Partagez
 

 [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Eden H. Morrigan
Eden H. Morrigan
◭ CREDITS : Avatar : Kenneth; Lyrics : ?
◭ COMPTES : Lily ♠︎
◭ MESSAGES : 1924

MessageSujet: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptyJeu 30 Mai - 22:30

Passe-moi la serpillère !

Keith & Eden



Eden tourna à gauche au bout de la rue. Elle franchit une porte, pinça le cul du videur et descendit les escaliers du wonderland. Déjà, la chaleur l'étouffait. En bas, une marée humaine sautait au rythme des basses, chaque âme balançant avec passion sa sueur sur son voisin le plus proche.
Ils avaient l'air de kiffer l'échange de fluide, certains bien plus salement que d'autres. Trouvez-vous un putain de chiotte de libre ! Des animaux. Aucun respect de la pudeur d'autrui. EH MA COUILLE ! Elle agita frénétiquement ses mains en l'air pour être bien sûr que le barman la voie. Une vodka fraise s'te'plaît. Ouais, elle était d'humeur Mademoiselle ce soir.

Le verre en main, elle goba un glaçon pour tenter de faire chuter sa température corporelle et se jeta au milieu de la foule. Déjà, elle sentait les corps collant salir son sublime épiderme. Dégage ! Mais le con ne trouva rien de mieux que de la regarder avec un sourire à vomir sur le visage. Au milieu de ce bordel, impossible de se faire comprendre. Les mots n'étant d'aucune utilité, Eden lâcha l'affaire et se contenta de lui cracher à la gueule en partant.

Petit salopaard ! Elle choppa un bras en l'air avant de foutre une claque amicale dans la gueule de son pote Armin. Il avait visiblement laissé une partie de ses fringues dans les chiottes des filles puisqu'il se baladait la bite à moitié à l'air. N'importe quoi. A force de la foutre dans n'importe quelle trou de porte, il allait finir par se la faire couper. Il approcha son visage pour lui souffler deux mots dans la tronche sans qu'elle ne puisse en saisir le sens. En revanche, elle perçut très bien la taille massive de ses pupilles. Sans s'inquiéter de son avis, elle plongea la main dans ce qui lui servait de poche pour en tirer un petit sachet plus qu'intéressant. Le verre dans la main gauche et le plastique dans la droite, elle galéra bien cinq minutes à choper un cacheton entre ses doigts collants. Dessus, Anonymous lui sourirait. T'as pas idée d'où tu vas finir, toi. Sur ce, elle le flanqua sur sa langue et l'avala à coup de Vodka fraise.

Les basses faisaient vibrer son corps alors qu'elle beuglait « blah blah blah » sur chaque con qui passait, agrémentés de quelques « ferme ta gueuuuuule » au cas où il n'aurait pas bien pigé l'idée. Anonymous commençait à faire effet, sans doute aidé par le verre d'alcool qu'elle avait paumé deux minutes après.
Et alors qu'elle riait comme une mongole, une tronche en sueur lui sembla plus familière que d'autres. Pour être sûre, elle attrapa sa tête pour la coller près de la sienne.
Pas de doute.
Une gueule comme la sienne, y'en n'avait pas trois mille.

made by black arrow

___________
[-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] Kit_ed10
Revenir en haut Aller en bas

Keith E. Vincente
Keith E. Vincente
◭ CREDITS : avatar : syndrome • gif : tumblr
◭ COMPTES : aaron D. phillmore • alenka hendersen
◭ MESSAGES : 8491

