Partagez | 
 

 Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Jeu 13 Nov - 15:33

a night in hell

the calm before the storm will apply its science tonight babies.

Un bordel sans nom s'orchestrait autour de nous alors que les vans des Prayers débarquaient. La guerre s'était déplacée du Mur pour venir en plein cœur de Downfall. C'était une catastrophe... Les gangs allaient probablement allier leurs forces pour éradiquer les soldats de Los Angeles, mais je n'allais pas prendre par aux fusillades. D'un côté, cela m'arrangeait, je n'étais pas une tueuse et encore moins un soldat, au grand désespoir de mes compères. Et puis je devais veiller sur la fille d'Aaron. C'était loin d'être un ordre, mais plutôt un devoir. J'ignorais quel était son âge mais elle avait l'air jeune, encore innocente et pure. Son visage angélique ne devrait pas avoir à affronter cette guerre. Ses yeux sont floués par ses larmes. De la peur, de la peine, de la douleur, un mélange qui paraissait lui coûter beaucoup.

Elle parvint à me dire sont nom à voix basse. Indy, répondit la demoiselle. Je pense que c'est un surnom mais cela suffira amplement. Une fois à la voiture, je continue de cherche du regard Tamia. Partir sans elle c'est impossible mais pourtant, les secondes qui passent vont me forcer à la laisser... Le ferai-je ? Je regarde un instant la jeune fille puis reporte mon attention sur ce qui nous entourait. Soudain j'entends quelqu'un qui nous rejoint, se précipitant sur Indy en criant son nom. India, est-ce que ça va ? Où est ton père ? Cette femme a l'air de la connaître, elle l'étreignit sans que la jeune fille n'oppose la moindre résistance. Cela me fait d'abord froncer les sourcils. Aie, mon poignet ! Dit India en tenant celui-ci. [color:c9e2=#orange]Je ne sais pas, répondit la Jr. Phillmore à l'inconnue. J’ai mal, j’ai mal à mon poignet ! Je m'approche d'elle pour voir ce qu'il en était. Laisse-moi voir, lui demandai-je, observant son poignet blessé. Elle devait absolument aller à l'hôpital, pas seulement pour sa sécurité, mais aussi au cas où elle aurait une fracture...

Est-ce que je peux aider ? Je reste silencieuse face à celle qui nous avait rejoint, la jaugeant cependant du regard. Garde-le le plus immobile possible, conseillai-je à la demoiselle avant de me diriger vers la porte conducteur de la voiture. Retroussant ma blouse sur mon coude, j'élance un coup violent pour briser la fenêtre et ouvrir la caisse. Où es-tu Tamia... J'ouvre le cache de la colonne de direction de la voiture. Cette épave allait en voir de toutes les couleurs ce soir... Court-circuitez les voitures pour les faire démarrer, ce n'était pas particulièrement mon domaine. Mais Robb m'avait plusieurs fois montré comment faire et cela nous avait sauvé la peau un bon nombre de fois... Les vieilles habitudes ont la vie dures, mais je bloque un instant avant de déconnecter les câblages. Non, ce n'est pas le moment de craquer. Je ferme intensément les yeux un court laps de temps avant de me remettre à la tâche. Ok. On allume... le démarreur grâce à la batterie. Allumeur, démarreur, batterie. Voilà, je m'en souvenais à présent. Une fois les bons câbles en main, le reste de la manipulation, bien qu'un peu long, venait de soi.

Alors que je presse l'accélérateur pour que le moteur reste bien allumé, j'entends un cri... ALIII ! Tam... Je sors ma tête de la voiture sans penser aux deux filles présentes. J'accours vers elle qui se dirige droit sur nous à une allure athlétique. Mais ma course se stoppe nette à quelques mètres devant India et sa comparse quand un coup de feu retentit et traverse mon amie de part en part. Mon souffle se coupe et je sens mes yeux me brûler. Un vertige et voilà que ma poitrine ne sait prononcer de cri... Tamia... Je la vis s'effondrer comme j'avais vu s'effondrer mon frère sur l'asphalte. Ma poitrine me serrait si fort que je crus mourir avec elle... Pas toi, Tamia... non... Pas toi... Deux soldats s'approchaient de nous. Partez. Conduis-la jusqu'à l'hôpital, lançai-je à l'inconnue sans lui adresser un regard. Je n'allais pas me défiler.

