Partagez | 
 

 Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
ϟ CREDITS : avatar (c)syndrome / gif (c)48dreams
ϟ COMPTES : PNJ / MJ
ϟ MESSAGES : 564

MessageSujet: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Lun 6 Oct - 18:49




UNE NUIT EN ENFER
{mini-event #1}

Au cœur de la nuit,  une explosion fait trembler Downfall, touchée en plein cœur. Avec violence, un pan entier de l'hôtel de vie s'effondre. Un nuage de poussière chargé de lacrymogène envahit les rues, telles d'immenses tentacules. L'agitation saisit le Civic Center qui, cédant à la panique, paye l'effronterie du quartier expérimental.

Au loin, les crissements de pneus des voitures blindées annoncent l'arrivée de l'armée. Tout Inglewood se retrouve au cœur de la ville, lourdement armé. Un seul mot d'ordre : reprendre le contrôle de Downfall. Mais la ville ne compte pas se laisser aussi simplement dompter. A peine les nuages de lacrymogène dissipés que tout Downfall se relève, prête à affronter Los Angeles... prête à défendre sa liberté.


CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Dernière édition par Downfall le Sam 4 Avr - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Lun 6 Oct - 20:36

a night in hell

the calm before the storm will apply its science tonight babies.

Une nuit calme vu de l'extérieur. Mais dans l'hôpital, les patients étaient quelque peu agités. L'irritation était sûrement contagieuse. Je détestais être de garde. Bien que ça me donnait une raison pour ne pas travail au Fever Rising, c'était loin d'être amusant. Par définition mon travail n'était pas une partie de plaisir, mais au moins la journée on parlait avec les patients et le personnel n'avait pas des têtes de déterrés dopés au café. Le regard perdu entre la fenêtre et mon gobelet caféiné, ce fut une légère vibration suivie de cris d'étonnement qui me tirèrent de mes songes. Une explosion avait retenti alors que je flânais comme une adolescente. Qu'est-ce qui se passe ? Tentai-je de me renseigner. T'as pas entendu l'explosion ? Des gars sont partis voir ce qui se passe dehors. Mes sourcils se froncent. La panique allait s'étendre dans l'hôpital. Des patients se lèvent, certains viennent nous questionner. On n'était pas vraiment plus au courant qu'eux... Néanmoins il était de notre devoir de tout faire pour qu'ils gardent leur calme. Retournez dans vos chambres, on vous tiendra au courant dés qu'on en saura plus, en attendant restez tranquilles, dis-je au petit groupe qui venait de nous atteindre.

Inquiète et curieuse, je me dirige vers la sortie en tentant de rassurer les personnes que je croise dans les couloirs. Mais une fois arrivée dehors et que le son de la porte qui se ferme a retenti, je perçois une épaisse fumée. Comme hypnotisée par le phénomène, je m'approche de cette crème qui semblait engloutir la ville toute entière. Dans ma tête, je ne pouvais pas penser à autre chose... ils vont nettoyer... Los Angeles ou un gang qui tenterait de prendre le contrôle du Civil Center. Dans les deux cas, c'était loin d'être une bonne chose. Aliki ! Monte, hurle une collègue dans sa petite voiture. Sans réfléchir, je m'exécute et contourne la voiture pour m'y asseoir. Tamia, tu sais ce qui se passe ? Non, mais l'explosion a eut lieu à l'hôtel de ville alors on va y faire un tour, annonça-t-elle en démarrant, sans attendre de savoir ce que j'en pense. Évidemment, j'étais trop curieuse pour rester tranquillement à l'hôpital, on se ressemblait sur ce point. Mais une fois sur les lieux, on s'est échangé des regards pleins de regrets. La folie : le Mur avait dévalé les ruelles pour se retrouver à l'endroit de l'explosion. Sans dire un mot, on sort de la voiture et on se sépare pour protéger les blessés ou les personnes égarées.

Tristement, cette nuit nous rappelait ce qui se passait vraiment à Downfall.


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Lun 6 Oct - 20:56

"ticket for the front seat
OF HELL."
EVERY GODDAMN SOULS

Alayna a le cul posé sur un banc face à l'hôtel de ville. Ce qui était autrefois censé être l'hôtel de ville, en tous les cas. Une simple filature... Qui dure depuis déjà trop longtemps. Ça fait trois heures que le glandu est assis à une table, entrain de siroter un café et de profiter du clair de lune. Un bâillement d'ennui lui arrache la gueule. M'enfin. Elle se dit que ça aurait pu être pire. C'est vrai, il aurait pu pleuvoir par exemple. D'ailleurs, la nuit est étonnamment belle aujourd'hui. Trop belle, peut-être. S'il y a une chose qu'elle a appris aux côtés des blackened, c'est que la beauté renferme souvent bien des dangers.

Et puis soudain le rouge. Le orange. Le jaune. Le blanc. Aveuglant. Elle place sa main devant ses yeux, mais rien n'y fait. C'est trop tard. Tout à l'air de défiler au ralenti. Tout se confond dans la déflagration. Tout vole autour d'elle. Tout devient rien. C'est bizarre. Elle jurerait voler, elle aussi. La détonation. Son imagination. Peu importe. L'atterrissage, lui, est bel et bien réel. Ça lui coupe le souffle. Du sang gicle et s'extirpe de sa bouche à l'impact. C'est froid. Dur. Un morceau de béton. Un morceau de l'hôtel de ville sans doute. Au fond, elle s'en bat les ovaires. Son esprit résonne. Bourdonne. Son corps s'engourdit mais la douleur de ses blessures reste paradoxalement vivace. Ça lui fait un mal de chien. Elle a envie de pleurer. De crier. Mais sa dignité lui permet de retenir ses maux. Il faut qu'elle se casse d'ici. Elle le sent. Les pneus crissent. Les fusils se chargent. Les pas s'emballent.

Sa vision toujours floue, ses sens encore dans le cul, elle respire un grand coup avant d'essayer de se lever. Cuisant échec. L'action lui arrache une gueulante. Son regard descend au niveau de la douleur la plus pénétrante. Son abdomen. Une tige de métal dépasse de son côté gauche. Au moins trente centimètres. « Eh merde. » Articule-t-elle difficilement. Quand elle disait que la beauté renferme les pires cauchemars... Elle se serait bien passée d'en devenir le chef-d’œuvre vivant. Alayna tousse un peu plus de sang. Elle a l'impression que son corps brûle. La déflagration a dû la lécher de trop près. Mais le froid commence à la gagner, aussi. Bizarre. La fin, elle suppose. Elle rit. Finalement, sa vie aura vraiment été insignifiante jusqu'au bout.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : (avatar : syndrome) (img : tumblr)
ϟ COMPTES : Alenka Hendersen ϟ Keith E. Vincente
ϟ MESSAGES : 7783

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mar 7 Oct - 22:09

    Et dire que tout avait si bien commencé...

    India partit d'un rire cristallin tandis que son père achevait une blague pas drôle qu'il tenait de Stephen, son chimiste. C'était peut-être pour cela que la boutade ne l'avait pas fait marrer sur le coup : apparemment, elle s'adressait à un public adolescent. Toujours était-il que sa gamine rayonnait ce soir.
    Père et fille avaient décidé de se faire un resto côté au Civic Center. Les dernières semaines avaient été à couteau tiré, et Aaron désirait apaiser les tensions. India lui en voulait d'être aussi absent, aussi dur, aussi intrusif, aussi lui. Et étrangement, le Prayer avait du mal à s'en excuser. Finalement, India avait accepté à condition d'aller dans un endroit chic. A seize ans, la jeune fille aimait tout ce qui brillait, et l'idée d'aller manger un bout dans l'un des resto les plus guindés de la ville avait suffi à apaiser sa rancœur adolescence. Dès demain, elle irait s'en vanter auprès de ses amies.
    India avait commandé un verre de vin blanc, prenant de court son père qui était autant surpris de la voir demander de l'alcool que de la savoir avoir des goûts de luxe. Et comme toujours, après de rapides négociations, elle avait obtenu bien de cause. Un verre ne la tuerait pas, et lui non plus.