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptySam 15 Juin - 15:36



passe moi la serpillière

eden h. morrigan & keith e. vincente

« Tu sais quoi Seth ? T'es aussi faux que mes seins ». Assise à califourchon sur mes jambes, Tiana repousse ma tête, plaquant une main moite sur mon front. J'entends sa langue claquer, et devine le rictus satisfait qui fend ses lèvres maquillées. La nuque contre le dossier du canapé, je finis le cul du joint que Tia' me tend. J'aime bien cette fille. Elle n'attend rien de moi si ce n'est de la baise sous stup'. Les yeux rivés sur le plafond, je sens la pression de son corps s'accentuer. Sa bouche ne tarde pas à venir chercher un bout de peau à mordre dans mon coup. La douleur me fait légèrement grimacer. Relevant la tête, je la dévisage d'un air abruti. J'ai pas dormi depuis plus de 48 heures, et cette résistance ne plaît que très moyennement à Morphée qui tente depuis quelques heures de m'attirer dans ses bras. Tiana finit par se lever et prendre la direction de la salle de bain. Je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est. J'attrape mon portable mais l'écran demeure noir. Je saisis alors celui de Tia'. 01H24. Sur son fond d'écran, elle me sourit, son mec dans les bras. C'qu'ils ont l'air cons. Je jette le portable sur la table basse et me lève à mon tour. Une fois arrivé au niveau de la salle de bain, je m'immobilise au niveau de l'encadrement. « C'est quoi déjà l'plan de ce soir ? » Tia' râle et m'accuse de ne pas l'écouter quand elle parle. « On m'attend au Wonderland. Teddy m'y attend. » Teddy, c'est son mec. Ça fait bien cinq ans qu'ils sont ensemble. Il a un problème d'alcool, ce qui fait qu'il bande mou. Il autorise Tia' à découcher de temps à autres, histoire que quelqu'un lui fasse le plein. « Ok » me contente-je de répondre avec nonchalance avant de reprendre la direction du salon.

Tandis que je finis de passer mon débardeur, Tiana fait son apparition, un bout de serviette masquant pudiquement sa chair. Je lui arrache et d'une main dans le dos, la contraint à coller son corps contre le mien. Elle soutient mon regard, pas le moins du monde intimidée. Mes yeux se détachent des siens pour glisser vers la table basse. « Je vois » soupire t-elle, faussement agacée. Tia' me repousse doucement et s'allonge sur le canapé, m'offrant son dos et son petit cul pour une énième trace.
Après avoir versé un peu de poudre sur ses fesses, je dessine une longue ligne que je fais aussitôt disparaître. J'embrasse ensuite sa chair, passant un coup de langue avide sur sa peau encore tâchée par la coke. Ça la fait rire. Tiana se redresse et me demande de rester sage le temps qu'elle s'habille.

Il est un peu plus de deux heures du mat' quand on franchit enfin la porte du Wonderland. L'air est saturé de fumée, de phéromones et d'effluves d'alcool. Tia' m'abandonne rapidement, me promettant de me rappeler. Je la salue d'un vague geste de la main et m'enfonce dans la foule.
Je suis en chien ce soir. Et l'option Tiana étant périmée, faut que je me trouve une nana à lever. Fendant une masse humaine compacte et suintante, je prends la direction du bar, espérant y trouver une âme esseulée. Mais je n'ai pas le temps d'y arriver qu'on m'attrape violemment par la tête. Un coup de boule plus tard, je devine l'autre allumée. Eden. Je me sens gagné par un sourire. Y'a vraiment moyen de passer une bonne soirée si Morrigan est dans le coin. Je lui donne une claque pour l'intimer de se pousser. « T'as l'air en forme dis moi ». Ses pupilles sont deux immenses puits ouverts sur les ténèbres. Elle est bien, bien défoncée. « J't'offre un truc à boire ou y'a moyen de baiser avant » ajoute-je, attrapant la main de l'autre hystérique pour la conduire vers le bar.

Revenir en haut Aller en bas

Eden H. Morrigan
Eden H. Morrigan
◭ CREDITS : Avatar : Kenneth; Lyrics : ?
◭ COMPTES : Lily ♠︎
◭ MESSAGES : 1924

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptyVen 5 Juil - 11:55

Passe-moi la serpillère !

