparée à une anguille. Il n’était pas vraiment d’accord, parce que l’anguille restait souple et flexible, alors que Jodie… elle était raide comme une barre à la simple idée d’une proximité quoi. Elle se faisait du mal. Pourquoi, le russe l’ignorait et il ne l’obligerait pas à le lui dire.

Pendant que Jodie reprenait une gorgée de bière, Sergeï se leva, non sans poser une main sur sa cicatrice pour s’éviter du mal, et alla chercher deux grands verres à bière dans la cuisine. De retour assis, un peu sur le bout du canapé au lieu de s’y recaler, il versa de la Lust dans un des verres, prévoyant l’offrir à Jodie, mais ce qu’elle lui lâcha lui fit reposer doucement la bouteille sur la table pour regarder la jeune femme. Elle le connaissait très mal à ce qu’il constatait, et Sergeï allongea le bras pour appuyer sur la tête de la peluche derrière laquelle Jodie essayait de se dissimuler. Son sourire à lui était tout ce qu’il y avait de plus naturel et un peu amusé.

- Je ne me sens pas obligé: si je n’avais pas envie, je ne le ferais pas. Personne ne me fait faire ce que je ne veux pas. Je ne te pense pas faible ou fragile Jodie, je te respecte, c’est trèèèèèès différent. Si tu aimes pas que je te touche, je te touche pas. Si tu aimes pas lait aux fraises, je t’en sert pas. C’est pareil. Te tritures pas le cerveau avec ça quand y’a pas de raisons. Je suis pas quelqu’un compliqué à vivre ou qui veut changer les autres. Tu es toi, et c’est ok avec moi.

Il ne savait pas trop comment se faire comprendre et n’était pas certain que ses explications étaient bonnes. Évidemment, ça serait sympa de fraterniser davantage avec Jodie, la chatouiller, lui foutre des coups d’épaule à épaule quand elle disait des conneries, ce genre de choses, mais elle n’aimait pas qu’il la touche. La bestiole était à apprivoiser lentement, et si ça ne venait jamais, bah tant pis, il n’allait pas faire sa vie avec Jodie après tout.
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyJeu 26 Sep - 22:23




Twilight




Tu sais servir des verres aux Lady's ? Ça sera pareil les pincements aux fesses en moins. T'en fait pas pour moi. Je peux simplement lui dire que s'il cherche quelqu'un, il peut te contacter. Et si tu te loupes, je te scalpe. Mais c'est comme tu veux.

Elle lui adressa un petit regard en biais lorsqu’elle le menaça de le scalper mais sa moue enlevait tout le sérieux de ses paroles. Bossant plus, n'hésitant pas à faire plus, à rester plus, à faire les tâches ingrates, non pas pour se faire bien voir mais pour se rendre indispensable. Elle se montrait suffisamment intelligente pour jouer de ses connaissances et de ses capacités pour que le patron apprécie sa présence. Comme si seconder était quelque chose de naturel chez elle. Ironie du sort quand on sait que son père était second pendant des années. Ce devait être dans les gênes.

Le Russe se leva pour aller prendre de verres pour pouvoir remplir, voyant encore une fois qu’il forçait sur ses points. Après ses derniers mots, India s’enfonça dans le siège pour éviter une fois de plus de croiser ses beaux yeux bleus, peut-être parce qu’elle ne s’avait pas tendance à étaler ses soucis comme cela, et parce qu’elle était troublée par ce moment. Dans la confusion, elle préférait se retrancher sur elle-même. Mais Sergeï s’appuya sur la pauvre peluche, sourire aux lèvres. Il lui expliqua qu’il ne faisait rien par obligation et qu’il ne pensait pas qu’elle montrait des signes de faiblesse. S’il faisait tout cela, ce n’était pas respect pour elle, sans plus. Son regard se posa sur cette main qui s’appuyait sur la tête de la peluche, n’arrivant pas à le regarder à nouveau dans les yeux, touchée par ses quelques mots. Le respect. C'était agréable d'entendre des paroles qui semblaient sincères. Elle lui fit un simple signe de tête, incapable de dire un mot pour l’instant.

Il disparut à nouveau derrière la peluche et après quelques minutes, le film continuant son histoire, elle s'appuya à son tour pour voir le blond.

Je préfère le lait au chocolat.

Elle dit cela avec un tel sérieux que cela en était absurde. Ses yeux quelque peu brillants apparurent vite pour être effacé par la licorne, après un bref sourire. Confortablement installée sur le canapé, la première bière fut descendue à un rythme coupé par un peu de grignotage. La jeune femme se détendit petit à petit, pouffant se rire lorsque les situations étaient ridicules. L'entrée de la famille vampire lui arracha un :

Ok, je vais devoir boire beaucoup pour oublier ça.

Quand la première rencontre officielle des deux protagonistes fut faite, elle poussa un soupire d'exaspération après un rire franc, enchaînant sur la seconde bière, son doigt pointant le russe par-dessus la peluche.

Je me vengerai, Sergei Vasiliev, je me vengerai !

Le ton quelque peu théâtral lui indiqua le peu de sérieux de cette malédiction. Elle trouvera tout de même un film horrible dans son genre pour lui faire saigner ses yeux. Alors que le film avançait à une lenteur désopilante, elle constata que le russe avait toujours du mal à se mouvoir avec aisance. C'était normal au vu de la blessure qu'il avait. La jeune femme eut un éclair de génie qui la fit se lever comme si elle venait de se prendre le jus.

Mets pause !

Elle partit d'un pas rapide se dirigeant vers la sortie, pestant qu'elle avait oublié les clés laissées sur la table loin de son téléphone, sortant dans la cage d'escalier, cape toujours sur les épaules, se soulevant avec une certaine fluidité dans le mouvement. India fouilla dans sa cuisine pour trouver un plateau télévision pour que le russe n'ait plus à se forcer. Redescendant rapidement après avoir fait une papouille à son animal de compagnie qui dormait sur le canapé, elle retourna dans l’appartement de Sergeï et lui montrant sa trouvaille qu’elle tenait entre ses mains. Elle s’avança vers lui pour se mettre en face de lui.

Bouge pas, dit-elle en plaçant le plateau à pied de part et d'autre de ses cuisses. T'arrêteras de tirer sur ta cicatrice comme ça. On sait que t’as des abdos en béton, laisse-les au repos maintenant.

Toujours debout devant lui, India installa sur le plateau divers plats, mélangeant certains pour qu'il ait un peu de tout à portée de main, laissant les sauces pour les pirojkis dessus, ce qui l'obligerait à piquer dedans. Il serait comme un roi.

Ne m’en voulez pas madame Licorne mais vous prenez trop de place, dit-elle en attrapant la peluche au milieu du canapé pour l'emmener sur le lit. C’est un cas de force majeure.

Elle revint pour reprendre sa place, prenant le saladier de pop-corn pour le mettre au milieu, seul ingrédient qui manquait sur le plateau du vampire brillant à côté d'elle. Elle n’aurait pas d’autre moyen pour se cacher mais c’était un choix. Mais elle aurait un accès plus rapide aux popcorns et ça... ça, ça valait le coup d'oublier sa crainte du contact.


(c)syndrome

___________
They'll know my name
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyVen 27 Sep - 3:55

Twilight@India Phillmore et Sergeï VasilievServir des verres au Lady’s Night c’était une chose, ça prenait beaucoup de détachement pour ne pas tenir compte des hystériques qui s’y trouvaient par moments et parfois beaucoup de non réaction pour ne faire que virer gentiment des mains au lieu de démettre l’articulation de la cliente qui pensait que le serveur était sur le menu. Pas que ça dérangeait spécialement le russe, mais c’était surtout ennuyant et l’empêchait de faire son boulot correctement. Le Purgatory serait peut-être moins payant en pourboires mais plus amusant pour sûr. Par contre, il y avait un terme dans le discours de Jodie qu’il ne captait pas vraiment.

- C’est quoi scalper?

Et il demandait ça avec tout le sérieux du monde. Vous le voyez bien là, le gouffre culturel entre la Russie et l’Amérique? Scalper… Quelque chose d’horrible sûrement sinon Jodie ne lui ferait pas ce petit visage mutin. Il ne la connaissait pas encore suffisamment pour avoir cerné dans quel registre elle aimait poser ses menaces, mais sûrement que l’explication du terme allait aider!