    Alors qu'ils finissaient le repas, India, la bouche refermée sur une cuillère de glace, et Aaron, s'injectant sa dernière dose de caféine de la journée, le monde cessa un instant d'exister. Une violente déflagration vrilla l'air. Les fenêtres explosèrent, projetant sur les visages déformés par la surprise et la peur d'infimes éclats de verre. Puis plus rien.

    Lorsqu'il sortit de sa torpeur, un puissant bourdonnement assourdissait le Prayer. Un instant confus, il avait l'impression d'être le spectateur d'une scène surréaliste. Puis la douleur lui rappela qu'il était un acteur de cette scène. Mais ce fut l'angoisse qui l'emporta finalement : India ! A quelques mètres de lui, l'adolescente gisait, inerte. Phillmore se précipita vers elle. Il prit son pouls tout en approchant son oreille de la bouche entrouverte de la jeune femme. Mais sourd comme un pot, il dut se contenter des faibles palpitations sur l'intérieur du poignet de sa fille.

    Qu'est-ce qu'il se passait ?

    Soudain, agressives et corrosives, les vapeurs d'un lacrymogène lui brûlèrent les yeux. Aaron enleva sa veste et protégea le visage de sa fille. Ses poumons se contractèrent douloureusement, comme embrasés. Portant un bras sur ses yeux, le Prayer commença à s'étouffer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mer 8 Oct - 22:38

Quand j'étais retournée chez moi après mon agression, j'avais retrouvé mon appartement en cendres. Ces enfoirés avaient mis le feu. Je n'avais rien pu récupérer, car absolument tout l’entrepôt avait brûlé. Ils avaient eu ce qu'ils voulaient. Je n'étais pas prête de redonner des cours dans le quartier.  Depuis, je dormais dans un hôtel à quelques pas de la mairie. L'endroit n'avait rien à voir avec un quatre étoiles. Les chambres étaient petites, humides et sentaient la moisissure. Pourtant, je prenais tous ces événements avec philosophie. J'étais sortie de toute cette histoire en vie et en un seul morceau, ce qui n'était pas gagné quand on y repense. De plus, j'avais pu prendre contact avec une Blackened Beauty. Je trouverais bien un autre entrepôt, ce n'était pas grave. En attendant, on se faisait ça dans une arrière cours. Ça me coûtait quelques billets, mais je ne voulais pas baisser les bras et abandonner les filles qui avaient besoin de moi.

Quand l'explosion avait eu lieu, j'étais en train d'attendre ma commande chez le pakistanais. On s'était tous retrouvé au sol. Quelques débris de verre nous avaient griffé la peau, mais rien de grave. Nous étions tous entiers. Ce qui fut plus inquiétant que l'explosion, c'est le nuage de gaz qui suivit. On avait tous plutôt intérêt à rentrer chez nous et à ne pas traîner dans les rues. Les yeux pleins de larmes, j'attrapais la commande qui était sur le comptoir – Bah oui, je mourrais de faim – et je prenais les jambes à mon cou.

Les fauteurs de trouble et ceux qui voulaient en découdre étaient déjà dans les rues, armes à la main. Toutes les vitrines autour du lieu de l'explosion avaient été pulvérisé laissant les magasins aux pilleurs. La capuche de mon sweet bien visé sur la tête, mon browning dans la main, le bras le long de la cuisse, je marchais droit devant, sans m'arrêter ni regarder ce qui se passait autour. C'était sans compter sur la petite Leah qui traînait dans la rue ne sachant quoi faire.

Ne reste pas là !

Je l'attrapais par la main et je la traînais avec moi. La gamine avait quinze ans à peine, de long cheveux blond, la peau sur les os et déjà des marques d'aiguilles apparaissaient sur ses bras. Qu'allait devenir cette gamine ? Je n'osais l'imaginer. C'est elle qui m'alerta et qui trouva une jeune femme parmi des débris. Cela n'aurait été que moi, je ne me serais pas arrêtée, mais Leah insista. Quand je m'approchais, je reconnaissais Alayna. C'était la jeune fille qui m'avait sauvé la vie quelques jours plus tôt. Je ne pouvais pas la laisser là après ce qu'elle avait fait pour moi.

Tu trouves que c'est le bon moment pour faire une sieste ?

Je doutais que ça la fasse rire vu sa situation, mais c'était la première chose qui m'était venu.

Il ne faut pas traîner ici Alayna. Dis moi quoi faire. Tu peux bouger ? Je peux appeler quelqu'un pour toi ?

Personne n'était dupe. Les secours mettraient du temps à arriver et ce ne serait pas le petit peuple qui serait soigné en premier. Alayna était une Blackened, elle avait certainement des contacts qui pourraient l'aider. Fallait-il encore, qu'ils sachent qu'elle avait besoin d'aide et où elle se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Jeu 9 Oct - 21:06


My Apocalypse
feat. Downfall


"Through the smoke a silhouette I can barely see
There's a man with an axe "




Fichu travaux, j'ai perdu un temps fou à cause d'eux! Quelle idée de réparer son toit en pleine nuit aussi? C'est quand même sévère comme insomnie. Ou alors le type devait détester ses voisins. En tout cas, j'ai bien failli me casser la figure et je n'ai freiné que de justesse avant de sauter sur se toit en chantier. J'ai dû le contourner, d'où mon retard actuel. Soudain je m'arrête. Voici enfin ma destination : L'hôtel de ville. Je suis pile en face, ce qui est parfait puisque mon contact m'attend non loin de là à un café. Il ne me reste plus qu'à descendre. Au moment même où je saute du premier étage, tout explose.

C'est d'abord une lumière qui m'aveugle, me faisant lever les bras vers elle avant que la sensation de tomber dans le vide ne s'impose à moi. J'atterris épaule la première sur le sol impitoyablement dur. Et avant même que je ne puisse me remettre de mes émotions, je vois un projectile arriver à toute vitesse dans ma direction. Impossible de l'esquiver. J'ai une sensation d'une vive douleur à l'arcade puis, plus rien. Juste... le noir.

Ce sont des cris qui me réveillent. Je tente de me lever d'un coup, mais ma tête me fait m'effondrer immédiatement. La douleur est aiguë et tenace. Avec effroi, je me rends compte que je ne vois plus d'un œil et que ce que voit l'autre n'est pas en mesure de me rassurer. Il y a une mare de sang à l'endroit où ma tête était posée. Je me relève bien plus précautionneusement cette fois-ci, lâchant malgré moi un cri de douleur. Non seulement je suis à moitié aveugle mais je me suis également déboitée l'épaule sur laquelle je suis tombée. Je me déplace en grimaçant, sentant les larmes couler involontairement sur mes joues et sort de la ruelle.