Quitte à mourir ici, je ne pouvais plus fuir à chaque drame. A chaque âme qui quitte ce monde dans cette ville. Mes yeux devinrent noirs et sans plus penser à la valeur de ma propre vie, je me jetai sur les deux soldat. L'un tira, frôlant ma cuisse. Cela n'allait pas m'arrêter. J'en désarmai un d'un coup de pied élancé et le fis tourner pour m'en servir de bouclier humain contre son collègue qui vida son chargeur dans le vent et sur mon bouclier. La colère, la peine, la douleur, la peur, tout se mêlait et, paradoxalement, me renforçait. Je laisse le cadavre inerte tomber au sol et un combat à mains nues s'engage entre le deuxième soldat et moi. Ma force est loin d'égaler la sienne et pour trois coups que je mets, il m'assène des droites à me ficher par terre. Ma rapidité n'égale pas ses muscles, mais je persiste à vouloir l'enchaîner. Un seconde fois au sol, je me relève et concentre toute ma haine sur lui. J'esquive, parade, déstabilise puis attaque. Un coup sur sa taille, un autre sur sa gorge, un troisième dans son entre-jambe et il se plie.

Mais il m'étreint par les hanches et me soulève pour me jeter violemment au sol. Non... Il est assit sur moi, m'empêchant de bouger. Vous êtes tous des sauvages. Vous allez tous mourir pour ça. De quel groupe de dégénérés tu fais partie minette ? Me questionne-t-il d'une voix rauque et sanguinaire. Il veut tuer. Il veut faire couler notre sang, celui des habitants de Downfall. Mon souffle est fort, j'ai mal partout, mais je ne me décompose pas pour autant. Au contraire, mon regard n'a jamais été aussi soutenu, aussi sûr. Je suis sûre. Sûre de moi, de ce que je veux, de ce que je suis. Je suis une Prayer of Insanity, lui lançai-je avec plus de rage et de combativité que lui. Forçant comme une dégénérée pour l'éloigner de moi, je cris et use de toutes mes forces pour le faire basculer. Alors que je reprenais le dessus, une balle venue de nul part lui traverse la boîte crânienne. Je peine à respirer mais je le regarde tomber sur le sol avec une lueur de victoire et de fierté à travers mes yeux. On ne tue pas un Prayer aussi facilement, lui avouai-je à voix basse alors que la vie avait quitté ses yeux. Cette nuit avait changé quelque chose en moi. Il était peut-être temps de choisir un camp et de se battre. Pour protéger Downfall et ceux qui comptaient à mes yeux. Tamia ne sera pas morte en vain. Mais je me sens faiblir. Était-ce à cause de l'oxygène que j'inspirais trop rapidement ou à cause du sang que je perdais ? La terre sembla tourner et je me laisse tomber au sol, les yeux rivés sur le ciel enfumé. Tout semble devenir si... léger... Je souris...


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : (avatar : syndrome) (img : tumblr)
ϟ COMPTES : Alenka Hendersen ϟ Keith E. Vincente
ϟ MESSAGES : 7493

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Jeu 20 Nov - 19:19

    Downfall avait beau avoir la réputation d'être une ville aux us moyenâgeux, elle n'en demeurait pas moins armée à la pointe de la technologie. Tout en suivant Ashley sur les toits, Aaron tenta de caler son oreillette qui le reliait aux autres Prayers à partir de son portable. Le grésillement constant était douloureux et peinait à se différencier du sifflement qui l'assourdissait depuis l'explosion du restaurant. Une voix se détacha cependant du brouhaha. Le Prayer s'immobilisa, persuadé d'avoir mal compris. Il enfonça l'oreillette un peu plus. Owens ? Le prête des Shadows ? Machinalement, Aaron regarda autour de lui, la main appuyée contre l'oreille qui le reliait à ses troupes. Impossible d'apercevoir l'homme. Une grimace traversa le visage du Prayer qui n'aimait pas se savoir dans la lunette d'un ennemi. Déconcerté et encore sous le choc, Aaron tenta cependant d'apparaître maître de lui-même :

    On se déploie de derrière l'hôtel. Mes hommes vont se poster aux fenêtres. Avec Ashley, la gamine rasée, on va tenter d'approcher la faction pour la faire exploser de l'intérieur. Couvre-nous.