C’est avec son verre de bière qu’il se cala à nouveau dans le canapé, après ce timide signe de tête de la part de Jodie suite à ses explications qu’il considérait un peu bancales. La preuve que c’était ok avec lui, il la laissait faire la bestiole muette dans son coin, sans chercher à lui tirer une réaction ou des paroles. Parfois les gens avaient juste besoin d’un peu d’espace pour se sentir bien, et merci à Madame Licorne, l’aménagement du canapé permettait ce retranchement à sa voisine du dessus. L’histoire pourrave du film était parfaite pour meubler le silence, inutile de dire des conneries quand on s’en chargeait parfaitement à l’écran. Prenant une gorgée de bière, Sergeï jeta un regard en coin du côté de Jodie lorsqu’il vit la tête de la peluche s’écraser, et il manqua s’étouffer à la réplique sur le lait au chocolat, reprenant son air en rigolant, et ne put s’empêcher de la relancer :

- Crêpes ou gaufres?

S’ils continuaient comme ça, il saurait comment composer un petit-déjeuner complet à sa voisine. N’empêche ça pourrait être pratique si elle s’endormait sur le canapé pour cause de fatigue et de scénario trop mièvre. D’ailleurs, la présentation des Cullen semblait avoir atteint son objectif, car Jodie comprenait finalement pourquoi elle allait avoir besoin d’alcool pour oublier ce film, ce qui évidemment le fit rire à nouveau, et il confia une anecdote sur son arrivée dans l’ancien quartier expérimental.

- Imagine à quel point j’ai charrié Sofia à notre arrivée à Downfall. Je n’arrêtais pas de l’appeler Bella et de lui dire qu’elle allait trouver son vampire. Mais les étudiants au lycée étaient beaucoup moins sympathiques et accueillants que ceux du film, plus réaliste.

Personne n’aimait les étrangers à Downfall, et ça incluait même les gamins et les ados qui répliquaient les comportements de leurs parents, faute de mieux. Les jumeaux n’avaient pas eu de problèmes d’intégration pour rien, et à un certain stade ils avaient juste décidé d’envoyer paître la majorité des gens et de ne rester qu’entre eux. Ils n’avaient besoin que de l’autre de toute manière, et ce depuis leur naissance. Évidemment ils s’étaient frittés avec quelques-uns qui pensaient pouvoir leur imposer leurs lois, et la réplique des deux russes avait été costaude au vu de leurs acquis en sports de combat et la symbiose qu’ils formaient. D’autres avaient été plus sympas, ou de simples satellites qui orbitaient brièvement autour d’eux, comme le petit geek Jagger qui était un peu le souffre-douleur de leur année et à qui Sergeï tendait la main de temps en temps. Entre proscrits, il fallait bien s’entraider à l’occasion. Heureusement ces années de lycée étaient bien terminées, pas de diplôme pour les jumeaux qui avaient abrégé leurs présences en classes bien avant la fin du semestre, peu intéressés d’avoir un bout de papier sans valeur à leur nom. En fait, ils avaient surtout été réchauffer les bancs du lycée pour apprendre l’anglais, le reste…

- Ce sera difficile de trouver une vengeance à la hauteur de cinq films horribles. Bonne chance Carter!

Il y avait pire? Harry Potter peut-être? Nah l’histoire était quand même bien, puisqu’elle était dans un monde totalement fictif au lieu de vouloir faire croire à la réalité, et que la romance à deux balles ne faisait pas partie de l’intrigue centrale. De toute manière, il n’allait pas donner des munitions à Jodie contre lui!

Il se versait son second verre de bière lorsque son invitée se leva brusquement, ce qui le fit sursauter et déposer la bouteille sur la table d’un geste un peu sec. Elle… avait la vessie aussi impulsive que ça ou quoi? Sans lâcher son expression interdite, Sergeï appuya sur le bouton qui mettrait le film en pause, puis la regarda filer vers la porte.

- Tu sais on a des toilettes nous aussi…

Mais elle était déjà en train de gravir les escaliers quatre à quatre jusqu’à chez elle et, les yeux tournés vers le plafond, le russe suivit les talons de sa voisine, essayant de comprendre ce qu’elle mijotait au juste qui pouvait justifier un tel empressement. Les sourcils un peu froncés, Sergeï se réinstalla dans le canapé lorsqu’il entendit Jodie redescendre, et pencha la tête quand elle lui montra triomphalement le plateau, l’air de ne pas trop comprendre où elle voulait en venir avec sa trouvaille. Il comprit bien vite ses intentions, sitôt qu’elle lui cala le plateau devant lui, et il ne put s’empêcher de rire de bon cœur à sa boutade et à la fébrilité qui semblait subitement avoir envahi Jodie qui lui installait tout à portée de main.

- Mais Madame Licorne…

Jodie voulait vraiment se séparer de son rempart de protection? Elle était petite, mais pas au point de pouvoir se cacher derrière un saladier de pop-corn. Sergeï la regarda se réinstaller sur le canapé, finit par lui sourire en secouant la tête, et il tendit son verre en sa direction pour trinquer.

- Tu es vraiment quelqu’un de spécial Jodie. Merci.

Il n’y avait que Sofia qui était prête à remuer ciel et terre pour lui, simplement pour lui faire plaisir ou s’assurer qu’il soit bien (et il faisait de même, avant qu’il passe pour le petit prince du duo). Rien n’obligeait Jodie à agir de la sorte, et il devait avouer qu’il était touché de cette attention.
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptySam 28 Sep - 18:33




Twilight





Elle ne doutait pas un instant de ses qualités pour un poste de serveur. Sergeï, par sa capacité touche à tout, devait être bon. Elle en toucherait deux mots à son employeur même s'il ne voulait pas. Elle esquissa un sourire à sa question, surprise sans l'être de sa question. Culturel ou non, l'idée de le scalper s'il se loupait était plus une plaisanterie qu'autre chose. Avec les enfants qu'elle avait gardés, fut un temps, elle avait pris habitude de définir les mots parfois complexes dans la mesure où elle savait le définir.

Si je décide de te scalper, je t'enlève un morceau de la peau du crâne en gardant les cheveux.

Elle tenait quelques choses d'invisible entre les mains, pour mimer les gestes. Les explications ne pouvaient pas être plus claires. Le sujet se fit plus sérieux par la suite, abordant le gène que le contact provoquait chez elle. Avec une bienveillance et une simplicité qui devait découler de sa personnalité, il chercha à lui ôter tout crainte qu’elle pouvait avoir à son égard. Seulement cela ne dépendait pas d’elle, ça ne dépendait pas de lui. Elle aurait aimé pouvoir le charrier physiquement, le pousser et autre taquinerie amicale qu’on pouvait avoir entre deux jeunes gens à un âge proche. Mais ce n’était pas le cas.

Quelque peu émue par ses mots, elle resta quelques instants de son côté avant de mettre un terme à ce moment d’échange où l’émotion risquait de prendre le dessus s’ils continuaient ainsi, loin de la légèreté voulue par ce film. Elle lui glissa qu’elle préférait le lait au chocolat, et tout ce qui était à base de chocolat à vrai dire mais elle se garda de le dire. Bien qu’elle soit devenue une accro de la théine suite à ses débuts au dispensaire, le lait au chocolat était un petit plaisir qui lui donnait un peu de baume au cœur quand rien n’allait. La réaction du russe fut sans appel, riant à sa remarque. Il relança sans hésiter en lui posant une question. Crêpe ou gaufre. Il avait tout à apprendre.

Pancake ? Et toi ?

Cela allait dans les deux sens, s'il apprenait des choses sur elle, à l'inverse, il pouvait lui donner des informations sur lui. Savoir s'il préférait les crêpes ou les gaufres n'allaient pas changer grand-chose mais c'était un bon début. Finiraient-ils par connaître ce qu’ils aimaient pour prendre un déjeuner un matin ? Certainement mais c’était complètement absurde.

Le film avança et la jeune femme, novice dans l’univers étrange de ce film, leva les yeux au ciel en voyant cette entrée au ralenti qui a une époque ne l’aurait pas dérangée. Sergeï lui apprit une petite anecdote qu’elle n’arrivait pas à croire mais omit de lui dire volontaire pour ne pas le froisser, acceptant par défaut ce qu’il lui racontait comme vrai.

Vous vous êtes basés sur ce film pour imaginer ce qu’était un lycée ici ? C’est cocasse. La drogue, la violence et les jeux de pouvoirs étaient notre quotidien. Un lieu pour se préparer à entrer dans la cours des grands, en quelques sortes. A moins que les vampires soient la représentation de quelque chose pour critiquer notre société …

Car, il était clair, aujourd’hui, que ce n’était qu’une reproduction de ce qui se passait dans la ville, à plus petite échelle. Des grands ayant de l’argent gagnent une certaine autorité sur les autres, le commerce de la drogue, devoirs et autres se développent, des clans se forment et les plus faibles se font battre. Il y avait eu des suicides, des dépressions et autres. Le lycée n’était pas un petit paradis, loin de là. India en était le symbole parfait. Elle resta perplexe quant à la possibilité que ce film aille au-delà d’une simple histoire d’amour entre deux personnages. Naïve petite Phillmore, dira-t-on. Le film continua et elle jura qu’elle se vengerait de l’avoir mise devant ce film. Elle s’appuya sur la licorne, écarquillant les yeux avec horreur, exagérant ses traits puis son visage se ferma.