C'est un nouveau choc qui me cloue sur place. L'hôtel de ville n'est que ruines dans lesquelles grouillent des personnes plus ou moins en un morceau. Faut que j'aille voir si mon contact est encore là - non pas que j'en ai quelque chose à foutre, mais je parie qu'il avait une arme sur lui. Ignorant les gens qui se trouvent là, je me dirige directement vers l'endroit où il était censé m'attendre. Il est bien là. Enfin, si on peut appeler ça là : un des ces gros climatiseurs - sûrement celui qui était sur le toit - l'a "proprement" découpé en deux. Ah! Je n'avais pas tort. Très bien, je suis maintenant armée, blessée et seule. Maintenant quoi?

Les gaz lacrymogènes.




Dernière édition par Ashley Wright le Sam 1 Nov - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Ven 10 Oct - 22:32

"ticket for the front seat
OF HELL."
EVERY GODDAMN SOULS

Ses yeux papillonnent. Sa peau frissonne. Un filet de sang coule de sa bouche. Le goût de la rouille sature ses papilles et son odorat. Ses mains sont instinctivement venues se placer autour de la plaie d'où sort la tige de métal. Les gaz, visiblement lacrymogènes, l'atteignent à peine. Ses sens sont déjà en bouillie. Alayna n'a plus qu'à attendre la fin. La fin qui la guette. Le pire ? C'est qu'elle s'en balance. Rien ne la retient vraiment ici. Pas d'attaches familiales ou romantiques, pas de maison. Rien. C'est ce qu'elle est. Elle n'est rien et mourra en restant rien. C'est triste. Mais l'idée de mourir a quelque chose de presque réconfortant.

Alors qu'elle s'apprête à s'endormir dans le froid et la crasse, une voix la tire de sa torpeur. Ses yeux s'ouvrent grands. Sa tête pivote vers la source. Tiens, la nana de l'autre soir. Inès, elle croit. « Haha. Je suis morte de rire. » Articule-t-elle avec difficulté. Alayna crache un peu de sang. « Surtout morte, en fait. » Ajoute-t-elle, pas très optimiste. Elle esquisse un faible sourire. S'il faut qu'elle passe au purgatoire, autant ajouter une dernière bonne action à sa liste. Parce que soyons réaliste, dans des circonstances pareilles, elle a peu de chance de s'en tirer. Et d'après ce qu'elle entend, cette explosion n'est pas anodine, puisque des coups de feu commencent à être tirés. Cela dit, l'épicentre du conflit lui parait plutôt éloigné. Et ce n'est pas plus mal. Elle veut clamser en paix sans que des connards ne viennent la piétiner. Merci.

Inès reprend la parole pour briser ce beau moment de silence et d'adieux au monde. « Non, je suis là parce que je prends un bain de minuit. » Sa voix, bien que rauque de douleur et entrecoupée par des toussotements, est remplie d'une pointe de sarcasme. Ne jamais perdre le sens de l'humour. « Bien sûr que je ne peux pas bouger. Tu penses bien que je l'aurais fait sans que quelqu'un me le demande, sinon. » poursuit-elle avec les mêmes difficultés d'expression. Elle roule des yeux. Et pour répondre à sa deuxième question, non, il n'y a personne à appeler. Un silence épais s'installe. « Personne ne viendra pour moi. » Cette phrase tombe comme un couperet. Personne ne tient assez à elle pour venir risquer sa vie ici. Et aucun membre du gang ne viendra l'aider non plus si une guerre fait rage à côté. Faut bien protéger son territoire. Alayna comprend, quelque part. « Je suis une cause perdue. Tu devrais partir. Il n'y a rien à faire, avec cette saleté. » Ouaip. Une tige de métal, ça se pète pas à mains nues à moins d'être Hulk. Et impossible qu'elle ou qu'Inès seule la soulève sur trente centimètres. Il leur faudrait au moins (et encore, elle est optimiste) une autre personne. Et cette gamine maigrichonne qui sert présentement de pot de fleurs ne compte pas. C'est à peine si elle tient debout, toute perforée qu'elle est. Dommage qu'ici, l'altruisme soit aussi rare. Les quelques silhouettes floues qu'elle aperçoit s'enfuient ici et là, d'ailleurs. Misérables insectes. See you in hell.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mar 14 Oct - 12:39

Alayna avait encore son caractère de chien qui l'a caractérise si bien. Du moins, c'est ainsi que je l'imaginais. Tant qu'elle pouvait faire de l'humour, son état était encore récupérable non ? Je n'étais pas du genre à dorloter et je ne savais pas trop comment la rassurer. D'ailleurs, je ne savais pas vraiment quoi lui dire, alors je sortais les premières conneries venues. Je trouvais que ça avait un petit effet. Les remarques cinglantes d'Alayna, me prouvaient que j'avais carrément raison.

Tu trouves que c'est le bon moment pour faire une sieste ?  
Haha. Je suis morte de rire... Surtout morte, en fait.

Hum, elle ne l'était pas encore, mais ça ne saurait tarder si elle ne recevait pas des soins rapidement.

Il ne faut pas traîner ici Alayna. Dis moi quoi faire. Tu peux bouger ?
Non, je suis là parce que je prends un bain de minuit.

Mais quel caractère de merde !

Bien sûr que je ne peux pas bouger. Tu penses bien que je l'aurais fait sans que quelqu'un me le demande, sinon.

Mouai, rho, c'est bon. On en posait tous des questions cons.  

Je peux appeler quelqu'un pour toi ? 
Personne ne viendra pour moi.
Qu'est ce que tu racontes ? Tu es une Blackened.
Je suis une cause perdue. Tu devrais partir. Il n'y a rien à faire, avec cette saleté.
Punaise, tu vas pas nous la jouer mélodram' ? Je te préfère en garce sexy qu'en Calimero, tu sais ?

Je me mettais à fouiller dans ses poches.

File ton portable.

Aucun signal. Il était impossible de communiquer entre nous.

Okay ! Plan B. Hum...

Je réfléchissais un instant.

Bon Leah...

La gamine semblait terrorisée, alors je lui attrapais son visage entre les mains.

Écoute-moi. C'est trop dangereux pour toi ici. Tu vas rentrer à l'hôtel. Tu fermes et surtout, tu n'ouvres à personne.

Je lui glissais mes clés dans la main. Elle savait où je vivais, mais j'espérais qu'elle saurait si retrouver vu son état. Je regardais la gamine partir en courant. Je finissais par m'asseoir à ses côtés. Quelqu'un finirait par venir.

Qu'est ce que tu foutais là ? C'est toi qui a posé la bombe ?

On est flic ou on ne l'est pas. J'étais persuadée que ce n'était pas le cas, mais peut-être qu'elle savait de quoi il s'agissait.

Bah quoi ? Tu as l'air assez tarée pour le faire.

J'étais sérieuse. Puis, c'était un compliment dans ce bled. Qui pouvait survivre autrement ?

Essaye de rester calme et de ne pas bouger. Tant que cette barre est dans ton corps, tu ne devrais pas trop perdre de sang.

En espérant que ça n'avait pas touché un organe vital. Je me mettais à chuchoter.

Qu'est ce que tu ne serais pas prête à faire pour que je te fasse du bouche à bouche.

Elle allait me tuer. Si elle s'en sortait, elle allait vouloir m'exploser la tête. Je me mettais à sourire à l'idée comme une conne.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : avatar (c)syndrome / gif (c)48dreams
ϟ COMPTES : PNJ / MJ
ϟ MESSAGES : 564

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Dim 19 Oct - 16:42




UNE NUIT EN ENFER
{mini-event #1}


Second acte de notre mini-event avec l'arrivée de l'armée. Le centre ville de Downfall devient un vrai champ de ruine où la guerre éclate, sanglante et sans pitié. Demain, les journaux parleront de meurtre contre l'humanité mais pour le moment, il s'agit de survivre : l'humain n'a plus sa place, réduit à ses plus bas instincts.