Keith & Eden



La chaleur ne la dérangeait plus, ni même la masse humaine qui se collait parfois à elle. Elle ne sentait plus la douleur que le front de Keith avait laissé sur le sien et encore moins cette envie pourtant habituelle de lui foutre une grosse mandale.

Elle n'était que joie et bonheur.

Pffff qu'elle lui répondit, accompagné de quelques postillons presque rafraichissants. A boire ! Trop d'entrain. Trop d'excitation. Elle leva son poing en l'air avant de lâcher un genre de « whouhou » à moitié étouffé par le son qui continuait de gueuler.
Sans aucune opposition, elle se laissa traîner jusqu'au bar et s'affala devant le comptoir. Son regard se posa sur la personne à sa gauche, qui l'empêchait clairement de s'avachir comme elle l'aurait voulu. Hey ! Les gens ils sont chiants, et t'es un gens, donc t'es chiaaaant. Logique. C'était peut-être un peu moins incisif qu'à son habitude, mais le message, lui, était quand même à peu près similaire. Elle se retourna vers Keith, histoire de vérifier qu'il ne s'était pas tiré le quart de seconde où elle avait tourné les yeux. Mais non, ça va, il était là. Elle tenta de l'insulter mais aucun mot ne voulait sortir. Ça aurait pu lui taper sur les nerfs si elle ne s'était pas sentie si... détendue.

Vodka fraise ! Ah bah ça, par contre, ça sortait sans difficulté. Whouu ! Ouais parce que la vodka fraise c'était vachement excitant comme truc. Et c'est lui qui paye, précisa-t-elle en tapotant du doigt l'épaule de Vincente. Le barman semblait s'en balancer complètement, de son info, et il ne l'avait d'ailleurs probablement pas écoutée du tout.
Mais c'était pas bien grave, ça.
Parce qu'Eden se suffisait à elle-même.

Elle se décolla finalement du comptoir, les bras englués par une dizaine d'alcool ou autre substances suspectes, et alla s'avachir dans le dos de Keith. TU-VIENS-DAN-SER-KIIIISSSS ? Fallait pas lui demander pourquoi elle parlait comme ça. Dans sa lancée, elle continua de lui gueuler à l'oreille : OH. EH. TU VEUX .. ? Elle sortit le pochon d'on ne sait trop où avant de lui agiter sous le nez. Je te l'offre, c'est CA-DEAU parce que t'es un type quand même super appréciable pour un gros connard. Qu'il vienne s'amuser avec elle dans ce monde loin, loin, mais alors LOIN de leur réalité habituelle.

Rien n'avait jamais été aussi clair dans sa tête qu'en ce moment même. Là, elle savait que rien ne comptait. Elle ne « vivait » pas, elle ressentait sa vie. C'était pur, simple, limpide. Elle était connectée au monde, elle comprenait son corps. Le reste n'avait aucune importance. Eden finit par agripper le vêtement de Keith pour l'attirer vers elle. Et alors que turn it up envahissait brutalement l'espace, elle écarta les bras et se mis à tourner sur elle-même dans un rythme plus qu'incertain, un sourire béat plaqué sur le visage.

made by black arrow

___________
[-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] Kit_ed10
Revenir en haut Aller en bas

Keith E. Vincente
Keith E. Vincente
◭ CREDITS : avatar : syndrome • gif : tumblr
◭ COMPTES : aaron D. phillmore • alenka hendersen
◭ MESSAGES : 8491