Je te hais, lâcha-t-elle en se remettant à sa place puis ajouta sourire aux lèvres : je te l'ai dit, tu finiras par me connaître.

Cinq films ? En combien de temps comptait-il lui faire voir ses films ? Pas en une seule fois, elle ne tiendrait pas et s’endormirait au bout d’un moment. Cela voudrait dire qu’ils auront l’occasion de se revoir, alors qu’ils ne faisaient que se croiser depuis son emménagement. Quelque chose avait changé. Elle l’ignorait. Elle ignorait pourquoi mais cela ne la dérangeait pas. Sa compagnie était agréable et sa simplicité faisait du bien à une jeune femme en proie à bien des angoisses. Cette simplicité ne devait être qu’une apparence mais c’était suffisant pour elle, ne cherchant pas, aujourd’hui, à voir ce qu’il y avait en dessous. Ses pensées lui firent perdre le fils du film, pensant au jeune homme assis à côté d’elle, qui se redressait régulièrement pour prendre à manger ou boire un coup. Malgré son teint maquillé et ses cheveux horriblement plats, ses traits étaient fins et agréable. Et naturellement, voyant que ses pensées dérivaient, elle revint sur ce qu’elle observait au premier coup d’œil : non pas le charme du russe mais son état. Elle eut une brillante idée de ramener de chez elle un plateau télé pour qu’il puisse avoir tout à portée de main. L’installant sur lui, ainsi que les différentes gourmandises qu’il avait préparées pour la soirée, India décida d’enlever la peluche pour lui donner accès à des plats qui avaient disparu de la table et pour permettre aux pop-corn d’être plus près.

T'en fait pas pour elle, elle n'en perdra pas une miette de là où elle est, dit-elle en revenant s’installer sur le canapé.

Sergeï attrapa son verre pour le tendre vers la jeune femme qui attrapa le second pour trinquer, l’entendant lui dire qu’elle était spéciale. Elle lui fit un signe de tête, levant les yeux en l’air, refusant d’entendre qu’elle avait quelque chose de spécial.

Dis pas de bêtise plus grosse que toi, lâcha-t-elle après une gorgée de bière, en guise de réponse.

Elle laissa tomber ses chaussures pour mieux s'installer sur le canapé, ramenant ses jambes contre elle sur le côté, réajustant sa robe dans l'action. Une de ses mains en profita pour piocher quelques pop-corn dans le saladier. Le mélange bière, pop-corn n’étaient pas fameux mais elle avait besoin des deux, prenant parfois des pirojkis pour faire honneur à son voisin.

Je pense qu’à une époque j’aurai adoré ce film, finit-elle par dire alors que son verre était à présent vide. J’ado… Rais les films d’amour et toutes ses mièvres à l’époque jusqu’à ce que tu te prennes dans la gueule que ce n’est qu’un ramassis de conneries condensé en une heure trente. D’ailleurs, mon film préféré reste et restera Princess Brides, à l’époque je le regardais pour son histoire d’amour, aujourd’hui je le regarde pour son côté parodique.

Princess Brides, une histoire d’amour entre elle et ce film. Elle le regardait quand elle était malade, quand elle était triste, pour son anniversaire lorsqu’elle le fêtait avec son père. Elle connaissait ce film par cœur. Il avait mal vieillis et elle n’admettrait pas, sauf peut-être sous la torture, que ce n’était pas uniquement que pour le côté parodique qu’elle aimait ce film aujourd’hui.


(c)syndrome

___________
They'll know my name


Dernière édition par India Phillmore le Dim 29 Sep - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyDim 29 Sep - 8:02

Twilight@India Phillmore et Sergeï VasilievLe russe écouta avec un intérêt non feint l’explication sur le scalpe, finissant par avoir la vague impression d’avoir déjà vu la chose dans un film mais c’était si loin et flou qu’il ne saurait dire lequel au juste. Ça ne l’avait ni marqué ni traumatisé il fallait croire vu le bref rire qu’il eut à la fin de l’explication brève mais claire de Jodie.

- … j’adore ça. Faut que j’essaie un jour. C’est typiquement Américain comme manière de faire?

Il n’était pas sérieux au sujet d’essayer un jour. C’était plutôt barbare comme manière de faire et il préférait laisser les histoires de meurtres commandités à de vrais professionnels comme cette Eden. Ne pas jouer dans les plates-bandes de meilleur que soi, quelque chose que son père aurait peut-être dû apprendre.

Pour la suite… Il voyait bien que Jodie oscillait entre aborder le sujet de ses réserves au contact, et se terrer dans son coin sans souffler un mot. Pour sa part, il avait été honnête et franc. Il ne comprendrait probablement jamais ce qu’elle vivait, manque flagrant d’inhibitions et beaucoup de mal à tirer une ligne claire entre ce qui était bien ou ce qui était mal, mais il pouvait au moins respecter les limitations de sa voisine. Également, il pouvait tenter de désamorcer la situation de quelques blagues, et Sergeï ne se fit pas prier pour renchérir après la révélation des pancakes faite.

- Blinis, c’est un peu comme des crêpes. Fruits ou bacon?

Il lui adressa un sourire taquin, il n’allait pas rater une occasion d’apprendre quelques préférences de Jodie sur le ton de la légèreté et sans lui demander de lui révéler sa vie. Lui de son côté considérait ne pas avoir grand-chose à cacher, il ne fallait qu’avoir le cran de lui poser les bonnes questions en fait… et ne pas s’imaginer n’importe quoi, comme lorsque Jodie élabora un peu trop loin sur l’anecdote qu’il lui avait racontée au sujet du lycée de Downfall. Cette fois le russe rit de bon cœur et secoua la tête tout en appuyant sur la tête de la peluche pour montrer à sa voisine à quel point elle faisait fausse route et qu’il la trouvait amusante.

- Tu vas chercher trop loin, c’était vraiment que pour la charrier et essayer de lui redonner le sourire un peu. On ne voulait pas quitter Moscou. On ne savait même pas où on allait. C’était: ferme ta gueule et suit. Ça a fait bizarre de se retrouver avec des gens comme nous, vraiment bizarre. C’était comme… vraiment super et pas du tout en même temps, parce qu’on ne comprenait pas un traître mot d’anglais. Notre père savait, mais il n’allait quand même pas se faire chier à nous apprendre, déjà qu’il nous a pas foutu en foyer d’adoption quand on a atterri chez lui, fallait pas exagérer quand même.

Il ne put retenir de rouler des yeux en évoquant ce père si généreux et dévoué envers sa progéniture. C’était vrai qu’il aurait pu, qu’il aurait dû, les expédier à l’orphelinat et que leurs vies respectives seraient sûrement mieux aujourd’hui. Mais ils auraient probablement été séparés, Sofia et lui, vendus à des familles différentes (le terme propre était adopter mais donner de l’argent en échange d’un bambin a toujours sonné comme une transaction marchande pour le russe). Qu’il aille au diable ce père fantôme, ils n’avaient plus besoin de lui depuis des années.

Sergeï mit un petit moment à comprendre ce qui avait subitement frappé Jodie pour qu’elle aille à son appartement avec autant de presse. Le plateau installé, le saladier de pop-corn désormais entre eux au lieu de la peluche, c’était… bizarre. Comme dit plus haut, la seule personne à avoir fait un quelconque effort un tant soit peu désintéressé pour lui à ce jour était sa jumelle. La sensation était… spéciale. Et c’est ce mot que Sergeï utilisa pour qualifier Jodie. Ça lui allait bien pourtant, même si elle réfutait ce qualificatif. Une petite demoiselle réservée, secrète, et qui par moments pouvait avoir ces petites bribes d’humour mordant qui laissait entrevoir qu’il y avait un être beaucoup plus complexe sous la surface. Apprendre à la connaître petit à petit était en passe de devenir l’une des activités favorites du russe qui se cala dans le canapé en prenant une gorgée de bière, et en faisant gaffe à ne pas envoyer valser le plateau d’un faux mouvement.

- Si tu as froid aux pieds, Sofia a des chaussettes en… sorte de… mousse douce rose, premier tiroir de la commode. Je t’imagine bien vider une boîte de mouchoirs devant un film d’amour, ou avec une copine et un carton de glace au chocolat après une peine d’amour. Les garçons devaient être à tes pieds au lycée, dire que j’ai raté cette opportunité de te draguer entre les casiers. Le blond adressa un sourire malicieux à son invitée, et enchaîna sur le film favori de cette dernière, secouant la tête et reprenant son sérieux. Princess Bride je connais pas. Il faudra qu’on regarde.
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyDim 29 Sep - 15:04




Twilight




Quand tu veux, j’ai toujours un scalpel dans ma mallette, ça me fera plaisir, de te faire plaisir, lança-t-elle narquoise, reprenant un peu de sérieux pour ajouter : je n’ai jamais été bonne en histoire mais c’est sûrement le cas.