    A peine le message achevé, une explosion retentit, faisant voler un éclat la partie droite de l'armée de L.A. Ashley. Aaron esquissa un sourire et continua son avancée sur le toit. La guerre faisait rage dans le quartier expérimental. Les détonations recouvraient le cris. Chacun avait cédé à l'instinct de survie. Le Prayer se faufila derrière une cheminée et profita de sa planque pour commencer à éclaircir la troupe d'hommes armés qui s'infiltrait dans le centre ville.
    Soudain, une déflagration fit vaciller l'immeuble juste à côté. Aaron se jeta au sol, priant pour que la violence de l'explosion ne réduise pas tout le centre-ville à un immense jeu de dominos. Le bâtiment trembla, des fenêtres explosèrent, mais les fondations résistèrent. Se redressant, Phillmore s'aperçut qu'Ashley avait disparu, très certainement emportée par l'explosion.

    Merde. On a une blessée. Owens, tu peux la couvrir le temps que j'envoie des hommes la chercher.

    Aaron descendit de l'immeuble par l'échelle de service. Downfall n'était plus qu'un amas de ruines. L'homme se faufila entre les voitures, évitant de justesse une rafale de tir. Mais avant qu'il ne réplique, le type s'effondra. Il entendit dans l'oreillette le Père Owens recharger son sniper.

    Merci, lâcha t-il, le ton neutre.

    A une centaine de mètres, Aaron aperçu Aliki courir en direction d'une autre jeune femme dont la course fut abruptement achevée. Le Prayer courut jusqu'à une voiture derrière laquelle il s'immobilisa afin de viser leur assaillant. Une balle suffit à faire taire l'homme. Mais la jeune femme ne se releva pas.
    Au moment où Aaron tenta de s'approcher de Matheson, son regard fut happé par la présence d'India, à quelques mètres sur sa gauche. Elle était en larme, tremblante. Phillmore se plaqua au mur pour être certain que sa fille ne puisse pas l'apercevoir. Elle était avec Debby, une voisine et informatrice qui s'était amourachée de sa gamine. Luttant contre l'envie d'aller serrer sa fille et de lui dire que tout irait bien maintenant qu'ils étaient ensemble, Aaron attendit d'entendre la voiture démarrer pour sortir de sa cachette.

    Bon, sérieux, vous foutez quoi ? J'aurai jamais cru que les Prayers défendraient Downfall plus farouchement que les Shadows... ironisa t-il à l'intention de Owens, avec l'espoir dissimulé que le prêtre mobilise dans les plus brefs délais son clan.

___________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Jeu 20 Nov - 21:58

La journée avait commencé des plus tranquillement. Dans une flemme plus que rare, Roman était resté au lit. Il n’avait pas envie, pas aujourd’hui. La veille, il était tombé sur des photos de June. Des photos qu’il s’était refusé de jeter. Au fur et à mesure que le temps il oubliait les subtilités de sa voix, la douceur de sa peau. Alors il ne voulait certainement pas oublié les détails de ses traits. La nuit avait donc été courte. Sans cesse réveillé par les quelques tumultes de la ville et ceux de son esprit.

Soudain, une explosion. Il sursaute. Qu’était-ce ?! Instantanément, il craignit le pire. Il savait que cela n’inspirait rien de bon. C’était suffisamment loin pour qu’il ait le temps de se bouger mais il n’était pas certain que serait suffisant. L’instant de survie. Une intuition qu’il n’avait jamais soupçonnait. Et puis les cris lui parvinrent. Ils étaient encore lointain mais traduisait suffisamment de douleur pour que l’intuition se transforme en certitude.

Bordel de merde !