Saignée à vif, Downfall est fébrile. Les poumons encore brûlés par les gaz lacrymogènes, elle se relève cependant, réalisant que son existence même est menacée. Il lui faut agir...

Les blindés dégueulent une armée d'hommes prêts à en terminer avec le projet expérimental. Cela fait cinquante ans que la plaisanterie dure. Les militaires d'Inglewood se tiennent, tremblant, face aux buildings du Civic Center, cœur névralgique de la ville. De nouvelles détonations secouent la ville tandis que les factions d'Inglewood s'organisent. Elles ont reçu un ordre : pas de pitié.
Se mêlent alors aux explosions les détonations des armes. La fuite est punie par l'éclatement d'un genoux, la résistance par l'implosion du cœur. Ces hommes le savent : les habitants de Downfall ne sont qu'un ramassis de dégénérés dont la vie ne vaut rien.

L'humanité n'a plus sa place ce soir, et l'enfer s'empare de la ville.



CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Dim 19 Oct - 17:48

a night in hell

the calm before the storm will apply its science tonight babies.

Dans le centre, c'était la folie. Après les fumigènes qui tenaient à se dissiper, des gens criaient, courraient, mais un silence surnaturel englobait chaque rue. Une nuit en enfer, hein ? Tout ça ne présageait rien de bon. Protégeant mon nez et ma vue des fumées, j'entrai dans ce qui semblait être le restaurant. Quelques gémissements se faisaient entendre et dans les décombres, je reconnus Phillmore. Il semblait protéger une autre personne. Aaron ! Lançai-je comme pour savoir s'il était encore vie - ce qui était évident, on ne venait pas aussi facilement à bout d'un Prayer après tout ! M'avançant encore vers lui, je m'accroupis pour m'assurer qu'il était sain et sauf. Quelques blessures superficielles visiblement mais rien de grave. Je remarquai alors cette jeune fille qu'il avait protégeait. Qui était-elle ? Ça va aller ? Dis-je d'un ton inquiet. Je me souciais de lui, non pas parce que nous étions du même clan mais parce que quelque part, il avait engagé mon estime. Je n'étais pas du genre à m'attarder sur ceux qui étaient camarades, je favorisais ceux qui avaient une véritable valeur à mes yeux. Qu'il s'agisse d'un Prayer, d'une Blackened ou d'un Baneshadow.

On n'eut pas vraiment le temps de faire les présentations ni d'échanger quelques politesses d'usage que des voitures arrivaient. Pas n'importe lesquelles... l'armée lourde. Les débarquements des blindés résonnaient dans les rues. Ma respiration s'accélérait. Putain Tamia, dans quel merdier tu nous a foutues... Pestai-je alors en pensées. L'hôpital n'était pas loin dans tous les cas, là-bas aussi il devait y avoir cette parade de mauvaise augure. As-tu la moindre idée de ce qui se passe ? Demandai-je à mon collègue. De mon point de vue, ça ressemblait à une fin du monde. Ou alors était-ce seulement la fin de leur expérience. Ils avaient fini par se lasser de nous et aujourd'hui ils allaient mettre fin à nos vies comme si elles n'avaient aucune importance aux yeux du monde ? Il nous fallait tenir bon, quitte à riposter, se battre pour se défendre Mais combien allaient se battre ? Combien jugeaient que leur vie valait la cause de Downfall ? Dommage que je ne croyais pas en Dieu. A cet instant, il aurait peut-être été la seule aide capable de nous sortir de ce pétrin...


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Dim 19 Oct - 19:11


Une nuit en enfer
Mini-Event
Les shots étaient alignés sur le bar et je les allumais sous les cris satisfaits des clients. Bon nombre d’entre eux étaient déjà éméchés, des bagarres avaient éclaté mais ça, c’était le lot quotidien du cabaret. Ne vous inquiétez pas, on sait gérer ça et à Downfall, chacun sait qu’on ne joue pas avec les pieds des Blackened Beauties. Je me sentais comme un poisson dans l’eau derrière mon bar. C’était l’endroit où je passais le plus de temps et je n’imaginais pas un seul instant faire autre chose. A Van Nyus, tout le monde me connaît et je connais pratiquement tout le monde. Avec le temps je me suis fait ma place et je ne suis pas peu fière de mon parcours ! Faith m’a permis de réaliser ce pourquoi j’étais venue à Downfall, je ne m’étais pas trompée en pensant que c’était l’endroit parfait pour moi. J’ai parfaitement conscience de l’image que les gens extérieurs ont de la ville, mais après tout, ils avaient déjà cette image de moi, non ? Une nana tatouée de la tête aux pieds, qui fréquente des gangs de motards et qui n’a pas sa langue dans sa poche, qui se drogue et qui est sexuellement libérée, c’est ce qu’ils considèrent comme la raclure de la société. Cette image, ils l’avaient même sans m’avoir jamais rencontrée, alors pourquoi je me serais faite du souci de leur opinion ? J’en étais à cette réflexion lorsqu’un bruit sourd s’est fait entendre, accompagné d’un tremblement qui a agité les bouteilles derrière moi


C’est quoi ce bordel ?!



Certains étaient paniqués, mais la plupart des gens se posaient simplement des questions. Les sourcils froncés, je contournais le bar pour me diriger vers la sortie et voir ce qui se passait dehors. Une épaisse fumée s’élevait depuis le centre ville. Des gens couraient et j’entendais parler de l’hôtel de ville qui avait explosé. Ca vous voyez, ça m’a fait réagir. Alayna ! Je savais qu’elle était dans ce périmètre. Merde ! Mon premier réflexe a été d’attraper mon portable pour l’appeler. Je ne sais pas ce que j’espérais, mais bien entendu le réseau était mort. Voyant Alicia passer, je l’attrapais par le bras. Elle avait intérêt à être au taquet cette fois parce que je n’étais pas du tout d’humeur à supporter ses âneries.


Ecoute-moi bien. Trouves Faith et dis-lui qu’il y a eu une explosion à l’hôtel de ville, qu’Alayna était sur place et que je n’ai pas de moyen de savoir si elle va bien ou pas. Ensuite tu interroges toutes les Blackened que tu croises et tu me dresses une liste de l’endroit où est sensé se situer chaque membre, compris ?


Il fallait prendre des mesures, tant que Faith ne serait pas là j’étais, en tant que seconde, en charge de le faire. Pour l’instant je ne savais rien de ce qui se passait, mais mon sixième sens me disait qu’il ne s’agissait pas d’un accident. Je rentrais à nouveau dans le cabaret et réunissais les armes dont je disposais. Les coups de feu éclataient dans le lointain, on devait être prêtes à recevoir l’ennemi. Niveau armes, on était équipées, et on savait toutes s’en servir. Restait à espérer que ça allait suffire.
fiche créée par Rinema


       
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : (avatar : syndrome) (img : tumblr)
ϟ COMPTES : Alenka Hendersen ϟ Keith E. Vincente
ϟ MESSAGES : 7783

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mar 21 Oct - 21:11

    La fragilité de la vie. Un goût amer dans la bouche, celui de son sang, de sa propre vulnérabilité, de son impuissance. Puis la douleur d'exister, chaque respiration devenait un supplice. Privé de sens, il n'était plus.