Ils se prenaient au jeu des questions réponses, restant sur les préférences alimentaires, ne cherchant pas à aller au-delà, passant le plus clair de leur temps à échanger plutôt que de regarder le merveilleux film proposé par Sergeï. Mais ils finiront bien par épuiser les sujets de conversations. Même avec Lily, elle n’avait jamais autant parlé. Il aimait donc les blinis. Entre les deux propositions qu’il lui fit, elle hésita et lui fit savoir car à une période, elle avait apprécié manger du bacon avec des œufs mais comme l’appétit était quelque chose de compliqué ces derniers temps, des fruits lui convenaient mais les deux, elle aimait cela alors le choix était difficile à prendre.

Ah, selon l’humeur et l’appétit, j’ai envie de dire ? (elle lui lança un regard pour connaître sa préférence avant de lui demander et après un bref moment à regarder en l’air, en pleine réflexion) Thé ou café ?

India se serait amusée à dire, « vodka » en prenant un accent similaire au sien mais ce n’était qu’un cliché de plus qu’elle se gardait de lui dire. Le sujet dévia vers l’arrivée de la famille Vasiliev à Downfall. L’Unbroken se trompait sur toute la ligne et il lui fit savoir que ce n’était que pour taquiner sa sœur pour lui faire oublier qu’ils avaient changé de pays où ils ne maîtrisaient par la langue et les révélations qu’il lui fit, lui montrèrent qu’il n’avait pas, lui aussi, une histoire simple. La jeune femme n’avait pas pris en compte tout cela et se sentait désolée d'avoir été aussi cruche.

Je réfléchis trop, se justifia-t-elle comme pour s'excuser et après une pause. Tu penses qu’on est si différent que ça ici ?

Était-ce si différent des autres lycées des Etats-Unis ? Ayant grandi ici, elle n’avait pas vraiment matière à comparer et les films et séries n’étaient pas vraiment un reflet des plus exacts. En tout cas, ce que le russe amenait, la poussait à poser des questions et se retenait encore plus pour ne pas lui donner l’impression de mener un interrogatoire. Pourquoi étaient-ils venus ? Une des explications serait qu’ils n’avaient pas le choix car ce n’était pas par gaîté de cœur que l’on venait dans l’ex quartier expérimental. Voulaient-ils retourner dans leur pays ? India trouvera le temps de lui poser toutes ses questions. Elle crut déceler une certaine amertume dans ses paroles et son regard qu’elle n’avait pas lâché lors de l’explication.

Une fois revenue de son appartement et le russe installé confortablement, le film avançait dans son intrigue et la bière de la jeune femme se vidait petit à petit. Les tensions qui l’habitaient finir par s’apaiser, trouvant une position agréable, attrapant un coussin qu’elle ramena contre son ventre, picorant dans les différents plats, finissant par piquer directement sur le plateau du russe, car à porter de main. Ce dernier lui proposa de se servir en chaussettes si elle avait froid, continuant sur sa lancée en lui glissant qu’il la voyait bien à s’émouvoir pour tout et pour rien, sous-entendant qu’elle était suffisamment jolie pour attirer l’attention des lycéens et admettant qu’il avait raté l’occasion de la draguer. Elle posa la tête sur le dossier du canapé pour le regard, pétillant de malice, voulant lui dire qu’il n’avait pas qu’à se rattraper maintenant mais l’idée de son contact la freinait, même si cette pensée semblait être un premier pas vers un changement. La bière parlait pour elle mais la jeune femme était encore maîtresse de son esprit. Sergeï continua en lui apprenant qu’il n’avait jamais vu ce film. Alors, elle répondit par une phrase totalement appropriée et en lien avec le film.

Inconcevable !

Mais il ne pourrait y comprendre la référence que lorsqu’il aura vu le film.

La cape suffira, ne t’en fait pas, merci. Avec le recul, ils l’étaient sûrement mais ne supportaient pas de se plier en quatre. Les lycéens ne m’intéressaient pas. Je n’avais d’yeux que pour les hommes plus vieux, si possible tatoués et bad boys. Cliché, tu peux le dire et tu as le droit de te foutre de ma gueule. J’étais idiote surtout. Ils me prenaient pour la petite sœur sympa. Et ce n’est pas plus mal au final, je me dis. Ça m’aura préservé quelque temps disons. Mais bon, à l’époque, je ne sais pas si tu aurais réussi à attirer mon attention avec tout ça et surtout je ne pense pas que tu m’aurais remarqué.

India avait été agréablement surprise de savoir qu’il ne se souvenait pas d’elle, et elle non plus d’ailleurs. Mais l’inverse semblait étrange, vu qu’elle s’était battue en plein dans les couloirs alors que l’annonce de ce qu’elle avait fait à cette pauvre fille avait été donné. S’il apprenait sa vraie identité, peut-être pourrait-il la remettre mais en tout cas, physiquement, il n’avait pas fait attention à elle. Elle et ses vêtements chics, ses sacs hors de prix et les regards hautains qu’elle posait sur les autres lycéens, pour être dans le clan des populaires. Une simple apparence. Et peut-être posera-t-il un regard différent sur elle, ce qu'elle n'avait pas envie, plus maintenant.

Quant à sa passion pour les hommes plus âgés, il y en a eu un qui sortait du lot. Son Apollon, beau et fort comme un dieu. Elle n’avait pu voir que ses bras mais ils étaient recouverts de tatouages, imaginant le reste sur son corps. Elle en était tombée amoureuse dès la première rencontre, mentant évidemment sur son âge pour attirer son attention et tombant de haut lorsqu’elle comprit qu’il n’était pas dupe. Un enfoiré de Prayers au final qui avait fini par la considérer comme une petite sœur, une petite protégée. Elle n’avait jamais été prise au sérieux et ce n’était pas plus mal. Les hommes plus âgés qu’elle avait pu côtoyer avec un grain et étaient dangereux.

J’y pense, il faudra que tu me montres tes points après le film, pour voir si tout va bien, demanda-t-elle en prenant une nouvelle bière. Et toi, tu as dû éveiller bien des curiosités à l’époque et encore aujourd’hui, non ?


(c)syndrome

___________
They'll know my name
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyDim 29 Sep - 20:18

Twilight@India Phillmore et Sergeï VasilievLe russe eut envie de dire que le scalpel ferait sûrement un travail trop propre pour scalper quelqu’un mais à un certain stade, il valait mieux ne pas trop rajouter à la plaisanterie, sinon Jodie allait croire qu’il était sérieux sur ses envies d’essayer. Tiens, il faudrait qu’il demande à Eden un de ces quatre comment elle procédait pour prouver à ses clients que la cible était neutralisée. Ramener la tête dans un sac poubelle? Il doutait. C’était vrai qu’à Downfall, il était plus aisé de savoir si quelqu’un était disparu de la circulation vu la taille de la ville… du moins c’était avant que quelqu’un ait la mauvaise idée d’ouvrir la ville et de s’en prendre au mur.

Mais, sujet plus intéressant que la merde politique qui se jouait à Downfall, Sergeï roula des yeux quand Jodie se montra ambivalente au sujet des fruits ou du bacon. Ah les femmes! Ça ne savait jamais se décider, et tout se jouait sur leurs humeurs. Le russe ne résista pas à la tentation de lancer les deux smarties qu’il avait entre les doigts à sa voisine, pour la punir de cette non réponse.

- Tu triches Carter, c’est pas bien ça! Je joue plus après celle-là parce que tu es une tricheuse! Il lui tira la langue, son ton montrait qu’il n’y avait pas d’offense réelle, puis répondit à cette ultime question de la part de Jodie. C’est bacon sans hésiter, même si c’est de la merde à préparer. Et thé, je suis Russe, c’est une institution le thé chez nous. Je n’ai juste jamais pu mettre la main sur un samovar et des podstakannikis pour pousser le concept jusqu’au bout. Et avant que tu demandes: c’est une sorte de théière et des supports de tasse en métal pour les verres.

Parce que oui, traditionnellement, les Russes buvaient leur thé dans des verres qu’ils déposaient dans des cercles de métal avec pieds et poignée. C’était classe quand même! Mais bon, en général et surtout ici à Downfall, la première mug qui passait sous la main faisait l’affaire, tant que le thé était bien corsé, de préférence du thé noir, ça allait.