Lui qui était habituellement si poli, si réfléchi, qui prenait le temps d’agir, cette fois, il ne le pouvait pas. Il se leva et trébucha sur une chaussure qu’il attrapa et enfila. Il avait déjà son jean, ayant dormi avec. Il attrapa un t-shirt, un sweat et son arme. Les munitions lui manquaient quelque peu et il fallait qu’il récupère le fusil à pompes derrière le comptoir en bas. Le bruit d’une fenêtre qui se brise. Le courage et ses deux petites armes ne suffiraient pas. Il fallait qu’il rejoigne le peu de personne qu’il connaissait, ou qu’il se prenne pour un personnage de jeu vidéo. Ramasser tout ce qui se trouvait sur le sol.

Il enroula un foulard autour de son nez pour se protéger du gaz. Les yeux lui piquaient, il n’y voyait plus grand chose. Il n’avait pas le temps de regarder autour de lui pour pleurer sa marchandise, mais lui qui avait réussi à éviter les vols en quatre ans, aujourd’hui, il allait tout perdre. Tout, sans la moindre exception. Il attrapa l’arme et prit des munitions dans ses poches, si maladroitement que la moitié tomba au sol. Il ne pouvait pas sortir par la grande porte, c’était trop risqué.

Il remonta les escaliers à toute allure, trébuchant encore. Sa légendaire discrétion lui serait d’une grande aide aujourd’hui. Il ne faisait pas un bruit, ou presque. Les battements de son coeur lui cognait aux tempes si bien qu’il avait du mal à garder les idées claires. Il mit les balles dans le fusil et le son de l’arme que l’on charge le rassura. Il sortit par la fenêtre, celle qui menait à la ruelle arrière. Il y aurait moins de passage. A présent, il fallait monter sur le toit ou descendre dans la ruelle pour s’éloigner de tout ça. Il décida finalement de monter sur le toit. Il fallait qu’il sache exactement qu’elle était la situation.

Ventre à terre, il regarda dans la rue devant chez lui. Des hommes descendirent d’une voiture garée juste devant sa porte. Ce n’était pas la première fois qu’il prenait la décision d’ôter la vie, mais il tremblait quand même. Cela faisait quatre ans qu’il n’avait pas eu à le faire et ses motivations étaient toute autre. Il prit une profonde inspiration, visa et tira. Il rata le premier et les autres levèrent immédiatement la tête vers lui pour tirer sans broncher. Celui qu’il venait de manquer pénétra le bâtiment.

C’est pas vrai !

Il prit une autre profonde inspiration et réussit à descendre ceux qui l’attendait en bas. Il regarda derrière lui, le troisième homme n’était pas encore arrivé. Il fallait sauter maintenant. Dans quelle merde il s’était foutue. Il en venait presque à regretter de ne pas avoir choisi l’option prison. Il jeta un dernier regard en arrière, au moment où une main apparut sur le toit. Il sauta. Il atterrit maladroitement sur le toit de la voiture et tomba à côté du cadavre de sa première victime. Il fallait bouger et vite. Il fut surpris par la portière qui s’ouvrit. Le conducteur, il l’avait complètement oublié. Il attrapa l’arme que l’homme lui tendait, et poussa la portière de toutes ses forces contre le bras de l’homme. Il rechargea son fusil et tira dans la tête du militaire lorsqu’une rafale lui siffla près des oreilles. Il se plaqua dos contre la voiture et une douleur l’électrisa. Il avait été touché à l’épaule et le sang dégoulinait de son bras. Il grimaça et prit une profonde inspiration avant de se mettre à courir.

Il n’avait jamais été un grand sportif mais il n’avait jamais couru aussi vite de toute sa vie. Il regretta un court instant tous les hamburgers qu’il avait pu s’enfiler en 20 ans. Il ne sut comment mais il parvint à éviter le plus gros. Les explosions s’enchainaient, un tapis de morts le regardait d’en bas. Il finit par s’arrêter pour reprendre sa respiration. Une voix. Etonnés, il sortit la tête de sa cachette pour apercevoir Aaron à quelques mètres.

Un visage familier, soupira-t-il, rassuré.