    Le nuage finit par se dissiper, laissant une empreinte encore brûlante sur les yeux du Prayer. Un tremblement de plus en plus perceptible agitait l'homme, en proie à l'angoisse. Encore sourd et presque aveugle, Aaron ne percevait du monde qu'une image floue et éclatée. Les cris n'étaient plus que des chuchotements, tandis que le sang n'était plus qu'une ombre abattue sur la ville.

    Une main effleura son visage. Aaron recula, attrapant le bras duquel la main s'était osée à l'approcher. De son autre main, il serra sa prise sur le poignet de sa fille. Complètement engourdi, l'homme peinait à retrouver la qualité du monde. Le visage inquiet d'Aliki Matheson se dessina. Les lèvres de la jeune se muèrent, mais le Prayer n'en perçut qu'un long sifflement sous lequel se perdait une voix étranglée par le stress.

    Le sol trembla à nouveau. Aaron ôta sa veste du visage de sa fille, offrant à Aliki sa pleine confiance. Le Prayer avait toujours fait en sorte que l'existence de sa fille ne s'ébruite pas trop, car India était sa seule faiblesse.

    Il faut qu'on parte ! s'exclama l'homme, certainement beaucoup plus fort qu'il ne le percevait.

    Au moment où Aaron se leva, India se réveilla. Son retour au monde réel lui arracha un cri de terreur. L'angoisse de sa fille se traduisit par une intense douleur chez Phillmore qui porta machinalement les mains à ses oreilles. Sa surdité cédait lentement la place à une hypersensibilité. Le monde devint soudainement chaotique, envahissant, intrusif.

    Le trio finit par sortir du restaurant en ruines. La grande place du Civic Center était devenue un champ de bataille où s'étaient déployées les factions d'Inglewood. Aaron jura certainement trop fort. Il saisit Aliki et avant de lui coller India dans les bras. Son regard pénétra celui de la jeune femme :

    Je te confie bien plus que ma vie Aliki. Aaron marqua une pause avant d'ajouter : Allez à l'hôpital !

    Sans même regarder en arrière, Aaron s'élança vers une boule à zéro bien connue à présent. Ashley Wright. Il l'avait repéré en sortant du restaurant. Et il avait surtout repéré le flingue qu'elle tenait. Si à El Segundo il lui avait donné son arme, il était tant qu'elle lui rende la pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Sam 1 Nov - 13:24


My Apocalypse
feat. Downfall


"Through the smoke a silhouette I can barely see
There's a man with an axe "




Alors que les gaz commencent à m'étouffer, j'aperçois une silhouette qui se rapproche de moi à grande vitesse. Et merde, comme si j'avais besoin de ça en plus...
Mais plus l'homme s'approche, plus je me rends compte qu'il ne m'est pas totalement inconnu. Bon sang, c'est encore lui, Aaron Philjesaisplusquoi. J'aimerais me rappeler de son nom là tout de suite, mais ma tête m'élance dès que j'essaye de solliciter mon cerveau un peu trop. Reste plus qu'à prier pour que ce ne soit pas permanent.
Il ne faut pas être un génie pour deviner ce qu'il me veut. J'ai une chose incroyablement plus précieuse que ma vie en ce moment-même : un flingue.
Alors, sans même prendre la peine de lui dire bonjour, je lui tends l'arme directement. De toute façon je suis censée viser avec mon œil qui est foutu donc bon.

"J'ai besoin d'un service, vous pourriez me remettre mon épaule en place? J'étais en plein saut quand tout a explosé... Je vous aiderai par la suite."

Au cas où il aurait besoin d'une motivation en plus. Je m'allonge rapidement et le laisse s'exécuter, une grande appréhension me rongeant le ventre. Mais quelques minutes passent et mon épaule se remet en place sans douleur atroce. Soulagée, je me relève précautionneusement et profite de la poche ventrale de mon sweat pour caler mon bras. Mieux vaut pas trop le bouger. Dieu merci, je n'ai pas été touchée aux jambes. Parce que si la perte d'un bras est un handicap certain pour grimper, la perte d'une jambe est bien plus définitive et perdre son gagne-pain dans une ville comme Downfall et bien, c'est... plus qu'une condamnation à mort. Bref, assez tergiversé. Maintenant il nous faut un plan.

"Vous avez une idée de la marche à suivre? Je pense qu'il faut prendre de la hauteur et éliminer les snipers si on veut pas que ça devienne un no man's land. J'suis encore en état de grimper et je pourrais très sûrement me rendre utile là-haut."

D'un doigt, je désigne les ruines de l'hôtel de ville. C'est la planque idéale pour un sniper. Il suffit juste de se caler entre deux murs effondrés et c'est le tir aux pigeons. Je suis sûre que Aaron le sait lui aussi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : me / Syndrome
ϟ MESSAGES : 3623

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Lun 3 Nov - 16:36



   
   Downfall
   L'enfer sur terre

L

es blagues n'étaient pas le point fort de son père alors quand il y en avait une, la jeune et jolie India Phillmore riait et cette fois-ci... il fallait le dire, elle riait de bon coeur, d'un rire cristallin qu'elle seule avait le secret.

Aujourd'hui  y'a un prof qui s'est fait tabasser par un membre des Prayers, il dealait de la drogue pour son propre compte et il est parti à l'hôpital...

Son père avait accepté de l'emmener dans un restaurant chic, entre père et fille, pour passer du temps ensemble. Sur le coup, India sauta de joie et donna ses conditions: chic, branché et classe. Quoi de plus facile ? Et le repas fut des plus agréables, la jeune fille parlait comme un moulin à parole, racontant ses journées de classes, les anecdotes qu'il y avait, les potins concernant les histoires de gang. Aaron connaissait la présence de drogue mais étrangement, il lui faisait confiance. India n'avait jamais touché à des drogues dures, quelques petites pétards en soirée mais la fumée n'était que trop désagréable car elle lui brûlait la gorge...  Vêtue simplement et oubliant ce côté provoquant que l'adolescente aimait tant. Elle portait une jolie robe noire à dentelle, bien que son père grogna sur la longueur de la petite robe, elle répliqua immédiatement que si elle avait voulu porter de longue robe, elle se serait rangé chez les nonnes. Elle n'avait malheureusement pas réussi à garder les escarpins de dix centimètres et les avait troqué par des petites sandales.

Elle avait réussi à passer prendre un verre d'alcool mais ces talents de négociatrices avaient réussi à faire passer cet unique verre de vin blanc comme il se doit. Mangeant, profitant de cet endroit luxueux, de loin on n'aurait jamais dit qu'il pouvait y avoir des tensions entre ce père et sa fille. Mangeant sa glace, en poussant des soupirs de joie, vantant les mérites de la framboise et de la chantilly.

Soudain, une déflagration, elle n'eut pas le temps de crier qu'elle était allonger sur le sol, inconsciente.
   
                                    *Le trou noir complet.*

India se réveilla soudainement, sursautant, sentant un son sourd dans ses oreilles, elle regardait autour d'elle et elle cria, tremblante de peur. Des larmes commencèrent à ruisseler sur son visage écorchée par les débris de glace. Sa tête lui faisait mal et elle ne comprenait rien du tout.


Papaaaa, lança-t-elle sa gorge nouée.