Sur le sujet du lycée, de l’anecdote liée au film qui avait déviée sur l’arrivée des jumeaux russes à Downfall il y avait déjà huit ans de ça, Sergeï remarqua le petit silence de la part de sa voisine qui admettait qu’elle réfléchissait trop. Il lui jeta un regard, un peu surpris de ce qu’il croyait lire sur le joli visage de la brunette. C’était comme si elle regrettait d’avoir questionné. Ah c’était dans ce genre d’occasions que le russe lui aurait donné un coup d’épaule, ou une pichenotte sur le bout du nez pour lui faire comprendre que tout était ok de son côté.

- Les filles réfléchissent toujours trop. À défaut d’autre chose, il lui adressa un clin d’œil complice avant de retourner à l’écran et de répondre d’un ton un peu distant. Il avait plus ou moins envie de s’étaler sur ce qui était différent, normal ou pas, sachant pertinemment qu’il n’était lui-même pas normal selon les standards de la société. Différents? Je sais pas, vous êtes normaux pour moi et c’est le reste du monde qui fonctionne étrangement, à tout couvrir de faux-semblants et d’apparences.

Le reste du monde, qui avait toujours cherché à les séparer, Sofia et lui, le plus souvent sous prétexte qu’elle était une fille et lui un garçon, que leur relation n’était pas saine pour une sœur et un frère. Pourtant, c’était bien la présence de l’autre qui empêchait que tout dérape, qui leur donnait une forme de conscience du reste du monde, qui aidait à se situer par rapport aux autres. C’était compliqué à expliquer, mais pourtant d’une limpidité dans le subconscient de chacun des jumeaux.

Jodie avait raison de penser qu’il ne comprendrait pas la référence tirée d’un film qu’il n’avait jamais vu. Lui qui disait vouloir cultiver un peu la belle en lui faisait visionner des classiques (pitoyables) du cinéma, c’était à lui d’en apprendre avec ce Princess Bride. Le inconcevable ne se mérita qu’un regard un peu confus qui fut vite oublié pour la discussion sur les chaussettes et les préférences de Jodie en matière d’hommes, confidences qu’il n’aurait pas imaginées venant d’elle. Plus vieux mouais, il était plus vieux qu’elle mais sûrement pas de beaucoup, tatoués ça pouvait le faire, même s’il était loin d’être une tapisserie comme d’autres et bad boy. Bad boy? C’était grillé pour lui de ce côté, le russe ne se considérait pas comme tel, pour être bad il fallait comprendre la notion déjà, et ce n’était pas gagné avec lui. Mais que Jodie ait au final été considérée comme la petite sœur sympa le fit bien rire, le genre de situation qui devait être un brin frustrante.

- Bah à l’époque… On essayait juste d’y comprendre quelque chose à dire vrai. On comprenait rien, et personne ne nous comprenait. Il a fallu tout apprendre comme des enfants et c’était frustrant, alors les gens autour, c’était trivial. Je pense me souvenir vaguement de toi, t’avoir trouvée jolie mais j’aurais été bien embêté d’aller te demander ton nom. Je crois qu’il y avait eu un truc à ton sujet mais… Il secoua la tête pour signifier qu’il n’avait aucun souvenir précis de ça, et au final ce n’était pas bien grave. Puis il haussa les épaules quand la question tourna vers lui, et ses points. Oui docteur, je vous montrerai tout ce que vous voudrez. Et pour continuer sur la curiosité… Oui et non. On étaient des étrangers, donc pas les bienvenus. Il y a eu des tentatives de bizutage mais on a rapidement montré qu’on était pas des tendres et qu’on avait notre place… et ceintures noires en Krav Maga et années de pratique d’autres arts martiaux. Il y a eu quelques personnes qui ont osé. Mais on restera toujours des étrangers pour la plupart des natifs de Downfall. Sergeï tourna la tête vers l’écran où Bella confrontait Edward pour la millième fois en tentant de faire un peu de logique dans un film tout à fait illogique, pour tenter de percer son grand mystère. Heureusement les filles n’étaient pas aussi connes dans la vraie vie… du moins il en avait une pas idiote du tout près de lui, et le russe ramena son regard vers Jodie, beaucoup plus intéressante que le film. Toi tu es curieuse?
:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyLun 30 Sep - 15:18




Twilight




L’hésitation que la jeune femme présenta quant au choix à faire ne plut par au russe. Elle se montra outrée lorsqu’il lui envoya des smarties dessus. Il voulait jouer avec la nourriture ? Le voilà coincé avec le plateau, il ne pourra pas lui échapper. Sergeï l’accusa de tricher, refusant de continuer de jouer ce jeu. L’exagération de ses paroles lui montra que ce n’était qu’un jeu et qu’il n’y avait pas de mal. Attrapant les deux sucreries, elle les croqua avec un sourire de victoire sur les lèvres, presque provoquant, sans le lâcher du regard.

Sale gosse, glissa-t-elle en plissant les yeux, l’écoutant après les explications sur sa préférence entre le thé ou le café et son goût pour le bacon, bien que compliqué à préparer.

Ce dernier préféré le thé, institution dans son pays d’origine. Il semblait que depuis son arrivée à Downfall, il n’ait pu retrouver le matériel adéquat pour préparer cette boisson chaude. Et vu la tête que la jeune femme fit aux termes employés, il se chargea de lui faire une traduction. Tout était trouvable, à condition de mettre le prix et d’avoir les bons contacts. India ne comprenait pas cet étrange rituel, habituée à sortir un mug du placard et d’y jeter un sachet dedans, le premier sous la main.

Thé aussi et arrête de lire dans ma tête !

Une fois ses petits yeux accusateurs lancées vers le russe, elle se replongea dans le film, découvrant la qualité d’un scénario qui tenait sur trois lignes. La conversation vira vers le lycée et les anecdotes qu’il pouvait avoir à ce sujet. Surprise et quelque peu gênée d’avoir fait fausse route, l’Unbroken trouva comme excuse qu’elle réfléchissait trop, ce qui était vraie et ce dernier confirma avec un clin d’œil, généralisant en étendant cette façon d’être à toutes les femmes. Quant à sa question au sujet de leur différence, Sergeï resta vague. Pour lui, ils étaient des êtres normaux, c’étaient les autres qui ne l’étaient pas. Tout n’était qu’apparence selon lui mais India avait vécu la même chose, n’être qu’un mensonge pour obtenir ce qu’elle voulait. S’était-il senti mieux accepter ici ? Le jeune homme était, à ses yeux, bien étrange, unique dans son cas, loin des personnes qu’elle avait rencontré mais peut-être faisait-elle fausse route à son sujet. Il existait des personnes similaires mais ils se faisaient rares.

Ils dévièrent sur le lycée et les histoires légères que la jeune femme avait pu avoir. India lui expliqua qu’elle n’avait jamais été attirée par les lycéens, préférant des adultes plus mures mais c’était retrouvé face à des personnes peu intéressées. Aujourd’hui, elle ne cherchait plus, ne s’intéressait plus à tout cela, mettant de côté les histoires de cœur pour se concentrer sur elle. Vieux, jeune, elle ne se donnait pas le droit de ressentir quelque chose pour autrui même si le russe avait réussi à piquer sa curiosité. Seul son père et quelques rares personnes avaient leur place. Sergeï finit par lui expliquer qu’avec la barrière de la langue, ils s’étaient rapidement retrouvés mis sur le banc de touche. Il croyait se souvenir d’elle, d’une histoire mais il n’en avait pas compris le sens. Sa mâchoire se contracta à cette information, restant stoïque pour ne rien laisser passer. C’était une chance même si elle n’en était pas certaine. Une chose qui lui semblait presque sûre, c’était qu’il ne semblait pas s’y intéresser. Elle haussa les épaules pour donner à ce souvenir une banalité qu’il n’avait pas besoin de se souvenir.

India se redressa, se servant une nouvelle bière qu’elle décapsula, voulant voir avant la fin de la soirée les points qu’elle avait faits la semaine dernière. Un sourire apparut sur ses lèvres lorsqu'il accepta sans rechigner à lui montrer ses cicatrices, ajoutant par la même occasion qu'elle pourra voir tout ce qu'elle voudra. Continuant sur sa lancée, Sergeï lui expliqua que son statut d’étranger n’avait pas poussé les autres à s’intéresser à lui et qu’au contraire, comme tout bon Downfallien méfiant, certains s’étaient amusés à les emmerder mais le Russe savait se défendre. Les grosses brutes du lycée en l’occurrence et elle en avait gardé certain en mémoire.

Il y a des étrangers qui ont fini par trouver leur place ici, tu sais.