Il sortit totalement de sa cachette lorsqu’une voiture sortit de nul part. Il visa les pneus et dut s’y prendre à plusieurs reprises avant d’atteindre sa cible. Le conducteur perdit le contrôle et on le tira violemment sur le côté. Il contint un cri de douleur et posa les yeux sur le Prayer.

Qu’est-ce qu’il se passe ? parvint-il à articuler, demeurant plus calme qu’il ne l’aurait pensé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Ven 21 Nov - 22:40


Une nuit en enfer
Mini-Event
ON SE RASSEMBLE SUR LE TOIT !!!


Dehors, c’était le chaos. On avait barricadé le club mais maintenant il était plus que temps de passer à l’attaque. Le point positif, c’est qu’on était chez nous, on n’avait pas été surprises en plein milieu de la rue et on avait donc tout notre équipement à disposition. On devait profiter de ça pour faire une petite surprise à l’ennemi. Qui se méfierait d’un club comme le nôtre n’est-ce pas ? Mais telles des amazones, on était des guerrières et c’était le moment idéal pour le prouver à tout le monde. A mesure que les filles passaient par l’escalier, je leur donnait leurs armes. On avait des lance-roquettes et des armes automatiques de plusieurs calibres, de quoi faire pas mal de dégâts.

Je retrouvais tout le monde sur le toit de l’immeuble. On était idéalement placées avec une vue dégagée sur nos cibles mais je me demandais où était Faith et pourquoi elle n’était pas là avec nous. Peut être qu’elle n’a pas pu nous rejoindre, je priais juste pour qu’elle ne soit pas quelque part, blessée ou… Pire ! Chassant ces idées de ma tête, j’intimais le silence aux Blackened Beauties pour pouvoir leur donner mes instructions. En tant que seconde, c’était mon rôle et je comptais bien le mener à bien.


OK les filles, n’oubliez pas de vous mettre à couvert, couchez vous pour tirer. Pour celles qui ont des lance-roquettes, je veux que vous visiez l’arrière des assaillants, surtout pas les premières lignes, on ne doit pas risquer de toucher nos alliés. Celles qui ont des fusils, visez bien et juste, pas de précipitation, n’oubliez pas qu’il y a des tas de gens qui sont en plein dans ce bordel, peut être des soeurs, des gens de notre famille, des amis. C’est le moment de montrer à tous qu’il faut compter avec les Blackened Beauties et qu’on n’est pas là pour faire de la figuration. Prêtes ? POUR LES BLACKENED BEAUTIES !!!!!!


On était toutes remontées à bloc. Allongées sur le sol du toit de notre immeuble, on pointait nos armes et les premiers coups de feu ont éclaté. Concentrée comme jamais, je visais mes cibles l’une après l’autre et les corps des assaillants tombaient tandis qu’une certaine panique commençait à les gagner. Nos roquettes faisaient des dégâts à l’arrière de leurs troupes et ils réalisaient que peut être il ne serait pas si aisé de venir à bout des habitants de Downfall…
fiche créée par Rinema


       
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : avatar (c)syndrome / gif (c)48dreams
ϟ COMPTES : PNJ / MJ
ϟ MESSAGES : 512

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mer 26 Nov - 20:08




UNE NUIT EN ENFER
{mini-event #1}

Rapidement, la fille rebelle de Los Angeles se dresse contre les injonctions autoritaires et abusives de sa mère. Elle refuse de céder son indépendance. Elle en est fière, et ne souffrira plus jamais de sa filiation. Le choc est alors inévitable, posant le problème en des termes exclusifs : c'est elle ou moi.

La stupeur envahit l'armée. Le choc a cédé le pas à la colère, et c'est tout une ville qui se met à gronder. Downfall s'organise, au-delà des mots, mue par le même instinct de survie. Quitte à se faire anéantir, autant que cela marque l'histoire. Jamais le Projet 1959 ne tombera dans l'oubli. Il stigmatisera à jamais l'évolution de l'humanité en en signant ses dérives. Personne ne joue impunément avec des vies.

Lourdement armée, Downfall réplique. L'instinct de survie est collectif : il n'est pas question de sauver sa peau, mais toute celle du quartier expérimental. Et tandis qu'en première ligne, les habitants de la ville se battent sous le même nom, les piliers du quartier expérimental se réunissent afin d'organiser leur revanche.