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptyJeu 11 Juil - 20:38



passe moi la serpillière

eden h. morrigan & keith e. vincente

Je me rends rapidement compte qu'Eden n'est pas bien défoncée mais complètement arrachée. Et je dois avouer que ça me tire un rictus amer, car jaloux. Ma main tapote alors machinalement la poche de mon jean au fond de laquelle repose mon pochon de coke. J'ai besoin de me faire une ligne. Sauf que depuis que le Watts est tombé aux mains des Prayers, y'a pas moyen de se taper une trace tranquille sans subir un interrogatoire. Cette dope, c'est la leur, mais je ne l'ai ni achetée ce soir, ni ici, et donc, je sais d'avance que je vais me faire emmerder.
Une haleine chaude et chargée de postillons souffle sur mon visage. Eden se tient à quelques centimètres de moi, apparemment peu encline à baiser dans l'immédiat, mais carrément partante pour boire un coup. Je la traîne jusqu'au bar sur lequel elle s'avachit avec lourdeur. Ouais, c'est ça, la lourdeur. Morrigan en est l'incarnation même. Tandis que je me commande un verre de rhum, l'autre hystérique commence à agresser son voisin, lui expliquant avec tact et finesse qu'il l'emmerdait sévère. Elle ne prend cependant pas le temps de vérifier si le message est bien passé et braque sur mon un regard d'un vide abyssal. Sa bouche, pâteuse, finit par réclamer une vodka fraise. Dans une énième vague d'excitation, Eden précise que l'addition est pour moi. Le barman lui accorde à peine un regard, et se contente de nous montrer ses dix doigts. Dix dollars. Je m'en allège aussitôt.

Mon humeur a du mal à décoller. Je me sens blasé, prêt à succomber à la lassitude. C'est alors que Morrigan se colle contre mon dos, me faisant partager, dans son extrême générosité, la sueur qui inonde son corps. Elle me demande si je veux bien aller danser avec elle. On dirait vraiment une débile profonde. Sans déconner. La drogue, ça fait vraiment des ravages. Un accent plus qu'étrange s'est d'ailleurs insinué dans sa voix, ramollissant ses phrases. « Ouais, on verra plus ta... » Eden n'écoute même pas ma réponse. La main enfoncée dans sa poche, elle me demande si je veux. Si je veux quoi. Son dernier mouchoir usagé ? Non merci. Morrigan se fourre alors un pochon dans la main, ne gratifiant d'un compliment que je n'ai vraiment, mais alors vraiment pas vu venir. Je me tourne légèrement vers elle, surpris. Elle a l'air toujours aussi conne. Je lui tapote avec une once de mépris la joue et saisit le cachet d'extasy qu'elle vient de généreusement m'offrir. Je le fais descendre avec une nouvelle gorgée de rhum, espérant qu'Anonymous saura me mettre dans le même état qu'elle. Ça fait un bail que je ne me suis pas tapé une vraie perche. Foutue tolérance.
Possédée, Eden m'arrache de mon siège et m'entraîne légèrement dans la foule. Elle commence alors à convulser bizarrement. Je suis convaincu qu'elle pense n'avoir jamais aussi bien dansé de sa vie. Mais elle a l'air d'être victime d'un A.V.C. Son sourire d'imbécile heureuse n'arrange rien. Mais il est communicatif. Je me laisse donc enfin aller à un sourire franc.

Revenir en haut Aller en bas

Eden H. Morrigan
Eden H. Morrigan
◭ CREDITS : Avatar : Kenneth; Lyrics : ?
◭ COMPTES : Lily ♠︎
◭ MESSAGES : 1924

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptyMar 16 Juil - 14:08

Passe-moi la serpillère !

Keith & Eden



NA NA NA NA NA
NA NA NA NA NA


Elle ne savait pas réellement si les mots, pourtant si clairs dans sa tête, sortaient correctement. Ni même s'ils étaient justes, ou dans le rythme. En fait, elle n'en avait simplement rien à foutre.
Transcendée par le son qui faisait vibrer la pièce, elle avait l'impression que la paix elle-même tentait de pénétrer ses pores. C'était simple. Basique. Basique. Simple. Ah, non, merde. Ça c'était la chanson. Mais comme elle ne faisait qu'un avec l'univers, on pouvait dire que a collait quand-même bien à son humeur.