Dwayne, un étranger avait fini par prendre la tête d’une branche des Unbrokens et était légitime en tout, sans qu’aucun ne remette en doute ses origines. Il finira par se faire sa place ici, malgré l’accent, malgré les habitudes plutôt originales. Le blond lui posa une question plutôt étrange qui laissa India interdite quelques instants. Elle prit une gorgée de sa bière tout en lui jetant un coup d’œil pour évaluer ses paroles, son regard se perdant quelques instants dans le sien, cherchant à sonder ces yeux marrons tirant vers le rouge. Que voulait il dire par là ? Que cherchait-il a lui faire dire ? Elle eut un rire silencieux, se pinçant les lèvres, attrayant quelques bonbons sur le tableau du russe. Elle préféra prendre sa question pour ce qu'elle était, simple sans sous-entendu.

D’après toi ? Demanda-t-elle avec un demi-sourire. En règle générale, oui, je le suis. Mais j'ai appris à mes dépens que c'était un vilain défaut.

Seulement, elle apprenait de ses erreurs et faisait plus attention en se préparant mieux lorsque sa curiosité était piquée à vif, du moins dans le milieu qu'elle considérait comme professionnel.Elle voulait que l’information devienne son domaine, encore mieux que les Rats, encore mieux que quiconque. Les Unbrokens pourraient obtenir de biens des personnes des informations, des soutiens et autres moyens par la pression que pouvait avoir sur eux une information glissée au bon moment. India était intelligente et comptait aider à sa manière la ville. Cleveland était tombé, le gouvernement avait un nouveau pantin à la tête de la mairie. Nouvelle partie, nouveaux pions, le jeu était lancé.

La couleur de tes yeux me perturbe vrai... commença-t-elle en se reconcentrant sur le film puis s’exclama soudainement. Oh mon dieu, il brille! Mais ... mais, mais, mais c'est ridicule!

Le vampire venait de briller et c’était à l’image de celui assis à côté d’elle.


(c)syndrome

___________
They'll know my name


Dernière édition par India Phillmore le Lun 30 Sep - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyLun 30 Sep - 17:44

Twilight@India Phillmore et Sergeï VasilievLe russe adressa un regard perplexe et très sceptique à son invitée. Chacun finissait par trouver sa place, mais il fallait le vouloir. Hors dans son cas… Enfin, il trouvait que trouver sa place était synonyme de beaucoup trop d’entraves et de règles à respecter, de comptes à rendre et de loyauté à prouver. Il secoua la tête pour signifier que ce n’était pas ce qu’il recherchait.

- Si trouver ma place signifie joindre les Prayers, les Baneshadows ou les… comment ils s’appellent… Unbrokens? Non merci. Sofia est Blackened et je m’inquiète souvent. Que des emmerdes à l’horizon. Dis-lui pas que j’ai dit ça.

Ils avaient eu cette discussion et au final, Sergeï n’avait rien à dire sur les choix de sa jumelle, et vice-versa. Elle avait compris ses réticences et lui avait affirmé qu’elle n’était pas comme leur père et la discussion était close. Ça n’empêchait pas son frère de s’inquiéter. C’était probablement pour ça qu’il n’hésitait jamais à l’accompagner et aller la chercher à Van Nyus, une manière comme une autre de s’assurer qu’elle était bien parmi ce groupe et qu’il ne lui arrivait rien de fâcheux.

Et un petit silence s’installa suite à sa question pourtant anodine sur la curiosité. La curiosité que Jodie pouvait avoir à son égard. Il laissa la questions en suspens, sans chercher à rajouter quoi que ce soit, sans lui dire qu’elle n’était pas obligée de répondre comme la dernière fois, il la soutint simplement son regard avec un tout léger sourire en coin, qui s’agrandit un tout petit peu lorsqu’elle lui répondit.

- J’aime que tu sois curieuse pour moi. Avec moi tu peux poser questions tu sais. Si je veux pas répondre je te dirai. Peut-être je suis curieux aussi pour toi.

Il n’y avait pas de peut-être en vrai, il était curieux d’en apprendre davantage sur sa voisine du dessus. Il réalisait que même si ça faisait un petit moment qu’ils se connaissaient, qu’il ne savait pas beaucoup de choses sur elle, et que cette fois où il avait cogné chez elle pour lui demander son aide avait été leur première réelle conversation. Il fallait croire que ça avait prit ce fâcheux incident pour qu’ils dépassent le stade de simples voisins, alors que ça avait été si simple avec Lily. Mais Jodie était différente, spéciale comme il l’avait dit plus tôt. C’était probablement la première fois qu’il s’intéressait à une autre fille en dehors de sa sœur et c’était agréable comme expérience, c’était intéressant. Peut-être que l’intérêt principal résidait dans le fait que Jodie ne se livrait pas facilement, et tous ces silences où il essayait de déchiffrer ses expressions.

La couleur de…? Sergeï eut un petit froncement des sourcils de se faire subitement ramener à la réalité et sur le sujet de la couleur temporaire de ses yeux. Il n’y avait pas meilleure phrase pour le raccrocher… et l’exclamation de Jodie qui voyait enfin le fameux vampire qui brillait. Cette fois il rit, se remémorant les exclamations de ses amis, de Sofia et de lui-même lorsque cette horreur avait été dévoilée devant eux au cinéma du quartier.

- Attends! Ensuite y’a scène romantique-pathétique où Bella se la joue même pas peur! Et où là subitement elle est hyper amoureuse. Du grand grand cinéma! Je te laisse regarder leur faux gazon, je vais enlever ça.

Le ça était indiqué d’un geste comme étant les lentilles de contact rouges qui commençaient de toute manière à irriter un peu les yeux, en plus de la pénombre pour mieux voir l’écran de télé. Avec précautions vu tout ce qui tenait dessus, Sergeï déplaça le plateau-télé sur le côté, et se leva. Il fit un petit salut de la main à Jodie, comme s’il partait loin alors qu’il n’alla au final qu’à la salle de bains pour retirer lesdites lentilles et réhydrater un peu ses yeux… et retirer le maquillage également question d’être à son aise. Il revint peu de temps après en enfilant un chandail, s’étant aussi débarrassé de la chemise noire, et se rassit tout en ébouriffant ses cheveux pour leur retirer ce trop plat peu naturel. Le film en était à la visite de Bella chez les Cullen, plus précisément quand les deux amoureux transis étaient dans la chambre d’Edward et Sergeï fit une petite moue en pointant l’écran, puis en regardant sa pauvre voisine qui devait souffrir autant que lui devant cette scène à l’eau de rose.

- Sérieusement, dis-moi Jodie. C’est moi qui a tout faux où il agit un peu comme… psychopathe un peu? Les filles aiment vraiment attitude creepy comme ça? Il a pas l’air amoureux, il a l’air… de se demander pourquoi il a accepté de jouer dans ce navet.

Une fille normale (donc pas Sofia) ne pouvait pas trouver ça romantique, non? Et Jodie était une fille normale, elle pourrait le lui dire? Sofia en tout cas avait déjà dit que si un gars se la jouait comme ça avec elle, qu’elle lui défoncerait la gueule.

:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyLun 30 Sep - 21:46




Twilight




Les mots qu'apportèrent le Russe firent écho chez la jeune femme. Peut-être avait-il raison. Peut-être que pour s'intégrer dans cette ville, il fallait appartenir à quelque chose de plus grand que soi-même. Et peut-être que Sergeï était le plus sage de tous. La jeune Phillmore ignorait la réponse et elle allait dire quelque chose mais se ravisa au dernier moment, faisant un signe de tête qui ne voulait ni dire oui, ni dire non suivi d'un haussement d'épaule. C'était une question de point de vue, dira-t-on. Bien que protégée pendant des années par son père de la violence de la ville, elle s'était retrouvée confrontée à cette dernière, brutalement. Elle lui en avait voulu à l'époque mais comprenait aujourd'hui l'envie d'un père de protéger son enfant. Le vampire de Downfall lui demanda de ne pas dire à sa soeur ce qu'il venait de dire au sujet des Blackened.

Hmm ... Mon silence te coûtera très cher, murmura-t-elle en lui lançant un regard complice, attrapant au passage quelques pop-corns qu'elle ne laissa pas traîner longtemps.

Petit rappel taquin de la semaine dernière où il avait sorti une liasse de billets pour la payer alors qu'elle n'attendait rien en retour, petite plaisanterie qui avait fini par tomber à l'eau. Peut-être que cette fois-ci, il ne tombera pas dans le panneau mais s'il voulait la payer autrement ... Il pourrait à coup de soupe et de petits plats de chez lui.

Le sujet de la curiosité finit par être posé et India ignorait s'il voulait dire que c'était à son sujet qu'elle était curieuse ou le reste du temps. Dans les deux cas, c'était oui mais elle n'avouerait pas qu'il avait su éveiller une certaine envie de connaître ce Monsieur Bricolage au teint brillant. Alors, elle préféra penser la question comme une question générale et non ciblée sur lui-même. Et elle se trompa à nouveau à ce sujet. À présent, la jeune femme se demandait si le mot qu'il employait "curiosité" avait la même force que ce que sa définition voulait dire. Une erreur de langage peut-être, une barrière de la langue en somme. Sergeï lui assura qu'elle pourrait lui poser toutes les questions qu'elle voudrait. S'il ne tenait pas à y répondre, il lui dirait aussi simplement que ça. L'Unbroken ne voulut par le reprendre, aimant sans vouloir l'admettre, l'idée que le mot curiosité n'avait pas le même sens pour lui que pour les autres.