Le sacrifice est inévitable. Mais tel est le prix à payer au nom de la liberté.

Face à la détermination du quartier expérimental, l'armée recule, éclatée de toutes parts. Jamais l'anarchie et le chaos n'ont été sources d'une telle cohésion.


Troisième acte de notre premier event. Downfall, gravement blessée, continue à se battre au nom de ce en quoi elle a toujours cru : la liberté et l'indépendance. Plus jamais elle ne souffrira de l'autorité de Los Angeles. Et telle une infection, il s'agit à présent de tuer les virus qui nécrosent la chair afin de refermer la plaie.

Lancement de la seconde partie de l'event d'ici quelques réponses !


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Jeu 11 Déc - 15:31

Une nuit en enfer.
Tout le monde.
La première douille a volé, elle a suspendu son vol, comme pour faire comprendre à ses soeurs futures le chemin à suivre, la violence du geste qu'elle vient d'éxécuter. Violence. Il n'y a nulle erreur à faire régner la justice, nul égarement de l'âme à défendre bec et ongle sa ville. Que la première balle soit fatale, que toutes les suivantes le soient également.

Jérémiah n'est pas à l'aise, là-haut. Il voit des camarades courir, blessés ou non. Courir pour vivre, pour survivre, pour défendre et tuer. Il n'est pas le seul sur les toits. Il observe la scène en silence, il dissipe chaque doute qui a pu à un moment parcourir le sang chaud qu'il se garde de verser. Sa cible, son patron d'intérim, est au centre de la cible. Il pourrait l’abattre d'un simple geste, d'une simple pression. Il ne le fait pourtant pas. Il est un Baneshadow et lui est un Prayers, ils sont pourtant tous deux des déchus et si en un temps plus propice, il n'exprimerait que bonheur à ôter cette vie, il n'est pas ici pour ça, il n'y a ni Prayers, ni Shadow ce soir. Il n'y a que Downfall, et Downfall saigne, mais jamais ne meurt.

Owens écoute avec attention la parole de Phillmore. Détachant son arme de celui-ci, il voit la jeune femme au sol, ou plutôt, il saisit le lieu de chute.

- Sans problème. répondit-il, sourire au coin quand sa balle écroule sans pitié un officier de Los Angeles. Une balle frappe l'immeuble où se tient Jérémiah, quelques mètres en dessous de sa position. Balle perdue ou position compromise ? Il n'en sait rien, il aura tout le temps de se débrouiller pour ça. La remarque suivante de son ennemi le fait sourire. Quelque part, il a raison, mais le cynisme de Jérémiah ne permets pas un tel outrage.

» Tout le monde n'a pas le privilège de vivre dans le centre. Lâche-t-il d'un ton froid, mécanique. Et n'oubliez pas que votre vie repose pourtant dans leurs mains.

Malgré tout, Owens ne peut que se sentir seul. La communication avec ses supérieurs et ses frères a été interrompue. Tout se passe-t-il pour le mieux de leur côté ? Sont-ils mort ? Pas le temps de penser, il faut limiter les morts des habitants de Downfall, il faut dresser la résistance, il faut tuer.

Avant qu'il ne puisse répondre à Phillmore qu'il va devoir continuer le combat seul avec ses Prayers pendant un moment encore, la lumière d'un hélicoptère éclaire le toit du prêtre. Bon moment de jurer, pense-t-il.

» Bordel de... sort-il alors avant de se relever, plaçant son fusil sur l'épaule et laissant la mallette vide sur place. Il court, en direction de l'escalier de secours. Il a juste le temps de l'ouvrir avant d'entendre des bruits de pas dans l'escaliers. L.A. n'a pas aimé sa démonstration de tireur d'élite. Heureusement pour lui, outre sa bible et son fusil, la mallette comprenait quelques éléments de défense. Attrapant l'unique grenade qui pend à sa ceinture, il arrache la goupille des dents et la jette dans les escaliers, espace confiné et propice à ce genre de gadget.