Aaron l'aida à sortir du restaurant malgré ses jambes chancelantes. La ville était en proie à une guerre qu'elle ne comprenait pas. Ce n'était pas une guerre de gang, c'était plus que ça... des militaires? Que venaient-ils faire là? India finit par voir une jeune femme auprès de son père, lorsqu'il la laissa sous sa responsabilité. Elle entendit le mot Hopital. Mais elle n'avait rien de cassé? Larmoyante, elle regarda cette inconnue puis elle vit son père disparaitre. Morte d'inquiétude, elle voulut crier mais aucun son ne sortit.
WILDBIRD
 


Dernière édition par India Phillmore le Dim 30 Nov - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Lun 3 Nov - 17:55

a night in hell

the calm before the storm will apply its science tonight babies.

Je pus découvrir la personne qu'Aaron semblait vouloir protéger. Un air de famille. Mais je ne m'attardai pas là dessus. Dehors, ça devenait un véritable bordel... Les gangs n'allaient pas tarder à bouger et alors se déroulera une véritable guerre dans le Civic Center. Il ne fallait pas traîner ici sans défense... Je n'étais pas armée, pas équipée, je serais complètement inutile pour les Prayers si j'allais en première ligne. Il faut qu'on parte ! Hurla d'évidence Phillmore. Cela allait de soit... je les aidai à se relever. Aaron semblait vraiment se soucier de cette fille. Papaaaa ! Sa fille ? Quelques secondes, mon esprit se perdit vers ce constat. Ce n'était pas le meilleur moment pour faire les présentations... Je te confie bien plus que ma vie Aliki. Allez à l'hôpital ! L'ordre de l'homme m'extirpa de mes pensées et nous nous dirigeâmes donc à l'extérieur du restaurant où Aaron se rua vers une jeune fille qu'il semblait connaître. Je reste en arrière, aidant la demoiselle à reprendre ses esprits avant de partir.

Au loin je les entendais... J'ai besoin d'un service, signala l'inconnue, vous pourriez me remettre mon épaule en place ? J'étais en plein saut quand tout a explosé... Je vous aiderai par la suite. Cela capta mon attention mais il saura se débrouiller avec elle. Il fallait que je trouve un moyen de calmer sa fille. Écoute-moi, tout va bien se passer, je m'appelle Aliki, et toi ?, tentai-je en la forçant à me regarder pour qu'elle se concentre sur ce que je lui disais et non sur ce qui se passait autour de nous. Je vais prendre soin de toi, n'ait pas peur, ok ? Je porte un dernier regard à Aaron. Entre l'inquiétude, l'incompréhension et la promesse que je m'occuperais de sa fille. Tout se bousculait et moi-même je devais m'efforcer de rester concentrer pour ne pas céder à la panique. Pourquoi tout partait en couille cette nuit-là ? Pourquoi aujourd'hui, pourquoi ici, par qui et encore... pourquoi ? Ces questions allaient devoir attendre avant de trouver leurs réponses. Sans plus m'attarder, j'entraîne la jeune fille avec moi vers la voiture de Tamia. Vide. Je la cherche du regard mais c'est mission impossible... Et merde, vociférai-je en me tenant le front. On allait devoir marcher... Je reste cependant un instant adossée à la voiture, histoire de reprendre mon souffle. Peut-être que Tam' apparaîtra...


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Sam 8 Nov - 0:02


   
Debby & Others
   
   
If there is a dark, within and without. And there is a light, don't let it go out.

   
Un bruit assourdissant. L’obscurité. Puis plus rien, le néant. L’absence. Le vide. Où suis-je… ? L’air manque. Lourd. Poussiéreux. L’odeur du sang. De la misère. Et la rage. Palpable. Vivifiante. Lève-toi. C’est un ordre. Un bourdonnement. Que se passe-t-il ? Une pression compresse ma poitrine. Debout, Debby. C’est impossible. Mon esprit s’éveille, mais mes yeux ne s’ouvrent pas. J’entends le sifflement des balles, les cris lointains. Mon esprit s’affole, mais mon corps n’obéit pas. Il dort toujours.

Une détonation. Assourdissante. Un sursaut et mes paupières s’ouvrent enfin. J’ai repris vie. Non, j’ai repris conscience. Ma vue met de longues secondes à se rétablir. Un temps que je n’ai pas pour patienter. L’adrénaline frappe. Enfin. C’est avec difficulté que mes membres se meuvent pour m’extirper des décombres qui me recouvrent. L’immeuble est méconnaissable et la majorité de ceux qui m’entourent ne se sont pas relevés. Une attaque ? Mon cœur bat à tout rompre. Ce n’est pas commandité par aucun gang. C’est impossible. Et un regard extérieur m’informe que c’est Los Angeles qui a décidé de prendre les devants. Galère. Les agents ne feront pas la différence entre moi et n’importe quel membre de Downfall.

Je me redresse, époussetant mes vêtements. Un abri. Trouver un couvert, quelque part pour me cacher. C’est ma première idée. Mais à peine ai-je tout juste le temps de faire un pas devant que la pointe d’une arme me fait loucher sur le canon d’un pistolet. Je vacille, levant les mains. L’homme me fait signe de m’agenouiller. La seule chose qu’il peut lire sur mon visage, c’est la terreur. Pourtant, alors que je fais mine de me mettre à genoux, je finis simplement par le désarmer avec une technique simple apprise durant ma formation et pointer sa propre arme contre son propriétaire. « Je suis désolée. » Un coup de feu part alors que je ferme les yeux et le soldat s’écroule par terre. Le pistolet m’échappe des mains et je cours sans un regard en arrière.

Ce n’était pas ce que je voulais, mais je n’avais pas le choix. Je ne fais pas attention à ceux qui m’entourent, mes pieds me portent sans s’arrêter. Courir, j’ai toujours été bonne à ça. Mes cheveux sont en bataille et je ne remarque même pas que du sang entache mon front. L’adrénaline me fait rouler pour l’instant. Sortir d’ici. C’est tout ce que je veux. Je ne sais pas pourquoi exactement, mais je finis par balayer du regard la rue sur laquelle je débouche et c’est là que je l’aperçois. India… Mais que fait-elle ici ? Une autre femme est à ses côtés. Je ne la connais pas, mais tant pis. Je ne partirai pas sans India.

Je cours vers elles. « INDIA ! » Je cris son nom en arrivant à sa hauteur. Mes mains se referment sur son visage dans un geste protecteur, c’est plus fort que moi et j’ignore totalement l’autre personne juste à côté. « India, est-ce que ça va ? Où est ton père ? » Je suis presque étonnée qu’il ne soit pas en train de la couvrir et de la mettre à l’abri. Enfin, mes yeux se lèvent vers l’inconnue. «Est-ce que je peux aider ? » Mes bras s’étaient fermés autour d’India pour la tenir contre moi. Et pas la peine d’essayer de me l’enlever.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs: tumblr


   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : (avatar : syndrome) (img : tumblr)
ϟ COMPTES : Alenka Hendersen ϟ Keith E. Vincente
ϟ MESSAGES : 7783

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Sam 8 Nov - 18:25

    Avant même qu'il ne lui demande, Ashley céda son arme, énonçant cependant une condition : qu'il lui remette l'épaule en place. La gamine justifia cette intervention par une aide future. Aaron la toisa un instant avant de finalement accepter de jouer les urgentistes. Il manipula la jeune femme quelques secondes avant de donner un coup sec. Il sentit l'omoplate pointer dans le creux de sa main. Aucun cri n'accompagna la manœuvre. Ashley se releva apparemment satisfaite, bien qu'encore un peu handicapée.