Eden finit par arrêter de tourner, parce que ça lui filait la gerbe. Elle se contenta alors de rester plantée sur place avec un sourire de débile balafré sur la tronche. En face, Keith respirait la lourdeur. Elle avait presque envie de lui foutre un aspirateur dans le cul pour le débarrasser de la crasse qu'il avait accumulé. Mais ç'aurait été un peu trop fatiguant. Alors elle se contentait d'avoir la foi en Anonymous et de le fixer bizarrement. Je pense tellement vite que j'me comprends pas.. qu'elle finit par lui hurler. Tu t'en fous ? C'pareil. Parce que c'était quand même vachement perturbant de pas être capable de comprendre son propre cerveau. C'était un peu comme être dépossédé d'un truc que... qui... qu'on possède quoi. Vous voyez ? Sinon, de quoi on parlait déjà ?

Les faisceaux lumineux agressèrent violemment les pupilles d'Eden qui repris contact avec la réalité. Enfin, avec cette réalité. Bien plus folle, bien plus fun, on va se l'avouer. L'envie de bouger son corps fit un retour fracassant, comme si chacun de ses muscles se prenaient des micro-décharges électriques.
Sans vraiment se poser la question d'un quelconque consentement -notion par ailleurs assez éloignée de sa vision de la vie, elle choppa le premier corps venu pour se frotter éhontément à lui. La chaleur de la masse qui lui avait fait perdre son calme l'enveloppait désormais d'une toute autre manière. C'était agréable, rassurant. Stimulent. Ça lui donnait presque envie de se rouler par terre. D'embrasser ce sol collant, adorablement crasseux. De chopper les chevilles des connasses qui dansaient pour leur faire découvrir un monde « vu d'en bas ». Alors Eden plongea dans la masse grouillante. Elle s'affala sur le dos et écarta les bras à la manière d'un Christ en manque d'attention. C'était bien. Elle avait l'impression de découvrir un tout autre univers. De comprendre le sens de leur misérable vie. Ils étaient de tels vermines qu'ils ne pouvaient pas comprendre pourquoi la haine s'acharnait sur eux. Ils étaient si vulnérables qu'ils ne pouvaient pas lutter contre les armes de ces Autres, puissant et anonymes, que beaucoup appelaient Dieu ou Destin.
En fait, elle se dit qu'elle avait raison. Que tuer était rendre service. Là, à terre, elle savait qu'elle faisait partie des rats les plus coriaces, là où tous ces autres, debout, tentant de s'imposer, étaient voués à l'échec et donc, au trépas.

Vous allez tous crever.

A force de se prendre des coups de talons dans la cuisse dont le dernier venait de faire trébucher une blondasse en culotte, Eden songea à se relever.
Satisfaite de son expérience, elle se mis à la recherche de son verre, puis à la recherche de Keith, les deux lui procurant un plaisir étrange qui la faisait systématiquement vomir. Elle se mêla à la foule en sautillant, essuyant avec une certaine éminence les insultes qui lui intimaient de cesser d'écraser les orteils des glands qui l'entouraient. PAIX ET AMOUR était sa seule réponse. Qu'ils se démerdent avec ça.

Lorsque Keith se dessina enfin dans son champ de vision, elle laissa échapper un « oooh »  avant de se demander comment il l'avait perdue. Ou comment elle s'était perdue ? Bref. Parler était épuisant, alors elle se contenta de coller son corps au sien pour le forcer à danser à son rythme.

made by black arrow

___________
[-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] Kit_ed10
Revenir en haut Aller en bas

Keith E. Vincente
Keith E. Vincente
◭ CREDITS : avatar : syndrome • gif : tumblr
◭ COMPTES : aaron D. phillmore • alenka hendersen
◭ MESSAGES : 8491