L'explosion est forte, la voix de la mort s'échappe par la porte qui ne tient plus que part un gond. Armant son fusil, debout sous le vent et la lumière, Jérémiah respire lentement. Il ne doit pas rester visible, il doit disparaitre. Dans son oreille, le son de la rue lui parvient. Que se passe-t-il ? Aucune idée, aucune envie de le savoir. Seul compte la survie. Il stabilise son fusil, il se calme et d'une balle, il ôte la vue de son adversaire.

» Vous allez devoir vous en remettre à vous même, je ne le crains. Dit-il au Prayers qu'il a toujours dans l'oreillette. Je vous retrouve dès que possible.

Son ennemi d'hier est aujourd'hui son seul espoir de survivre. Un sourire malveillant se dessine sur le visage du prêtre. Voilà fort longtemps qu'il n'avait pas eu l'occasion de se dégourdir comme ça. La porte, celle qui ne tenait que d'un gond, est arrachée. L'unité complète n'était donc pas morte ? Il n'y a plus qu'une échappatoire. Courant de toute ses forces, Jérémiah Owens n'a pas le temps de faire une prière, de repenser à ceux qu'il aurait pu traiter avec plus de justesse ou de demander à son dieu fétiche de lui sauver la vie. Non, il ne peut que compter sur lui-même, tandis que d'un appui puissant, il s'élance au-dessus du vide. Les balles fusent dans son dos, il ressent la brulure dans sa chair, mais il est déjà en l'air.

Ô temps, suspends ton vol...

 
code by mirror.wax
 


Dernière édition par Jérémiah Owens le Mar 23 Déc - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : (avatar : syndrome) (img : tumblr)
ϟ COMPTES : Alenka Hendersen ϟ Keith E. Vincente
ϟ MESSAGES : 7493

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mar 16 Déc - 22:04

    Son cœur se serra à la vue de sa fille. Comment avait-il pu l'abandonner ainsi aux mains d'inconnues ? Heureusement, Debby était sortit de nulle part. La voiture démarra dans un crissement aigu, soulevant derrière elle un épais nuage de poussière. Aaron sortit de la ruelle et accourut vers Aliki, où plutôt l'endroit où elle s'était effondrée. Or sa course fut freinée par l'arrivée d'une voiture face à lui. Aaron demeura sidéré, incapable de savoir de quel côté partir, prenant lentement conscience que l'impact était inévitable. Quelques détonations firent éclater les pneus. Le conducteur braqua et s'envoya dans le décor. Le Prayer n'avait pas bougé d'un poil... Apparu alors le visage familier de Roman, un disquaire décidément rock'n'roll. Phillmore se laissa aller à une brève accolade, heureux de voir un visage familier. Il avait enfin l'impression que la ville s'organisait pour luter contre l'envahisseur.

    Los Angeles a décidé que la fête avait trop duré. Il nous faut nous...

    Les mots moururent dans la bouche de l'homme lorsque ses yeux se posèrent sur le corps inanimé de Matheson. S'était-elle simplement évanouie ? Aaron s'en voulut d'être ainsi porté par un espoir innocent. Elle était morte, tout simplement. Il se pencha néanmoins sur le corps pour saisir le poul.

    Merde... Aaron activa son oreillette pour communiquer avec ses hommes. On a un Prayer à terre, venez la chercher, je ne veux pas que le Civic Center soit sa tombe. Nous on va récupérer Ashley.

    D'un regard, il invita Roman à le suivre.

    Les détonations s'étaient calmées. L'armée commençait à battre en retraite, impressionnée par la folie qui animait la survie du quartier expérimental. Aaron se glissa entre les ruines jusqu'à l'immeuble où Ashley devait elle aussi reposer à tout jamais. Putain, c'état une vraie hécatombe. Les mâchoires serrées, Aaron promit à Los Angeles une vengeance des plus sanglantes. Poussant les débris, il chercha le corps de la jeune femme. Dans son oreille, le ère Owens jurait, apparemment empêtré. Le bruit des pales d'un hélicoptère ne tardât pas jouer comme explication. Aaron jura : s'ils restaient à découvert, ils allaient se faire plomber. D'autres Prayers s'étaient joints à lui. Si bien qu'avec une quinzaine de mains, Ashley Wright fut tirée des débris et embarquée jusqu'à une fourgonnette. Aaron s'y précipita, prévenant le Baneshadow :