Et tu ne sauras rien de moi, lâcha-t-elle en dodelinant de la tête, levant les yeux au ciel, sourire aux lèvres. Même sous la torture. J'ai d'ailleurs une bonne résistance.

Grossière erreur. Elle avait une bonne résistance. C'était du passé. Elle ignorait si elle était capable de supporter à nouveau les coups. India n'était pas certaine de pouvoir se relever à nouveau si jamais elle se retrouvait face à une tel situation. Ces quelques mots la firent contracter les mâchoires, crispant son sourire, cherchant au mieux à cacher cette soudaine tension involontaire en prenant une gorgée de bière. C'était plaisanterie de plus sur fond d'une odieuse vérité, car il était clair qu'il en apprenait plus ce soir qu'en un an passé à se croiser dans la cage d'escalier.

La lumière qu'amenait la télévision lui permettait de voir ses yeux bien plus sombres qu'à l'accoutumé. Son regard avait ce quelque chose d'intriguant, bien que perturbant et elle allait commencer à lui faire savoir pour qu'il détache ses yeux vampiriques d'elle quand elle découvrit la scène où les scénaristes avaient brisés le mythe du vampire. India s'exclama de surprise à la vue de cette scène, bouche bée. Sergeï renchérit sur la suite et elle ne fut pas déçue du spectacle où se dessinait des pathologies devant elle. Elle était même outrée par la bêtise de cette histoire. Elle n'était plus sûre qu'à l'époque même, elle aurait aimé un film pareil. Il lui fit comprendre qu'il allait enlever, suite à sa remarque, ses lentilles de contact pour retrouver son bleu naturel, bien plus doux.

Reviens-moi, plaisanta-t-elle sur un ton mélodramatique tandis qu'il s'éloignait pour aller dans la salle de bain.

Se replongeant à moitié dans le film, elle secouait la tête, prenant son téléphone pour vérifier ses messages, découvrant qu'une fois mis en silencieux, Eleonore lui avait confirmée sa présence au Lady's, et vu la suite de smiley qu'elle avait mis, le patron était bien présent pour assurer ses profits. Elle ne répondit pas, reposant son téléphone sur la table, profitant de ce moment pour remettre de quoi grignoter sur le plateau. Il revint s'asseoir après quelques minutes, s'installant à nouveau à sa place, redonnant à ses cheveux une allure normale sous le regard amusé de la jeune Phillmore. C'était bien mieux ainsi. Tandis qu'elle découvrait des vampires cuisinant de la nourriture pour une humaine, elle restait pantoise face à l'absurdité de la scène, car même la blonde avait une réaction normale dans ce film. India prit une nouvelle gorgée de sa bouteille, secouant la tête, poursuivant le film pour les amener dans cette foutue chambre où elle en arrivait à se sentir limite mal à l'aise face à la situation. Sergeï lui fit lâcher un rire franc lorsqu'il posa ses questions au sujet du vampire. Prenant un pirojki qu'elle trempa dans la sauce, elle lui répondit en agitant le met, finissant par mordre dedans une fois son discours terminé.

Il vient de lui dire qu'il voulait la tuer. Je ne vois pas une raison plus clair de se barrer après lui avoir planté un pieu dans le cœur. Mais cette fille veut juste être une vampire, ça se voit à des kilomètres. Ce n'est pas une histoire d'amour ça... c'est... c'est anti-romantique. Elle est intéressée par ce qu'il est et non qui il est. Elle est une manipulatrice. Lui à côté, j'ai presque de la peine. Le gars, il pue la dépression à mille lieux, il déteste ce qu'il est et doit vivre avec. Je ne peux lui conseiller que des antidépresseurs et une séance avec le psy des vampires. J'aurai de la peine pour lui, même si je pense que je lui aurais pété les deux jambes avec la barre de fer que j'ai dans ma voiture s'il avait voulu me croquer.

Rien n'avait de sens dans ce film mais elle avait accepté de le regarder et il était plutôt amusant tout compte fait, pour pouvoir se moquer d'un scénario bancal à la logique incertaine. Puis passer une soirée en sa compagnie du Russe était une raison suffisante pour supporter cette bêtise cinématographique.


(c)syndrome

___________
They'll know my name
Revenir en haut Aller en bas

Sergeï Vasiliev
Sergeï Vasiliev
◭ CREDITS : Myself
◭ MESSAGES : 456

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMar 1 Oct - 14:01

Twilight@India Phillmore et Sergeï VasilievPour toute réponse cette fois au prix du silence de Jodie, elle reçu un ourson en gelée sur la joue. Cette fois c’était clair que c’était une plaisanterie, et il était en état de la discerner, donc…

- La prochaine fois je le lèche avant alors en plus il sera collant.

Le russe lui fit un faux air menaçant, plissant les yeux pour ajouter au dramatique de la menace à deux balles qu’il venait de proférer. Les filles n’aimaient pas se salir c’était bien connu, ni les choses gommantes… tout ce qui menaçait de défaire leur mise en pli bref. Il eut un instant envie de demander à sa voisine si elle faisait partie d’un des groupes qui tentaient de s’approprier la ville, ou même un plus petit groupe moins connu… et finalement il décida que ça n’avait aucune importance, qu’il ne voulait pas savoir. Et puis, à moins d’avoir une fierté démesurée, normalement on n’allait pas clamer sur les toits que l’on faisait partie d’une bande de criminels. Gros bon sens, même s’il n’était pas donné à tout le monde.

Ah si Jodie savait jusqu’où la curiosité de Sergeï à son égard allait… Une curiosité qui resterait non assouvie manifestement, vu qu’il était préférable pour le confort de son invitée qu’il garde ses distances et qu’elle y allait d’une bravade en lui disant qu’il n’apprendrait rien. Le russe termina son verre avant de faire un sourire malicieux à la jeune femme. Il avait l’impression que simplement poser son index sur son épaule serait déjà une torture pour elle mais il n’allait pas faire exprès pour la rendre mal à l’aise et frapper où le bât blessait. Comme il lui avait dit, il la respectait et l’acceptait comme elle était, et lui pointer ses faiblesses n’aurait été faire preuve de ni l’un, ni l’autre.

- J’ai bon moyen de torture: plus jamais de pierojkis.

À voir le rythme avec lequel elle pigeait dans l’assiette, ça pourrait être efficace!

La perspective de torture, ou la couleur inhabituelle de ses yeux perturbait Jodie, et Sergeï ne se fit pas prier pour aller reprendre son apparence normale, délaissant un instant sa voisine. Il profita d’être à la salle de bains pour regarder ses messages sur son téléphone, sans savoir qu’il mimiquait le même geste que Jodie de son côté. Lui par contre répondit notamment à sa sœur qui le relançait sur ce qu’elle lui avait demandé avant de partir tout à l’heure, à savoir s’il s’était tapé Jodie. Sofia eut droit à un paquet d’insultes la traitant de perverse finie, lui disant de se trouver un mec et d’arrêter d’emmerder les autres. Il fallait croire que selon les croyances populaires, un gars qui invitait une fille à une soirée cinéma n’avait qu’une chose en tête. Pourtant, non. Jodie n’était pas ce genre de fille-là, pas de celles qu’on invite pour les utiliser et les jeter ensuite. Elle était beaucoup plus intéressante que ça. Et puis vu ses réticences, il se prendrait un poing avant d’avoir même pu poser une main sur son genou, et c’était tout à fait correct comme ça. S’il voulait une pute, Van Nyus n’en manquait pas.

Il devait avouer être beaucoup plus confortable sans lentilles, maquillage et avec un chandail confortable. Il ne réinstalla pas le plateau télé, ayant besoin de se plier les jambes un peu, s’installant en indien sur le canapé et décapsulant la bouteille de bière qu’il avait attrapée avant de se rassoir. Il sourit à Jodie qui lui exposait là une analyse pleine de bon sens et une perspective très intéressante sur la relation entre l’humaine et le vampire. Il bu une gorgée et regarda l’écran où le vampire jouait à Tarzan cette fois, avec sa Bella sur le dos qui ne semblait même pas s’agripper pour vrai, question de pousser l’absurde jusqu’au bout.

- J’avais jamais vu choses comme ça. Que Bella ne soit pas l’éternelle victime idiote et sans défense mais la profiteuse dans l’histoire. C’est vraiment pas stupide comme théorie. Elle se place en victime pour se donner des arguments pour devenir vampire. Et… merci de m’informer que tu as barre de fer dans ta voiture, je ferai attention à ne pas t’embêter quand tu seras à côté de ta voiture.