    Un plan ? Aaron eut une pensée pour sa fille. S'il avait eu un plan, il n'aurait pas abandonné sa fille aux bras d'une sombre inconnue. Le Prayer priait pour qu'Aliki ait plus d'humanité que le commun des mortels à Downfall. Il avait pris le pari de lui faire confiance. Seul l'avenir lui dirait s'il avait eu raison de croire en Matheson.
    Ashley lui proposa de jouer les snipers. Avec le revolver qu'il venait de récupérer, il aurait depuis un toit autant de précision qu'un homme bourré au moment d'ouvrir la porte de chez lui. Il lui fallait soit une arme d'assaut, soit un sniper.

    Une fusillade éclata à quelques mètres d'eux. Downfall était sensiblement désavantagée. Prise au dépourvu, elle était armée comme un jour quelconque. Donc si la moitié de la population avait de quoi répliquer, c'était loin d'être suffisant. Les hommes étaient lourdement armés et se cachaient derrière des gilets par balles. On ne pouvait rien contre eux.

    On arrivera à rien isolément. Faut se rassembler.

    La fuite était la seule option qu'il avait trouvé. Combattre ces hommes s'apparentaient à un suicide assisté.

    Soudain, on l'empoigna. Aaron perdit l'équilibre et chuta. Mais alors que sa main tenta de s'emparer de l'arme qui lui avait échappé, un pied l'écrasa. Au dessus de lui, un homme armé prônant fièrement son appartenance à Los Angeles le toisa, le visage caché derrière une cagoule. Et tandis que ses phalanges cédaient une à une sous le poids du militaire, Phillmore se laissa envahir par le plus primaire des instincts : la peur.

    Deux sifflements plus tard, le militaire et son collègue s'effondrèrent. Aaron roula au sol et saisit de sa main valide l'arme qu'il avait perdu. Un homme accourra vers eux. Ezechiel. Phillmore bénit les Dieux pour cette intervention. Le Prayer dévisagea un instant l'étrange couple avant d'aider son supérieur à se relever.

    Elle est avec moi, le rassura Aaron.

    Le tueur à gages acquiesça, silencieux et invita Ashley et Phillmore à le suivre. Ils coururent jusqu'à un van duquel dégueula une demi-douzaine de Prayers of Insanity. Aaron s'arma et se passa un gilet avant d'en donner un à Ashley.

    Va sur les toits, et balance leur ça, ordonna le Prayer à la jeune femme en lui tendant un sac de grenades. Je te couvrirai.

    Armé d'un automatique, Aaron grimpa sur le toit d'un immeuble d'habitation, suivi d'Ashley. Ils devaient à tout prix éclater le cœur de la formation des troupes militaires. Stratégie de base consistant à diviser pour mieux régner.

___________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Sam 8 Nov - 20:06

Une nuit en enfer.
Tout le monde.
Ce soir, Downfall saigne. Bien loin du centre et de son agitation, le père Owens fait le tour hebdomadaire de sa marchandise. Si les caisses protègent la cargaison, il faut cependant faire attention à tout sortes de détails. L'humidité, par exemple, est forte dans les caves d'une église. Avançant prudemment dans les tunnels obscurs, quelques pierres craquent au-dessus de Jérémiah. La poussière lui tombe sur la tête. "Humpf." fait-il, navré de constater que l'édifice tombe petit à petit en ruine.

Toute la cargaison va bien, rien n'est brisé, rien n'est humide. Remontant dans l'édifice religieux, Owens retourne dans sa maison, enfin débarrassé de toutes ses tâches de la journée. Ce n'est qu'en sortant de l'église qu'il remarque, en direction du centre, cette colonne de fumée. "Humpf." refait-il, cela n'a rien de normal. Le téléphone se mets alors à sonner. Soupirant, il se dirige vers la cuisine de son presbytère pour répondre.

- Père Owens à l'appareil, c'est pour quoi ? dit-il d'une voix fatiguée, lui qui espérait pouvoir faire un saut au Dirty Mermaid afin de se boire un bon whisky.
- Jérémiah. Fit une voix qui n'annonce rien de bon, qui ne contacte le jeune brun que pour deux choses : les armes ou la guerre. On a besoin de toi au centre-ville. La valise est à la même place que d'habitude. On te recontacte.

Il n'en fallut pas plus au jeune prêtre pour comprendre ce qui arrivait. Retirant ses habits de curé, il enfila des vêtements simples de civil. La seule chose pouvant l'identifier étant le bandeau des Baneshadow qu'il s'attache autour du cou, caché par le col de la veste en cuir. Le gilet part-balle serré contre son torse, le père Owens sort, en direction de son destin. La valise est à sa place. Dedans, un kit d'oreillette, spécialement conçu pour le prêtre, toujours indécis à revendiquer son affiliation aux Shadows. S'ils ont été aussi patients avec lui, c'est uniquement pour ses services rendus. Il faudra bien se décider un jour, se dit Jérémiah, comme s'il doutait une seconde de ne pas appartenir au gang des docks. Également dans la valise, son Zastava M76 personnel, autant fusil de précision que fusil d'assaut.

Une fois l'oreillette en place et le téléphone dans la poche, Jérémiah envoi le SMS, qui fait qu'il est rappelé dans la seconde. Les ordres sont clairs. Défendre la ville, à n'importe quel prix. Downfall saigne, mais ne tombe pas ce soir. Dégageant sa voiture, Jérémiah prend la direction du centre-ville.

Arrivé dans la zone de Downfall qu'il connait le moins, Jérémiah dépose sa voiture dans une ruelle sombre, lui rappelant son quartier, et prend la direction de l'immeuble qui lui a indiqué son patron. Montant quatre à quatre les marches de l'escalier, le discret prêtre arrive finalement sur le toit. L'horreur se répand sous ses yeux. Les militaires ont déjà pris place quand il arrive. Appliquant avec méthode le modus operandi qu'il connait par coeur, il se mets en place derrière son fusil de précision.

A travers la lunette, il voit les hommes et les femmes de Downfall qui se préparent à rendre la pareille aux soldats de Los Angeles. Il voit Aaron Phillmore, entouré de Prayers qu'ils ne connait pas. Il voit également Debby courir pour disparaitre de son champ de vision.

- Père Owens, en place. Dit-il de manière militaire dans son micro, attendant la suite des opérations.
- On est bloqué de l'autre côté du centre-ville. Tu as carte blanche, on arrive dès que possible. réplique la voix dans parmi les parasites de la ligne.
- Il y a du Prayers sur les lieux. commente le prêtre.
- On n'a pas le choix, assiste les. Même si ça fait chier, ils sont les mieux placés pour aider la ville pour le moment.
- Ça marche, boss. répond calmement Jérémiah avant de terminer la conversation.

Allongé, prêt à faire feu de l'obscurité du toit, il calme sa respiration et dans cet état de paix, il appuie sur la gâchette. Le soldat s'effondre, tout de suite remplacé par un suivant. Il n'arrivera à rien comme ça. Pas le choix, pense-t-il, il va appeler la seule personne qu'il connait et qui est actuellement sur les lieux, bien que cela lui coute plus que de raison. Pour protéger Downfall, il n'y a pas de petit sacrifice.

Tapant le numéro sur le téléphone, Jérémiah laissa sonner jusqu'à ce que la voix si particulière du Prayers se fasse entendre.

- Owens à l'appareil. Je vous ai dans ma lunette. J'attends vos directives.