    Eh ? Vous êtes toujours avec nous ? Le bruit des balles fusait dans son oreillette. Nous sommes derrière la grande librairie. Rejoignez-nous là-bas, il nous faut nous organiser. J'ai eu des informations : Cleveland, Flynn et Hennessy sont en train de discuter de la manière dont nous allons nous débarrasser de Los Angeles. Des renforts ont été envoyés. Bref, rejoignez-nous au plus vite !

    De nouvelles explosions agitèrent le centre-ville. Les Blackened Beauty s'étaient armées et défendaient leur ville depuis les toits. L'hélicoptère fut sauvagement abattu, sans plus de cérémonie. Il y avait un espoir pour Downfall...

___________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mer 17 Déc - 3:38

a night in hell

stand and fight for your freedom and those who can't

Les bruits des unités qui martèlent l'asphalte de leurs pas, des tirs incessants, échanges entre les soldats de Los Angeles et les insurgés du quartier expérimental, des corps qui tombent dans un son sourd et des crissements de pneus précédant les explosions. La ville avait une allure d'apocalypse. Je tenais ma position, attentif aux ordres que j’exécutais sans la moindre hésitation : nous étions en guerre. Un champ de bataille n'est pas un terrain de discussion. Alors de l'oreillette provenaient les choix et du canon de mon arme s'annonçait le résultat. Le van d'où j'étais arrivé avait déchargé une dizaine de Prayers. Il y en avait d'autres. Mais pas seulement : tous les clans semblaient en mouvement. Les Baneshadows et même ces traînées de Blackened Beauties. Tous ensemble contre l'armée de la cité des anges. Ce panorama me laisse un sourire en coin, admiratif et amusé à la fois. On a un Prayer à terre, venez la chercher, je ne veux pas que le Civic Center soit sa tombe. Nous on va récupérer Ashley, crissa l'oreillette. Mon regard tente de repérer l'informateur, Phillmore. Il avait pris la situation en main avec la vivacité qu'on est en droit d'attendre d'un second.

Dés que je l'eus repéré, je fis un signe de main à deux comparses qui suivirent ma course vers notre camarade à terre. Les deux Prayers soulevèrent le corps et l’emmenèrent loin des tumultes de cette attaque. Couvrant mes camarades et les autres, je reculai pour me mettre à découvert et descendre les soldats qui restaient dans les environs. Le chahut se tassait et les cadavres gisaient à terre. Il y avait ceux des militaires, ceux des âmes perdues de Downfall. Tous se mêlaient. Sauf un qui n'était pas encore tout à fait inerte. Je posai mon pied sur sa main. Vous n'aurez pas cette ville de sitôt, lançai-je d'un ton ténébreux avant de l'achever d'une balle dans la cervelle. Continuant mon chemin, je retournai avec le second de mon clan pour la suite des événements. On déterra, avec les autres, une fille que les débris voulaient engloutir. Son visage ne me disait rien, ce qui était un bon point en soi. Je la soutenais en mettant son bras autour de mes épaule et en la tenant par la taille afin qu'elle ne nous ralentisse pas. Un fourgon nous attendait. Alors que Phillmore prodiguait des instructions, je jaugeais la jeune femme qu'on venait d'extirper des décombres. La fête s'arrêtait là pour elle... Les pertes étaient conséquentes des deux côtés. mais au loin résonnaient des assauts témoignant de la férocité de nos compatriotes. Étrange de voir la fourmilière du quartier expérimental s'affairer ainsi dans un but commun et légitime...
Revenir en haut Aller en bas
 
Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]
» Une nuit en enfer
» [Flashback Tokiwa: Episode 3] Une nuit en enfer...
» [EVENT - PARTIE 2] La nuit est sombre et pleine de terreur.
» la nuit tout les chats sont gris (PV felyndiira) (SUJET TERMINÉ)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 【 Welcome to the Jungle, it gets worse here everyday 】 :: This Is Now :: Chapitre I-