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptyLun 29 Juil - 20:59



passe moi la serpillière

eden h. morrigan & keith e. vincente

Mon Dieu. Mais la lourdeur de la meuf. La mâchoire contractée et légèrement prognathe, Eden tente de m'exprimer tout le génie qui l'habite et la transcende. « Ah, ça... c'est flagrant » me contente-je de répondre, cynique à en crever. Non, je ne commenterai pas plus. Même si c'est tentant. Très tentant.
J'observe d'un œil déjà fatigué l'autre hystérique se frotter comme un chien en chaleur contre une pauvre nana qui n'a rien demandé. Celle-ci essaye d'ailleurs de se défaire de la sangsue qui tente de fusionner avec elle. Sirotant nonchalamment mon verre de rhum, je reste quelque peu sidéré face à l'agitation qui anime Eden. Je ne crois pas l'avoir déjà vue comme ça. Aussi atteinte. Tout à coup, elle disparaît dans la foule. Je jugerai l'avoir vue plonger. Me hissant légèrement sur la pointe des pieds, je la cherche du regard, et finis par la trouver, très élégamment, vautrée par terre. Elle semble en plein délire mystique. Elle hurle quelque chose que personne n'entend, mais s'en satisfait. Morrigan finit par se lasser de faire l'étoile de mer et s'arrache du sol. Son corps d'animal enragé semble chercher quelqu'un parmi la foule. Moi. Sans que je ne leur en donne l'ordre, mes pieds reculent de quelques pas. Je ne veux pas qu'elle me touche. Dieu sait ce qu'elle a ramassé tandis qu'elle essayait de comprendre le sens de la vie dans la crasse de cette triste humanité.

Sentant mon heure venir, je décide de reprendre des forces. La foule est suffisamment compacte pour me cacher. D'une main assurée, j'attrape le pochon de coke qui traîne dans ma poche et verse quelques cristaux pillés sur le dos de ma main. J'aspire avidement la poudre. Une fois. Deux fois. Trois fois. Et alors que je m'apprête à ranger le Saint Graal, Eden me fonce dessus. Préférant sauver la coke, je lui reverse mon verre – déjà bien entamé – de rhum sur la poitrine. Si, en d'autres circonstances, elle m'aurait certainement frappé, là, je m'attends à ce qu'elle lance un concours de t-shirt mouillé.
Son corps s'imprime contre le sien. Se pensant en rythme avec des basses qui continuent à la faire convulser, Morrigan tente de m'entraîner dans sa danse. Je m'entends soupirer, bien trop las. Cependant, mes jambes commencent à bouger, et au bout de seulement quelques secondes, je tape du pied, gagné par l'énergie de la coke. Un rictus sadique me fend soudainement les lèvres. J'ai envie d'abuser d'Eden et de son état avancé de défonce. Mais les idées manquent encore à émerger. Il me faut quelque chose de bien humiliant et ridicule. Quelque chose qu'elle refusera d'admettre une fois revenue à la réalité. Quelque chose qui lui fera se dire : faut que j'arrête la drogue ou que j'en prenne plus pour oublier.

Une main tapote doucement dans mon dos. Celles d'Eden sont levées, poings fermés, à marquer le rythme. Je me retourne lentement, ignorant qui cherche à entrer en contact avec moi. Ok, ce n'est pas comme si j'étais un inconnu dans cette boîte : je me suis tapé la moitié des paumées qui s'y retrouvent tous les week-ends. Mon regard croise alors celui de Tia'. M'accordant un sourire ravageur – bien qu'empâté par l'alcool -, elle se tapote le nez. Je hausse les épaules, faisant semblant de ne pas comprendre. Elle lèvre alors les yeux au ciel et me donne un coup sur le torse. Je finis par sortir mon pochon avec assurance. Je n'en ai plus rien à foutre des Prayers qui pourraient vouloir marquer leur territoire en me pissant à la gueule. J'les défoncerai ces connards. Avant d'abandonner le peu de coke qui me reste à Tiana, j'essaye de capturer l'attention de l'autre agitée, tapotant à mon tour sur ma narine. J'suis sûr qu'elle va me sortir un mouchoir – qu'elle a trouvé par terre -, pour que je me mouche. Histoire de faire passer le message de façon un peu plus claire, je me penche vers son oreille : « Tu veux de la C ? » Ça ne va pas arranger son cas. Mais perdu pour perdu, elle ne risque plus grand chose.