Plus loin dans le film, on en était aux confidences de Bella à sa mère, puis l’irruption d’Edward dans la chambre de Bella, et Sergeï secoua la tête, attrapa la manette de jeu, et fit avancer la scène en accéléré.

- Ça, c’est malaisant. Ils sont ensemble depuis… deux jours? Et elle est déjà en sous-vêtements dans sa chambre en train de vouloir coucher. Les filles respectables font pas ça.

Il arrêta le défilement à la scène où le père de Bella accueillait Edward avec une arme à feu à portée de main, ce qui le faisait toujours bien rire.

- Lui il a comprit quelque chose. Ton père faisait pareil quand tu lui présentais tes petits amis? Fusil de chasse et bombe au poivre? Je crois que c’est ce que je ferais si j’avais une fille de cet âge.

Ou pire. Les mecs de cet âge ne pensaient qu’à une chose, il était bien placé pour le savoir, et puis il devait donner le point au père: Edward ne faisait clairement pas dix-sept ans.

:copyright:️ 2981 12289 0

___________

No society that feeds its children on tales of successful violence can expect them not to believe that violence in the end is rewarded.
 P!A
Revenir en haut Aller en bas

India Phillmore
India Phillmore
◭ CREDITS : coffee time/ Rogers
◭ MESSAGES : 5484

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight EmptyMar 1 Oct - 15:43




Twilight




La réponse fut sans appel. L’ourson l’attaqua de plein fouet, tomba à côté du saladier alors que le russe proférait une menace de le lécher la prochaine fois. India le regarda surprise par ce soudain assaut, reprenant l’ourson, pouvant voir l’air menaçant qu’il tentait d’avoir. L’idée était déplaisante d’avoir un bonbon collé sur son visage. C’était plus que répugnant et il n’avait pas intérêt à le faire. Pourtant …

La prochaine fois, hein … Murmura-t-elle en le regard en biais, son ton se voulant provoquant.

L’alcool lui faisait oublier la bienséance, elle garda le bonbon en gélatine en main, posant ses yeux brillants d’une malice machiavélique, attendant quelques secondes avant de lécher le dos de l’ourson et de le jeter sur son voisin, avec un sérieux qu’elle tentait de contenir.

Ce n’est pas bien de jouer avec la nourriture, finit-elle sur un ton calme, finissant par craquer les secondes suivantes pour finir par rire, mettant un bras pour se protéger. Ne fais pas ça, c’est vraiment dégueulasse, soit le plus mature de nous deux ! Je serais sage, promis !

Car l’Unbroken avait peur des représailles soudainement alors, elle cherchait à le brosser dans le sens du poil pour lui faire oublier toute envie de se venger à coup de bonbon ou pire encore, promettant de se tenir convenablement, si bien évidemment, il l’était lui aussi mais ce n’était pas expressément dit. Sergeï était encore maintenu par le plateau et elle espérait que ses blessures l’obligeraient à être calme. Pendant un instant, elle était insouciante, oubliant ses ennuis, ses soucis, se rappelant qu’elle avait vingt et un an et qu’elle avait toute la vie devant elle. Elle riait et s’amusait ce qu’elle n’avait pas eu depuis longtemps, car même les soirées où elle aurait pu se détendre, elle préparait son avenir.

Cette insouciance aurait pu perdurer mais la jeune Phillmore se ramena d’elle-même sur les rails, plaisantant sur la torture, ce qui n’était pas un sujet de plaisanterie tant elle avait cru, ce jour-là, ne pas survivre à la violence de cette agression où elle se sentait seule responsable de la conclusion pour avoir mal juger son adversaire, croyant pouvoir rentrer dans la cours des grands alors qu’elle n’était qu’une enfant. Mais Sergeï parvint à la décrisper en quelques mots, la faisant rire avec un naturel désarmant.

Tu es cruel ! Sergeï le cruel. Hum, ça te va bien en plus. Ce n’est pas grave, je passerai commande à ta sœur, je suis sûre que nous pourrons trouver un terrain d’entente, sans que tu le saches.

S’il n’avait pas été informé de la demande de sa voisine pour que sa sœur insiste à ce qu’il se repose cette semaine, il y aurait un moyen de s’entendre sans que le blond apprenne quelque chose. Le Russe finit par aller se changer, repassant du côté des humains, s’installant différemment, oubliant le tableau posé, plié sur la table qui avait retrouvé un peu de place après avoir été dévalisé. India lui donna sa version de ce qu’elle pouvait voir, peut-être en lien avec les livres de psychologies ou du bon sens qu’elle avait gagné avec les années. Sergeï n’avait pas imaginé cette théorie où l’héroïne était une garce, la remerciant au passage de l’avoir prévenu de ne jamais l’emmerder près de sa voiture. Elle rit silencieusement, renâclant d’amusement à l’idée de devoir lui péter les deux jambes s’il tentait de la mordre. Elle en serait bien incapable.

C’est possible qu’elle ne soit qu’une idiote amoureuse d’un psychopathe, la suite nous le dire, finit-elle par dire.

Le film se poursuivit, découvrant une nouvelle scène qui mettait mal à l’aise la jeune femme. Non pas pour ce qu’elle voyait mais parce qu’elle voyait une scène comme celle-ci à côté d’une personne du sexe opposé. India n’arrivait pas à l’expliquer. C’était gênant et elle ne sut s’il avait réussi à lire à nouveau dans son esprit car il attrapa la manette de la console pour passer ce moment en accélérer, grommelant que ce n'était pas une fille respectable. Ecarquillant les yeux à ses paroles, elle se tourna vers lui pour chercher à comprendre pourquoi il réagissait à une scène pareil.

Oh c’est moi où t’es vieux jeu d’un coup ? Arrête de jouer les mijaurées, je ne te crois pas un instant ! Ne me dis pas que tu n’as pas rencontré des filles et que plus tard, tu te retrouves dans leur lit, sans être payé évidemment.

Parce que, même si elle n’arrivait pas à concevoir une prostitution masculine, il avait eu l’occasion de rencontrer des femmes qui voulaient s’amuser sans se poser de question sur le lendemain, qui profitait de leur liberté et de leur corps comme bon leur semblait. Et elle ne le croirait pas s’il disait que ce n’était pas le cas.

Et c’est la faute des hommes. Vous ne savez pas vous tenir, conclut-elle quelque peu hautaine.

La guerre des sexes. Pouvait-elle parler sur ce sujet alors qu’elle n’y connaissait rien, ayant évidemment un avis subjectif parce que le contact des hommes lui était impossible ? Si son intérêt pour la ville n’était pas plus important qu’elle, elle aurait cherché à rejoindre les BB pour être protégée des hommes. India se rendit compte qu’elle avait été un peu trop sèche dans ses propos, elle fit un mouvement de tête avant de sourire pour enlever à ses paroles, son sérieux.

Sergeï arrêta le film sur une scène qui présentait le père de l’héroïne jouant les papas poules. Les quelques mots que cela amena dans leur échange rendit perplexe la jeune femme qui but une gorgée pour se donner quelques secondes de réflexion, se rendant compte qu’elle n’avait pas l’esprit assez clair pour parler de sa situation privée. Elle se devait de rester vague. Le temps des mensonges était arrivé.

J’ai grandi avec mon oncle. J’ai jamais … Il n’était pas souvent là, pour ne pas dire jamais, du coup je n’ai pas vraiment eu à être confronté à ce genre de situation.

Elle faillit lui dire qu’elle n’avait jamais eu besoin de ramener de garçon à la maison car il n’y en avait jamais eu mais elle se reprit de justesse. Même le garçon qui lui avait tourné autour de nombreux mois, à qui elle avait fini par céder sa virginité pour se débarrasser de ce poids, sans sentiment, sans affection. Vide de sens, ce n’était plus qu’un regret. Pourtant, ce fut un garçon gentil et bienveillant mais le sentiment d’être vide, de ne rien ressentir était trop présent pour donner de faux espoir à ce pauvre type. Ce garçon d’ailleurs fut sur la liste des morts suite au tremblement de terre, comme quoi les meilleurs partaient en premier.

T’es vraiment vieux jeu, le taquina-t-elle en picorant dans le saladier, je ne t’imaginais pas comme ça.



(c)syndrome

___________
They'll know my name
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Terminé] Twilight   [Terminé] Twilight Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Twilight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» La justice de Raphael [Terminé]
» Le reflet du passé [Terminé]
» Fais moi rentrer... S'il te plait. [Livre I - Terminé]
» C'est par où? [Takeshi] [=>terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 【 We're livin' in a Dirty World 】 :: Watts :: Habitations :: Appart. des Vasiliev-