Pas besoin de s'épancher sur les détails, Phillmore comprendra surement, du moins, Jérémiah l'espère. Il espère que le Prayers remarquera l'absence totale de Baneshadow sur les lieux, eux-même aux prises avec les soldats, deux rues plus loin. Il n'y a pas de temps à perdre et si le Prayer ne souhaite pas de ses services, le tireur d'élite amateur se retrouvera bien embêté, à tirer dans le tas comme un maniaque de la gâchette, ignorant qui est avec et qui est contre la ville.

 
code by mirror.wax
 


Dernière édition par Jérémiah Owens le Mar 23 Déc - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
ϟ CREDITS : me / Syndrome
ϟ MESSAGES : 3623

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Dim 9 Nov - 1:03



   
   Downfall
   L'enfer sur terre


IL l’avait laissée dans les bras d’une inconnue… Son propre père l’avait abandonnée alors que la situation était alarmante. Pourquoi ne pas partir avec elle, se réfugier quelque part, tous les deux, rien que tous les deux, père et fille ? Pourquoi disparaître, prendre des risques alors qu’il était ce qu’elle avait de plus cher ? C’était un homme d’affaire, pas un héros. Pleurant, elle n’avait du mal à respirer tellement l’angoisse avait envahis son corps. La jeune fille cherchait son père du regard mais sa vision, à cause des larmes, était flou. Elle sentie les mains de l’inconnue se poser sur ses épaules.  Son regard se posa sur cette femme qui s’appelait Aliki. Elle voulait connaitre le sien. Comment s’appelait-elle déjà ? Fermant les yeux quelques secondes, elle prit une grande inspiration.

Indy, murmura-t-elle en déglutissant difficilement.

Tout allait bien se passer ? Non, ça n’allait pas bien se passer. IL n’était pas là. Aliki se voulait rassurante, en lui disant qu’elle allait s’occuper d’elle, mais elle ne voulait pas d’elle. Enfin, c’était ça où rien du tout. C'était sans aucun doute qu'elle pouvait dire que cette femme était adorable seulement elle aurait préféré la rencontrer dans d'autres circonstances... Que se passait-il ? India ne comprenait pas et elle ne cherchait pas à comprendre. Elle avait grandi dans une ville où la violence était monnaie courante, les agressions et les vols plus que fréquents sans jamais avoir à y faire face. Elle n’était pas blasée loin  de là, elle avait juste appris à vivre avec. Aliki amena l’adolescente silencieuse qui reniflait de temps à autre, se retournant régulièrement pour chercher son père du regard, chercher à savoir ce qui se passait. Des cris, des tirs, des hurlements, des explosions… Que se passait-il ?!

La femme, qui lui servait de baby-sitter, grommela alors qu’elles étaient devant une voiture. C’était sa voiture ? Etait-elle accompagnée ? Cherchant à prendre son téléphone, elle sentie soudainement une douleur irradiante provenant de son poignet droit, faisant surgir à nouveau le stress et les larmes. Son poignet était enflé et avait quelques ecchymoses. Certes ce n’était pas la blessure du siècle mais pour la jeune fille, ça c’était. Sur le coup, elle ne l’avait pas ressentie, cela tomba brusquement et eut l'effet voulu.


Aie, mon poignet !

Puis une voix retentit, presque un cri. Regardant vers la voix tout en se tenant le poignet, elle put la voir. Sa Debby qui accourait vers elle, puis une fois à sa hauteur, elle prit son visage entre ses mains puis l’enlaça de manière protectrice comme une maman ferait à son enfant. Un visage connu et rassurant.

Je ne sais pas, hoqueta India. J’ai mal, j’ai mal à mon poignet !

Elle ne pouvait pas répondre aux deux questions. Est-ce que ça allait ? Non, certainement pas. Et où était-il ? Aucune idée. La jeune fille était choquée par la situation si soudaine, si violente.
Son sentiment de panique fut subjugué par le sentiment d’abandon et de déception. C’était qui le père de l’année ?


WILDBIRD

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]   Mar 11 Nov - 21:36


My Apocalypse
feat. Downfall


"Through the smoke a silhouette I can barely see
There's a man with an axe "



Le gilet que m'a confié Aaron est lourd, mais je serre les dents et escalade quand même l'immeuble. J'ai l'impression d'avoir perdu des sensations dans mon bras, mais je pense qu'il s'agit de l'absence de douleur qui me fait simplement bizarre. En tout cas, l'ascension est courte et la vue encore plus impressionnante. Un flot de soldats continu jaillit d'un peu partout dans les rues de Downfall, armés jusqu'aux dents. Il est grand temps de leur en faire avaler. Je fais deux trois mouvements avec mon bras pour vérifier qu'il peut effectuer un lancer et me prépare mentalement; je ne vais pas avoir beaucoup de temps. Je lève la tête d'un coup et aperçoit des soldats trimballant des explosifs, protégés par de lourds régiments. Parfait. Je prends une grenade et saute sur le côté jusqu'à l'autre toit.

"Umph"

C'est le bruit que je fais en me réceptionnant sur l'autre toit. Épaule la première bien sûr. Mais le mal est fait. J'ai une grenade de moins sur moi. Des cris retentissent, paniqués mais c'est déjà trop tard - la grenade explose dans une déflagration grandement amplifiée par le C4 que transportait ces hommes. Je sens l'immeuble trembler, mais je ne peux pas m'arrêter. Je fais signe à Aaron qui ouvre le feu et me jette vers le prochain toit. Ce coup-ci, j'utilise mon saut pour repérer ma prochaine cible. Ce coup-ci pas d'explosifs, mais une section entière d'hommes en équipement complet. Pare-balles, bouclier anti-émeutes et protections supplémentaires. De vrai tanks sur pattes. Je me lève d'un coup et jette la grenade droit sur eux. Avant de pouvoir me rabaisser, une balle vient me cueillir droit dans la poitrine.

Le choc me fait m'effondrer en arrière et je commence à suffoquer, des étoiles dansant devant mes yeux. Je me cale contre le mur et derrière moi et tente de me calmer, alors même que le stress du temps qui passe et de l'ennemi si proche me dévore. Je fais en tout cas signe à Aaron que tout va bien - même si j'ai failli y passer. Je regarde la balle coincée dans le gilet : en plein dans le mille. J'essaie de ne pas penser à la mort qui vient de me frôler et préfère me pencher sur le nombre de grenades restantes. Deux. Il me reste deux coup avant de devoir rejoindre Aaron à nouveau pour faire le plein. Ce coup-ci, je n'aurais pas le droit à un coup d’œil. A moins que... Je jette une première grenade, sans viser pour me donner le temps de mettre la deuxième dans un objectif intéressant. Dès que celle-ci explose, je me lève et repère rapidement un groupe d'artificier. Seulement, à l'exact moment où je jette ma grenade, un d'entre eux fait de même. Nous nous regardons un instant avec un moment de pure terreur avant que mes jambes ne répondent à mon appel et que je me mette à courir dans la direction opposé. Je n'ai pas le temps d'atteindre une quelconque protection.

Le souffle de l'explosion dans mon dos balaie l'avant de l'immeuble et me projette droit dans le mur contre lequel je m'étais adossée tout à l'heure. Alors que le mur s'effondre lui aussi, les ténèbres m'accueillent.

Précisions RP:
 


Revenir en haut Aller en bas
 
Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Event #1.1 - Une Nuit en Enfer [SUJET]
» Une nuit en enfer
» [Flashback Tokiwa: Episode 3] Une nuit en enfer...
» [EVENT - PARTIE 2] La nuit est sombre et pleine de terreur.
» la nuit tout les chats sont gris (PV felyndiira) (SUJET TERMINÉ)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 【 Welcome to the Jungle, it gets worse here everyday 】 :: This Is Now :: Chapitre I-