Revenir en haut Aller en bas

Eden H. Morrigan
Eden H. Morrigan
◭ CREDITS : Avatar : Kenneth; Lyrics : ?
◭ COMPTES : Lily ♠︎
◭ MESSAGES : 1924

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptyDim 18 Aoû - 10:35

Passe-moi la serpillère !

Keith & Eden



Les lumières lui arrachaient la gueule dans des flash répétitifs qui l'auraient sans doute déjà tués si elle avait été épileptique. Heureusement, c'était pas le cas. Mais à défaut, Eden était complètement défoncée. Elle n'avait pas l'impression d'être là. Enfin, si, elle était là, elle savait qu'elle était cet endroit, y'avait ni éléphant rose, ni dégueulis de couleurs sur les murs du fond. C'était juste pas le même endroit, pas la même ambiance. Elle avait atteint un niveau de conscience complètement différent, complètement déglingué, qui lui permettait de voir les choses autrement. Bref, elle se trouvait dans une réalité parallèle. Et c'était plutôt bien agréable.

Se laissant porter par le son des basses, elle offrit un « Oooh » moins enthousiasme à Vincente lorsqu'il l’accueilli avec un verre dans les nibards. Elle cherchait l'émotion appropriée à ce geste malheureux, mais ça lui venait pas. C'était comme si la colère avait été effacée de son système de pensée. Du coup, à la place, elle haussa les épaules, haussa les poings et se remis à danser. Les yeux clos, elle rigolait à ses vannes intérieures. Elle venait tout juste de dire au son « fais-moi vibrer », et comme c'était hilarant, elle ne put s'empêcher de se marrer en sautant. Rouvrant les yeux, elle chercha à faire profiter au monde de sa trouvaille humoristique, mais le son était trop fort pour qu'ils puissent piger un mot de ce qu'elle tentait de raconter. Tant pis pour eux. Si elle avait pu ressentir de la tristesse, ça l'aurait peinée de ne pas pouvoir transmettre son savoir aux brebis qui se trémoussaient autour d'elle. Ils perdaient quelque chose. Et en parlant de perdre... Son regard se mis à balayer la foule à la recherche de la chaleur du corps collé contre le sien deux secondes plus tôt.
Là, au milieu des manants, Keith la fixait, un doigt dans le pif. Eden compris qu'il voulait lui dire quelque chose et s'immobilisa en plein milieu de la piste.
C'était dur. C'était vraiment dur. Elle essayait de se concentrer parce qu'elle voyait bien que le message était important, mais elle avait du mal à piger en quoi sa morve était utile. Heureusement, adorable comme il était, Keith lui donna un indice plutôt révélateur. Mais carrément ! Sa voix se termina en Si bémol dans une plainte aigüe assez désagréable.

Le nez plongé au milieu des hanches, Eden était complètement penchée pour mieux faire pénétrer la drogue dans ses naseaux, une technique que son cerveau venait de lui révéler. Et alors que le monde continuait d'être sombre, d'être beau, elle sentit son corps recharger ses batteries. Prise de soudaines bouffées de chaleur, elle ne trouva pas mieux que d'enlever son haut et de le jeter dans la gueule de Keith qu'elle choppa rapidement par les poignets. Collant sa tronche à deux cm de la sienne, elle lui offrit un sourire ravagé. Tu me dois un verre du con ! L'insulte fut immédiatement suivie d'un rire digne d'une gamine de trois ans, fait de hihi et de heee. Et c'était qui elle ? Encore une que t'as tronché dans les chiottes ? Même rire débile, puis son regard se posa sur la pouffiasse qui, en fait, n'était pas encore partie. Oops. D'un tour de tête, Eden vérifia qu'aucun mari jaloux ne venait leur casser la gueule puis elle repoussa Vincente sans mesurer sa force et reparti se trémousser sur la piste où un type visiblement intéressé lui proposa de coller son corps au sien.

made by black arrow

___________
[-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] Kit_ed10
Revenir en haut Aller en bas

Keith E. Vincente
Keith E. Vincente
◭ CREDITS : avatar : syndrome • gif : tumblr
◭ COMPTES : aaron D. phillmore • alenka hendersen
◭ MESSAGES : 8491

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] EmptyDim 22 Sep - 20:37



passe moi la serpillière

eden h. morrigan & keith e. vincente

Je n'ai pas besoin de lui demander une seconde fois. Eden se jette la tronche la première dans le pochon de coke. Faisant le deuil d'une quelconque discrétion, j'accorde toutefois un regard teinté d'une fausse naïveté aux alentours. Je croise alors les iris sombres de Tia'. Un rictus énigmatique lui fend les lèvres. Je n'arrive pas à dire si sa bouche est pincée par l'amusement ou le mépris. Or, je n'ai pas le temps d'affiner mon analyse que je suis soudainement réduit à la cécité et aux ténèbres. On m'attrape alors brutalement par les poignets et me force à me pencher légèrement en avant. Je parviens d'un mouvement sec de la tête à me débarrasser du vêtement qui m'aveugle et de son empreinte humide. Et c'est un visage brillant de sueur, aux traits tirés par les amphétamines, qui apparaît alors à quelques malheureux centimètres du mien. La surprise me provoque un hoquet que je suis bien incapable de ravaler. De sa voix toujours aussi pâteuse, Morrigan me rappelle avec beaucoup de finesse que je lui dois un verre. J’acquiesce, sagement, comprenant bien que je ne peux pas grand chose contre Eden et son état avancé de défonce. Avec toujours autant de tact, elle me demande qui est la fille qui a osé pénétrer son territoire. Mais elle n'attend même pas la réponse et me dégage de son espace vital sans plus de ménagement. Trois sauts de cabris plus tard, l'autre hystérique s'est à nouveau enfoncée dans la foule, apparemment dans un besoin urgent de mutualiser sa sueur.

Quelque peu consterné par ce qu'il vient de se passer, je m'avance vers Tia' et, une fois arrivé à son niveau, glisse le pochon de coke dans sa main. Son rictus est devenu une moue contrariée. Elle siffle une insulte, accordant un regard appuyé à Eden avant de s'éloigner. J'ai pas bien saisi ce qu'il s'est passé, d'autant que je me sens de moins en moins capable d'aligner deux idées. La coke profite de la porte ouverte par l'alcool pour me plonger dans un état de plus en plus second. Je reste quelques instants immobile au milieu de la foule, complètement ensuqué par la montée conjointe de l'ecsta et de la C. Le regard hagard, je sens progressivement mon rapport au monde se modifier, infiltré par une sensation de grande confusion. Je ne sais plus trop ce que je fous ici mais cela éveille en moi un sentiment de profonde satisfaction. L'ego dilaté et l'esprit délité, je m'enfonce à mon tour dans la foule sur les traces d'Eden.

Après un certain temps, on finit par se retrouver. Un peu par hasard. Le corps tendu par une énergie artificielle, je me laisse percuter par le son, m'agitant au rythme de ses basses. Un sourire satisfait et suffisant s'est imprimé sur mes lèvres. Je tends le verre de rhum qui m'est entre-temps apparu dans les mains à Morrigan. Lui offrant à mon tour un sourire plus ravagé que ravageur, j'en profite alors pour lui demander d'un ton tout à fait intéressé : « T'es venue seule ? ». A vrai dire, je m'en tape de savoir si elle était accompagnée ou non. Ce qui m'importe, c'est de savoir si elle compte rentrer seule chez elle. Car j'ai bien envie de m'incruster dans sa petite... soirée.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]   [-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[-18] Passe-moi la serpillère ! [Keith & Eden]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» moteur F2L612 fuel passe dans l'huile moteur
» Adoubement
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Passe voir Juliette (PV Juliette)
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 【 We're livin' in a Dirty World 】 :: Watts :: Le Wonderland-